626 billions of ‘dead money’ for Canadian businesses

Canadian businesses accumulating ‘dead money’ faster than other G7 countries

Cher M Harper, ils nous avaient bien dît, quand réduisant les impôts des sociétés nous allions créer des emplois.

Eh bien, non !

Il cumule juste du cash.

Remarque je peux les comprendre, dans une économie aussi dysfonctionnelle :

·        Un voisin qui imprime de la monnaie singe en dévaluant constamment sa monnaie ou en donnant des subventions à outrance pour réduire la compétitivité internationale.

·        Un peuple de plus en plus endetté dû à une économie qui a été stimulée par endettement donc, ayant de moins en moins d’argent disponible à CONSOMMER sauf pour les besoins essentiels, ajoutons l’inflation, ajoutons toutes les taxes directes et indirectes que les gouvernements ont l’art de créer pour compenser leurs propres surendettements, en fait, soyons réaliste: le peuple est cassé.

·        Des provinces, tel que le Québec ou l’Ontario où leurs salaires et bénéfices marginaux sont trop hauts, ou bien ce sont nos voisins du Sud qui sont trop bas, peu importe, du pourquoi, on n’est plus compétitif.

·        Des syndicats trop puissants, ou bien ce sont nos voisins du Sud qui n’ont pas assez de syndicats agressifs.

Ajouter toutes ces variables et quelqu’une que je dois avoir oublié, honnêtement, je peux comprendre leurs hésitations.

En fait, on va distribuer notre ‘cash’ en dividendes aux actionnaires, ça sera plus simple !


Extrait de: Canadian businesses accumulating ‘dead money’ faster than other G7 countries, LEE Anne Goodman, The Canadian Press, The Globa and Mail, May. 23 2014

What’s plaguing corporate Canada?

In recent weeks, Canadian businesses — sitting on historically massive cash reserves — have been under fire for using temporary foreign workers or unpaid interns, and chided by political leaders for failing to raise wages or invest in employee training.

They’ve been maligned even by the traditionally business-friendly Fraser Institute for collecting billions of dollars in so-called corporate welfare for decades.

A report by the International Monetary Fund, meantime, sounded alarms about how Canadian companies are accumulating so-called “dead money” — idle cash reserves — faster than any other country in the G7.

Statistics Canada data shows Canada’s corporate cash hoard was $626 billion in the last quarter of 2013, a jump of six per cent over the previous quarter — more than the federal debt and almost a third of the country’s gross domestic product.

The agency also reports that the number of minimum wage and part-time jobs in Canada has been steadily increasing.

The Canadian Centre for Policy Alternatives has found that CEO pay for Canadian public companies listed on the Toronto Stock Exchange has ballooned by 73 per cent between 1998 and 2012, the latest figures available.

“It’s completely ridiculous,” Jerry Dias, president of Unifor, Canada’s largest private-sector union, said in an interview.

“They’re cheap as it relates to paying workers or investing in their employees, but they’re not cheap when it comes to paying themselves. And the jobs they’ve been creating in recent years are largely part-time; it’s all about circumventing having to pay benefits.”

Jayson Myers, head of Canadian Manufacturers and Exporters, doesn’t deny the optics have been nasty for corporate Canada in recent months. But Myers takes issue with the notion that Canadian business leaders are lining their own pockets while neglecting to invest in training or pay decent wages.

“I think it’s misinformed even when it’s coming from a former Bank of Canada governor,” Myers said, a reference to Mark Carney’s famous scolding two years ago of Canadian businesses about their cash reserves.

“Cash reserves are very high but that isn’t a reflection of a failure to invest ... if you look at levels of investment right now, at least in manufacturing industries, it’s at an all-time high and is going up right across Canadian industry.”

Totalement faux, vrai pour les provinces de l’ouest à cause du pétrole mais en panne sèche pour les provinces de l’Est, tel que l’Ontario et Québec qui sont les provinces les plus populeuses.

Capital Needed: Canada Needs More Robust Business Investment

Canadian companies are falling behind rivals in the rest of the world in terms of investment, according to a new report from the C.D. Howe Institute.

The report, written by the institute’s Benjamin Dachis, William Robson and Nicholas Chesterley, finds that companies in Ontario and Quebec, in particular, have hit a 10-year low in investment per worker.

The report comes at a time when the issue of so-called “dead money” — companies that sock away profits rather than spend on new machinery and equipment — remains an area of contention among economists and policy-makers.

Source: Capital Needed: Canada Needs More Robust Business Investment, Benjamin Dachis, William B.P. Robson and Nicholas Chesterley, C.D. Howe, July 17, 2014

Investment per worker - 1
 
Investment per worker

 

Le Canada totalement hypocrite contre l’évasion fiscale internationale

Extrait de : Canada is tough on small-time tax fraud, but missing bigger targets, John Geddes, Macleans, July 18, 2014

A lot of Americans who have stashed money in offshore accounts face a hard decision this summer. In late June, the U.S. Internal Revenue Service gave them a deadline: U.S. taxpayers who are hiding income in offshore accounts in 10 targeted financial institutions—scattered in Europe, Asia and the Caribbean—must come clean voluntarily before Aug. 4, or face much stiffer penalties if the IRS catches them later. It’s the latest salvo in a five-year campaign to raise the pressure on U.S. tax cheats, and some Canadian tax experts say the IRS crackdown has been far more assertive than anything attempted by the Canada Revenue Agency.

Of course, that’s not how Prime Minister Stephen Harper’s government sees it. In last year’s federal budget, the Conservatives declared with some fanfare that they were taking aim at “international tax evasion and aggressive tax avoidance.” Among other announced measures, one system pays informants who give the CRA tips that lead to unpaid tax being recovered from offshore evasion schemes. But tax lawyers and accountants continue to see a wide gulf between the IRS and CRA efforts. “The Canadian experience with respect to enforcement in terms of tax evasion and offshore accounts has been dismal,” says David Chodikoff, a tax litigator in Toronto with the firm Miller Thomson, and a former federal justice department lawyer.

Chodikoff, who is working on a book called Tax Evasion and the Demise of Global Banking Secrecy, slated for publication next year, says both the CRA’s investigators, who must try to compile evidence about complex tax-evasion schemes, and federal prosecutors, who must bring those cases to court, are seriously underfunded—especially compared to their IRS counterparts. David Debenham, an Ottawa lawyer with the firm McMillan, agrees that this summer’s tactical move by the IRS to hike penalties is only the latest reminder of the “CRA’s relative lack of effective enforcement, particularly in relation to offshore tax evasion.”

Research conducted for CRA confirms a perception that the agency is tough on small-time domestic tax avoiders, but intimidated by big-time international tax cheats.

On tape sur le petit peuple, mais pour les gros, tel que nos banques avec leurs filiales étrangères dans les paradis fiscaux avec leurs petits amis clients, on les oublie volontairement.

The CRA hired a consulting rm to conduct focus groups last year to find out how it is regarded. Accountants and other “tax intermediaries” who took part “raised questions about the resources dedicated to those larger players who put money in offshore tax havens, versus smaller players who claim a few too many dollars in charitable donations,” according to the report by Walker Consulting Group.

It’s unlikely the CRA was eager to have that finding revealed. But federal law requires that government opinion research of this sort be made public, so the report was posted several weeks ago to a government website. “The greatest concerns were raised in Vancouver,” it says, “and those concerns revolve around how quickly and easily dissuaded the CRA appears to be from going after wealthy people. Around the table in Vancouver, there was a perception that as soon as tax lawyers are brought in by the wealthy, the CRA backs off, and in the eyes of those people, the CRA needs to follow through on some of those ‘larger fish’ to preserve the integrity of the system.”

Suspicion that Canada’s federal tax authorities are tough on minor cases but timid on major files isn’t new. Back in 2010, an internal audit of the tax enforcement program, based partly on interviews with CRA staff, discovered a tendency to pursue “smaller cases that represent ‘quick hits,’ ” rather than bigger tax-evasion cases that are harder to win and often take longer to wrap up.

But a spate of revelations about cash hidden abroad in tax-haven countries with previously impenetrable banking secrecy has prompted demands internationally for governments to take action. For instance, highly publicized leaks a few years ago gave the CRA first a list of more than 100 Canadians with accounts at Liechtenstein’s LGT Bank, and then more than 1,700 with accounts at Switzerland’s HSBC. Asked byMaclean’s if anyone on those lists has been convicted, CRA says only that it won’t discuss specific cases since “the protection of taxpayers’ information is of utmost importance.”

Other countries’ tax authorities don’t mind touting their enforcement successes in detail. Provided with information from Liechtenstein similar to what Canada received, Australia launched a high-profile task force that netted dozens of convictions. The IRS releases details on who gets caught, such as a recently updated online summary of the dozens of U.S. clients of UBS AG (previously Union Bank of Switzerland) who have been sentenced to fines and jail terms involving their UBS accounts.

Still, the CRA defends its record. The agency toldMaclean’s that from spring 2006 to spring 2013, 58 Canadians were convicted of tax evasion in cases that involved offshore accounts. Few of those convictions, however, were big enough to make waves. And the modest tally of convictions shows that charges are pursued on only a fraction of files, since the agency also says, “Through our efforts to combat aggressive international tax planning, the CRA has audited more than 8,000 cases since 2006, identifying approximately $5.1 billion in additional taxes.”

The CRA appears to be putting its emphasis less on taking taxpayers to court than on persuading them to co-operate and pay the taxes they owe under its Voluntary Disclosures Program. There’s a clear incentive to do so. Those convicted of evasion must pay all taxes owing, plus interest, penalties and fines of up to 200 per cent of the taxes evaded, not to mention face jail terms of up to five years. But those who voluntarily disclose before CRA catches up to them often have to pay only taxes owing plus interest. CRA says the number of voluntary disclosures involving offshore accounts or assets soared from 1,215 in 2006-07 to 5,248 in 2013-14.

That rise in taxpayers fessing up is driven in part by the spreading realization that banking secrecy in some tax-haven jurisdictions just isn’t what it used to be. As well, the U.S. crackdown might be having a spillover effect for taxpayers with dual Canadian-American citizenship or business and financial dealings on both sides of the border. “There’s no question that I’ve seen it in my practice,” Chodikoff says. “There’s a direct connection between what’s happened in the United States and Canadian disclosure programs.”

It’s also possible some wary tax evaders have come clean out of concern the CRA will get more aggressive in the near future. After all, the 2013 budget provided the agency with some new tools, which haven’t had time yet to produce big results. The new Offshore Tax Informant Program could be key. The CRA says that of 251 would-be informants who called from Jan. 15 to May 31, more than 170 were asked to follow up with full written submissions. If they are accepted into the program and their information proves useful, they will qualify for rewards of five to 15 per cent of the tax Ottawa rakes in as a result from offshore evaders. “Generally speaking, information obtained from confidential informants requires significant analysis,” CRA says. “And given the steps and level of review required, it will take time to validate the quality of the submissions received and confirm acceptance into the program.”

If squads of new informants eventually lead to charges in some high-stakes offshore tax cases, then the CRA’s reputation could quickly change. Until then, though, the most riveting action in North American tax enforcement will continue to occur disproportionately south of the Canada-U.S. border.


 

 

Chantage fiscale: les pays d’Europe tombent dans le même panneau que le Canada

Chantage fiscale

Une autre lacune des idéologies prônant la mondialisation, c'est leur grande difficulté à arrimer les régimes d'imposition à cette nouvelle réalité économique. Dans un monde fibre d'entraves économiques, les multinationales peuvent magasiner leur régime d'imposition et choisir le pays qui leur offre les taux d'imposition les plus avantageux.

Au fil des ans, cette dynamique a plongé les pays dans une concurrence féroce et a engendré une chute dramatique des taux d'imposition applicables aux multinationales.

Cette crise, c’est la classe moyenne – celle des
contribuables particuliers – qui la subira
.

Le gouvernement Harper aura fait diminuer les impôts des entreprises de près de moitié (de 28% à 15%) en 12 ans. Les conservateurs affirment, comme les libéraux avant eux, que ces mesures dynamisent l'économie et créent des emplois. C'est là une rhétorique mensongère qu'il faut dénoncer.

Au lieu d’investir dans la machinerie et améliorer le savoir-faire de la main d’œuvre pour améliorer la productivité, ils gardent leurs ‘cash, (environ 626 milliards),  ils rachètent leurs propres actions pour monter la valeur de leurs propres actions, ou émettre de fort dividende ou font de l’investissement étranger dans les paradis fiscaux.

Financial Secrecy IndexLa lutte contre les paradis fiscaux est au point mort

Le G20 est incapable de combattre efficacement ces centres financiers opaques car trop d’États membres sont concernés.

La déclaration du sommet du G20 était pourtant sans appel. « L’ère du secret bancaire est terminé », avait déclaré dans leur communiqué final les chefs d’Etat des vingt pays les plus riches du monde s’engageant à prendre des sanctions contre « ces trous noirs de la finance mondiale » par lesquels transitent près de 800 milliards d’euros chaque année. Une évasion qui entraîne des pertes considérables pour les Etats entre 350 et 500 milliards d’euros dans le monde, selon la Banque mondiale.

Pour l’ONG, même si des progrès ont été enregistrés avec notamment les traités bilatéraux, les paradis fiscaux n’ont pas disparu contrairement à ce que laisserait penser la liste publiée par l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE).

Échange d’informations fiscales

Mais dans son étude, l’ONG CCFD Terre solidaire démontre, chiffres à l’appui, une réalité plus complexe. Selon le Groupe d'action financière sur le blanchiment de capitaux (GAFI), il existe 41 pays propices à l’évasion fiscale.

Enfin l’ONG révèle dans son rapport une liste de l'ONG Tax Justice Network, un réseau de spécialistes engagés dans la lutte contre les paradis fiscaux, qui pointe du doigt 73 territoires dans le monde.

Le score d’opacité est mesuré à partir de 15 critères dont notamment le secret bancaire, la coopération judicaire, la coopération fiscale mais aussi les activités criminelles. Parmi les pays qui cultivent un fort degré d’opacité, on trouve notamment le Luxembourg, la Suisse, les Iles Caïmans, Hong-Kong, le Liberia et le Ghana. Mais aussi des membres du G20 comme le Royaume-Uni (21), les États-Unis (6), le Canada (17) ou le Japon (10).

 


Extrait de : Les États dégainent l'arme fiscale, Richard Dupaul, La Presse, 30 juin 2014

Japon, Inde, Portugal, Italie, Espagne... autant de pays qui ont dû s'imposer une sévère cure d'austérité après la crise financière en 2009. Or, voilà que des États, épuisés par leur régime minceur, font volte-face et misent sur des baisses d'impôt pour revigorer leur économie.

Qui sera le plus compétitif... C'est plus que jamais le nerf de la guerre entre les pays industrialisés, qui cherchent à raviver leur secteur manufacturier et leur économie.

Et sur ce champ de bataille, dominé par les économies émergentes ces dernières années, des pays dégainent les nouvelles armes qu'ils comptent utiliser pour vaincre leurs rivaux: des baisses d'impôt.

L'Espagne et le Japon, deux piliers dans leur région du monde, viennent tout juste d'annoncer des plans économiques majeurs qui allègent la fiscalité des entreprises, et celle des particuliers dans le cas des Espagnols.

Plus tôt cette année, le Portugal a donné le ton en offrant de généreuses baisses d'impôt à ses sociétés.

Pour ne pas être en reste, les gouvernements nouvellement élus en Italie et en Inde ont aussi déballé récemment des projets de relance qui misent aussi en partie sur une fiscalité plus généreuse.

Madrid et Lisbonne s'affrontent

Pour redonner vie à son économie en mal de croissance, le gouvernement espagnol a adopté, il y a quelques jours, un projet de loi accordant de généreuses baisses d'impôt aux entreprises et aux particuliers.

Les mesures phares prévoient, dès 2015, une réduction de 12,5% de l'impôt des particuliers et de 5% du taux appliqué aux sociétés (qui passe sous les 30%). «Nous le faisons pour stimuler la croissance, l'emploi et la compétitivité des entreprises», a assuré le ministre du budget, Cristóbal Montoro.

Le gouvernement conservateur, qui avait multiplié les coupes budgétaires et les hausses d'impôt dès son arrivée au pouvoir fin 2011, fait donc un virage à 180 degrés.

La quatrième économie de la zone euro est sortie récemment de sa deuxième récession en cinq ans, avec une croissance au premier trimestre (+ 0,4%) qui double la moyenne en zone euro. Ce tableau est toutefois assombri par un taux de chômage proche de 26%.

Les Espagnols donnent ainsi la riposte à leurs voisins portugais, qui avaient déballé quelques cadeaux fiscaux l'hiver dernier.

Devant le «ras-le-bol» d'une austérité brutale en 2012-2013, Lisbonne mise dorénavant sur la «compétitivité fiscale». En clair, les sociétés paieront moins d'impôt cette année, soit un taux moyen de 23% au lieu de 25% l'an dernier. Or, la baisse se poursuivra jusqu'à une fourchette de 17 à 19% en 2016, rapprochant ainsi le Portugal du champion européen dans l'arène fiscale, l'Irlande et son taux imbattable de 12,5%.

La vague des baisses d'impôt est aussi en train de balayer l'Asie. Le Japon a dévoilé - à quelques heures de l'annonce espagnole - une série de bonnes nouvelles pour les sociétés nipponnes.

Ainsi, en quelques années, l'impôt des sociétés sera ramené dans une fourchette allant de 20 à 29% contre 35% aujourd'hui. Le taux statutaire actuel au Japon est, selon l'OCDE, l'un des plus élevés du monde et se situe bien au-dessus de celui du Canada (26%, taux moyen 2012).

Cette décision s'inscrit dans les réformes ambitieuses du premier ministre Shinzo Abe. Après des changements dans la gestion budgétaire et la politique monétaire du Japon, il s'agit de la «troisième flèche» des «Abenomics», une politique économique visant à relancer la troisième économie mondiale qui fait face au vieillissement de sa population.

Abe s'est engagé à ce que la nouvelle grille d'impôt s'applique dès l'an prochain. «Nous favoriserons l'emploi et l'amélioration du niveau de vie», a-t-il assuré.

Quelques jours auparavant, toujours en Asie, le nouveau gouvernement de Narendra Modi, en Inde, promettait de réactiver la croissance, tombée à 4,5% l'an dernier. Comment? Par un plan de relance qui comprend, entre autres, une fiscalité plus souple pour les entreprises et l'abrogation des impôts rétroactifs (des particuliers) décrétés par le gouvernement précédent.

En somme, l'heure est à la détente fiscale dans de plus en plus de pays, et ce, au moment où des rapports confirment un retour au bercail des entreprises manufacturières occidentales, notamment aux États-Unis, qui tournent le dos au «Made in China».

23 %

C'est le taux moyen de l'impôt des sociétés en Europe (2013). Le Royaume-Uni fait bonne figure avec un taux de 21%. Mieux que le Portugal (23,0%), l'Allemagne (29,6%) et la France (33,3%), selon le cabinet KPMG.


Build a renminbi trading hub in Vancouver + inflation

Quand les américains impriment des trillions en monnaie de singe.

Il transfert de l’inflation sur le reste du monde, (vous avez un excellent exposé de Charles Gaves sur le sujet à la fin de ce carnet).

Il est grand temps que le commerce international se diversifie en utilisant autre que le dollars US.

Le monde entier est de plus en plus écœuré de leur insouciance.


Extrait de: Here’s half a billion reasons we should build a renminbi trading hub in Vancouver, Murad Hemmadi, Jul 28, 2014

Currency clearing centre would lower costs for companies operating in China, attract investment

clip_image002

Establishing a Canadian offshore trading hub for the renminbi (RMB) could boost trade with China by $500 million a year, according to the Asia Pacific Foundation of Canada. British Columbia has enthusiastically welcomed the prospect of such a centre being built in Vancouver.

The U.S. dollar is the currency of choice for most of the trading world, but China is increasingly looking to internationalize the RMB, also called the yuan. The government is encouraging foreign investors to hold RMB-denominated assets, and dealing in the country’s domestic currency allows businesses operating in or trading there to minimize transaction costs.

The “redback” is the world’s fastest-growing currency, and Deborah Stokes says the Chinese government is paving the way:

Beginning in earnest around four years ago, Beijing engineered a series of liberalization moves to allow the renminbi to catch up to the economic status of its homeland, now the world’s second-largest economy. For example, most of the restrictions on cross-border buying and selling goods in RMB have now been lifted. Renminbi investing options have also opened up. Foreign banks now offer an array of RMB products and services; you can open an RMB account in Canada today.

READ: The Renminbi goes mainstream »

A Canadian RMB currency hub would allow banks and businesses to use the renminbi in China, a potentially significant saving to importers with local suppliers. And it could help attract more Chinese money to Canada, according to the Foundation’s report:

China has a large and expanding pool of savings from its household, private, and government sectors. As capital controls are slowly removed, an important amount of those savings will be invested offshore. Canada has an opportunity to present itself as a destination of choice for Chinese investment.

Vancouver is the logical place to host a renminbi hub in Canada. The city has a large Chinese-speaking population and has long been regarded as a gateway to the Pacific. With no offshore hubs yet established in North America, a Vancouver centre could attract a sizeable chunk of the international yuan market, which currently mostly runs through Hong Kong.

But Vancouver will need to act quickly: San Francisco is angling to be the first North American RMB hub as well, and recent entrants Frankfurt and London will not give up their newfound share of the currency market easily. If the city is successful, expect to see a little more red in Canadian wallets in the near future.


Extrait de : A propos de l’inflation aux USA, Charles Gave, Institut des libertés, 23 juin 2014

En ce moment, je reçois beaucoup de questions sur l’Inflation, en particulier aux USA où certains prix, tels le pétrole et la nourriture commencent à monter. Pour beaucoup de gens, il semble que l’inflation soit la solution à l’endettement généralisé et que la politique Américaine ait enfin réussi  à faire redémarrer l’inflation.

J’ai donc pensé qu’il serait utile de rappeler quelques vérités premières sur ce qu’est ou n’est pas l’inflation.

La première réalité à  bien comprendre est la suivante :

L’inflation en aucun cas ne crée de la richesse, elle ne fait que transférer de la richesse d’un agent économique à  un autre, de celui qui prête à celui qui emprunte, de celui qui n’a que sa force de travail à offrir à celui qui a des actifs et/ ou qui produit des biens de façon quasi monoblastique.

Pour une banque centrale qui voudrait organiser ces transferts, le plus simple est de maintenir des taux d’intérêts réels négatifs, le but étant de procéder à  ce que Keynes appelait « l’euthanasie du rentier ». Pour un Keynésien en effet, tous les malheurs du monde viennent toujours d’un excès d’épargne qu’il faut corriger en la pénalisant pour forcer les épargnants à sortir leur argent de dessous leurs matelas.  Malheureusement, et comme le disait Bastiat, en économie, il y a ce qui se voit et ce qui ne se voit pas.

Prenons la situation actuelle.

Depuis bientôt 6 ans, la banque centrale Américaine, la Fed suit une politique parfaitement Keynésienne en maintenant des taux réels négatifs sur les taux courts, ce qui veut dire en bon Français que celui qui achète des bons du trésor US  voit le pouvoir d’achat de son capital baisser au travers du temps.

A l’heure actuelle, la hausse des prix aux USA  avoisine les 2 %  et les taux  à 3 mois sont à zéro, ce qui veut dire que le pouvoir d’achat du rentier baisse de 2 % par an. Des taux réels négatifs sont donc en fait un impôt sur le capital, imposé non pas par les autorités fiscales mais par la banque centrale. Ce n’est  pas la première fois  que la Fed suit cette politique, comme en témoigne le graphique suivant, ou les périodes de taux réels négatifs sont hachurées en vert.

Taux réels négatifs matière première

Sur ce graphique,  j’ai rajouté les prix de deux matières premières extrêmement importantes, le prix du pétrole et le prix de la nourriture.

Comme le lecteur peut le voir toutes les périodes de taux réels négatifs ont coïncidé avec des fortes hausses de ces deux produits essentiels. (Attention, l’échelle de  gauche est en graphique logarithmique. Entre 1970 et 1980, le prix du pétrole a été multiplié par 10 et celui de la nourriture par 4).En revanche, dans les périodes de taux réels positifs (non hachurées sur le graphique), le prix de ces matières premières baissent ou restent stables.

Pourquoi ? Quelques mots d’explications sont nécessaires ici.

Le prix de ces matières est libellé en dollars US.

·         Lorsque nous avons des taux réels négatifs, le taux de change du dollar US baisse.

·         Les prix des matières premières s’ajustent à  la hausse,  pour compenser cette baisse du dollar.

Cette hausse acquière assez rapidement un caractère durable dans la mesure où la Fed annonce à  qui veut bien entendre que les taux vont restés négatifs pendant encore très longtemps.

Et donc, les matières premières montent…Mais c’est là que nous retrouvons « ce qui se voit et ce qui ne se voit pas »

Qui en effet souffre le plus de cette hausse des matières premières ?

Ce sont ceux que j’appelle  « les petites gens », c’est-à-dire tous ceux qui ont des revenus en dessous de la moyenne.

·         Pour eux, les dépenses énergétiques et  de nourriture, représentent une part très importante de leurs budgets et ce sont des dépenses absolument indispensables.

·         Pour eux, une hausse des prix dans ces deux postes est exactement équivalente à  une hausse des impôts.

·         Leur revenu disponible, après impôts, loyers, nourriture et énergie (toutes dépenses absolument nécessaires)  baisse de façon catastrophique.

Et du coup, leur consommation sur les autres produits, qui représente une part importante de la consommation nationale baisse très fortement.

Ce qui entraine bien évidemment un ralentissement économique dans  tous les secteurs qui vendent en priorité à cette catégorie de population.

Ainsi, Wal-Mart, le Carrefour Américain, qui vend en priorité  à cette clientèle voit ses ventes baisser d’une année sur l’autre tandis que ceux qui vendent à  la partie la plus fortunée de la population voient leurs ventes s’envoler, puisque le prix des actifs détenus par ces gens monte fortement.

Dans le fonds, une politique de taux réels négatifs est une immense subvention à  ceux qui contrôlent des actifs financiers ou immobiliers et la note est payée par ceux qui n’ont que leur force de travail à offrir.

Ce que fait la Fed c’est de subventionner les riches en taxant les pauvres.

Il s’agit en fait d’une politique extraordinairement régressive socialement et humainement, qui ne fait que creuser l’écart entre les plus riches et les plus pauvres, ce qui politiquement  ne peut pas ne pas amener   à de graves problèmes.

Mais cela va s’arrêter le jour où cette baisse du niveau de vie des plus pauvres  aura  été suffisamment forte pour que cela déclenche une récession, par insuffisances de la demande, ce qui peut apparaitre paradoxal dans la mesure où toute la politique a été faite pour « stimuler la demande »  mais qui est la réalité.

Et lorsque cette récession arrivera, le prix de tous les actifs baissera sèchement et ce sera le tour des riches d’être appauvri. Et il est à parier que le prix du pétrole  et le prix de la nourriture, à ce moment là baisseront aussi et que le dollar montera.

Si appauvrir les riches pour transférer leur argent aux pauvres n’est jamais une solution, appauvrir les pauvres pour transférer de l’argent  aux riches  devrait être  encore moins envisageable. Et pourtant, c’est le résultat inéluctable de la politique suivie

Pour résumer :

·         Certains prix sont orientés à la hausse, ce qui est la conséquence des taux réels négatifs aux USA.

·         Ces prix font baisser le niveau de vie d’une grande partie de la population, ce qui amène à  une baisse de la consommation.

·         Cette baisse de la consommation va déclencher une baisse des prix d’abord sur tous les produits non indispensables  que les « non riches » avaient l’habitude d’acheter, puis sur tous les autres au travers d’un ralentissement économique, voir d’une récession.

·         Et il est à craindre que la Fed à ce moment là ne décide qu’il faille continuer avec la politique des taux réels négatifs plus longtemps encore, en vertu du bon principe technocratique que la politique appliquée est la bonne, mais qu’elle n’a pas été mise en œuvre avec suffisamment de vigueur….

Le cercle vicieux par excellence.

Vivement que le monde politique reprenne le contrôle des banques centrales  

(NDLR: sic dans la mesure ou nous sommes au pire du contrôle envisageable, le remarque de l’auteur est  à prendre avec ironie // vivement que les communistes, reviennent // Vivement qu’on créve tous au fond d’un puit etc etc).