One-third of working Americans support two-thirds of the population

Il est intéressant cet article, car le premier article que j’ai écrit sur ce sujet, il y a plus de 5 ans, arrivait aux mêmes conclusions: Le tiers de la population fait vivre les deux autres tiers de la population, j’en avais traumatisé quelques-uns en révélant ce constat.  

Je l’ai raffiné 4 ans plus tard, Statistiques fiscales des particuliers du Québec, pour arriver à un constat plus précis, 25 %  de la population essaie de faire suffisamment de richesse pour faire vivre le  ¾ de la population.

Évidemment, cela ne marche pas, pas assez de gens dans le privé qui payent assez d’impôts pour soutenir tous les cadeaux qui ont été accordés depuis des décennies.

D’où l’éternel déficit du Québec.

Encore plus grave, le chiffre du 25 % va encore diminuer :

·         Puisque, nous avons le deuxième plus haut taux de démographie au monde, de plus en plus de vieux prennent leurs retraites avec de moins en moins de jeunes générant suffisamment de richesse pour la supporter.

·         Ajouter, à cela, nos jeunes ont des emplois de plus en plus précaires avec des salaires peu rémunérés particulièrement à cause du chantage salariale des compagnies, risquant ainsi de payer peu d’impôts.

Belle perspective n’est-ce pas ?


Extrait de: One-third of working Americans support two-thirds of the population: The hidden figures of those not in the labor force and transfer payments., mybudget360

There still seems to be little acknowledgement of the massive army of people now falling into the category labeled as not in the labor force. Some of this growth is predictable like many older Americans hitting retirement age. But this only explains a small portion of the change since many older Americans are needing to work much longer since they have paltry retirement savings. The unemployment rate dropping dramatically has largely been driven by this category expanding and labor force participation is at generational lows.

·         You also have spending growing in the form of military, Medicare, and Social Security that are now eating up a larger portion of the budget.

·         Deficit spending continues to occur in the face of a booming economy.

Why?

The math shows that one-third of private sector workers
are supporting two-thirds of the population.

We have over 92 million Americans that are now part of the not in the labor force category. Let us dig into the numbers even further since some tend to think this is only happening because of older baby boomers.

Not in the labor force demographics – not just old people

People tend to think that those in the not in the labor force category are largely older people. That is true but we’ve seen a large growth of those in their prime working years landing in this category. That is not a good thing. We’re also seeing more students go to college which is positive as long as you are not going into massive debt and are pursuing a quality education. Sadly, many are going into deep debt for a mediocre education.

Let us look at the not in the labor force category carefully:

Not in the labor force

Not-in-Labor-Force-Demographics, Source: BLS, Jobenomics Blog

This is a very high number of people not in the labor force. Nearly one-third of the country falls in this category. And what we find is more older people are making up a larger portion of the labor force.

Labor force participation rates – the boost in unemployment figures

There has been some dramatic shifts to the labor force. Take a look at the following chart:

shifts to the labor force

Labor-Force-Participation-By-Age, Source: BLS, Jobenomics Blog

Over the last two decades:

1.      The largest growth to the labor force has come from those 55 and older.

2.      For younger Americans the labor force hasn’t been so kind.

3.      Part of this is more people going to college and taking on massive student debt.

4.      Another part of this is a growing number of part-time workers that land in transient positions creating many people that enter and exit the labor force on a routine basis.

There has also been an argument that many older workers are locking up positions that would once go to younger workers.

Ultimately the numbers are not as great as the headline unemployment figures report. And what we have is now a large portion of transfer payments hitting the economy.

Transfer payments

Here is an interesting chart regarding transfer payments:

 

Transfer payments

With an aging population and more people drawing on government programs, more disposable income is going to transfer payments while the labor force participation rate falls to generational lows.

This simply puts more pressure on the current workforce.

One-third working for two-thirds

One of the most startling facts is that one-third of the nation’s workers are supporting two thirds of the population:

one-third of the nation’s workers

·         Government workers are paid via funds that come from taxes.

·         92 million are simply not in the labor force.

·         Another 69 million are not working, mostly children.

·         And 19 million are unemployed.

Is it any surprise why we are running big deficits?

These are mega trends that won’t reverse anytime soon. It also helps to explain why millions of Americans are completely unprepared for a long retirement.

Si elle raffine son raisonnement, en examinant attentivement, combien de travailleurs dans le privé mais ne paie pas d’impôts puisque leurs salaires sont trop bas.

Tout probable, elle va arriver aux mêmes chiffres que les miens,
environ
25 % de la population qui tente de faire vivre le ¾ de la population.

I’m not sure if the mainstream press will cover this issue more carefully but it is very important and helps to explain why our rosy unemployment figure isn’t as great as it appears.

Médias traditionnels, ils font du bruit pour faire du bruit,
comme les politiciens, en ne posant jamais les vrais questions.


Remember Europe's "austerity" or rather as "fauxterity"?

Extrait de: Someone Really Needs To Explain To Europe What "Austerity" Means, by Tyler Durden, Zero hedge, 10/23/2014

Remember Europe's "austerity", or rather as we dubbed it, fauxterity?

Of course, how could you forget: after all everything that is wrong with Europe is blamed not on government corruption and the complete lack of reform, enabled so gloriously by Goldman's custodian of Europe's money printer who would do "whatever it takes" to mask Europe's sad reality that without reform the continent is doomed, but on the intolerable, insufferable imposition of hated, loathed austerity on Europe's insolvent nations.

After all, how on earth are they all supposed to get out of their debt-induced depressions if they have to, gasp, cut their debt!

So yeah, we get the propaganda. What we don't get is whether everyone in Europe is completely incapable of reading simple numbers, is atrocious at math, or simply doesn't understand the definition of austerity.

According to the just released government debt data for Q2 2014 where we find that, in a very peculiar definition of what austerity supposedly means in Europe, total debt to GDP for the Euro Area rose once again, from 91.9%, to a new all time high of 92.7%, or in absolute terms from €9.15 trillion in government debt to €9.26 trillion.

Debt Euro Area

Here is what Europe's debt breakdown looks like on a chart:

Euro Debt % GDB

It wasn't all European states that were confused about the definition of austerity, however: only most of them.

"Compared with the first quarter of 2014,

1.     Twelve Member States registered an increase in their debt to GDP ratio at the end of the second quarter of 2014,

2.     Six a decrease and

3.     Estonia no change.

The highest increases in the ratio were recorded in Italy (+3.1 percentage points – pp), Malta (+2.7 pp) and Latvia (+2.4 pp)."

Euro Debt % GDB change

Congratulations are due to Ireland (-5.2%) and Portugal (-2.2%), which do have a permission to bash evil austerity. All the others better shut up.

But wait, it gets better. Because juuuuuust when you think Europe's worst debt offender, i.e., Italy, is about to get it... it loses it again.

Here is what the Bank of Italy released moments ago:

The ratio of debt to GDP is expected to rise to 133.4 per cent in 2015; it is projected to start decreasing in 2016, one year later than forecast in April, and to reach 124.6 per cent in 2018.

Next year, it will be projected to start decreasing in 2017, and the year after that, in 2018: always the year just after.

And now, let's all blame "austerity" for Europe's triple-dip recession aka ongoing depression.

Comment fait-on pour augmenter nos dettes, si l’on est cassé comme des clous, on imprime des trillions en crédit grâce à la BCE ou on emprunte, emprunte, emprunte …, jusqu’à mort s’en suivre.

Tout est beau dans le pays d’Alice et Merveilles.

Alices et Wonderland


Extrait de : L’austérité européenne est un mythe, Eric Leser, Slate.fr, 11.10.2014 - 10 h 43

Les dépenses publiques n’ont pas baissé en Europe au cours des dernières années. Elles ont même augmenté significativement.

La dénonciation de l’austérité menée par l’Union Européenne et notamment la zone euro et de ces conséquences désastreuses, une activité économique au ralenti, du chômage et même une menace de déflation, est permanente, surtout en France. L’austérité est notamment rejetée par les partisans de «l'autre politique» économique qu’ils soient à la gauche du Parti Socialiste, à l’extrême gauche ou à l’extrême droite et au Front National.

Total goverment expenditureLe problème, c’est que la politique d’austérité menée par l’Europe est en grande partie un mythe. En moyenne, les dépenses publiques n’ont pas baissé en Europe au cours des dernières années.

Elles ont même augmenté significativement depuis 2007, l’année avant qu’éclate la crise financière!

Et il s’agit de chiffres incontestables que publie la Commission Européenne sous la forme du graphique de la semaine. Il est même qualifié de graphique de la décennie par un expert de l’agence Bloomberg.

Ainsi, pour les 28 membres de l’Union Européenne, les dépenses publiques ont représenté en moyenne 49% du Produit Intérieur Brut (Pib) en 2013, soit une progression de 3,5 points par rapport à 2007.

Et cette démonstration est encore plus significative dans la zone euro. La dépense publique a représenté 50% du Pib en 2013 contre 46% en 2007.

L’exemple des deux économies malades de l’Europe, la deuxième, la française, et la troisième, l’italienne, est encore plus parlant. La dépense publique est passée en France depuis 7 ans de 52,6% à plus de 57% de la richesse nationale et en Italie dans le même temps de 47,6% à 50,6%.

Les keynésiens expliqueront que si la dépense publique a augmenté depuis 2007 en Europe, c’est pour soutenir l’activité en période de crise. Le problème c’est que cela ne fonctionne pas ou plus. Et la France, qui est parmi les grands pays d’Europe, de loin celui où la dépense publique est la plus importante en proportion de son économie, en est une parfaite démonstration avec une croissance anémiée maintenant depuis des années.

La théorie keynésienne du multiplicateur - un euro dépensé par le gouvernement se tranforme en plus qu'un euro de croissance - ne correspond plus à la réalité.

En fait, la dépense publique est même devenue un frein à la croissance et les économies les plus dynamiques en Europe sont celles où les dépenses publiques sont en proportion du Pib les plus faibles.

Le problème est celui de l’inefficacité grandissante
de la dépense publique.

Tout à fait valable pour le Québec, aussi.

C’est ce que la Commission Européenne souligne dans une étude publiée il y a quelques mois.


Canada’s top places to start and grow businesses in 2014

Entrepreneurial CommunitiesNothing happens automatically.

A city grows only because residents are able to make their businesses grow—and a business only grows if the owner makes the decision to do so. In turn, owners only decide to grow if they have the resources to do it and if they believe the investment will have sufficient pay off in the future.

Vous remarquerez que Montréal et la ville de Québec ne sont pas dans le palmarès, je me demande bien pourquoi ?

Overall results

CaptureHistorically, and for a variety of reasons, CFIB has found entrepreneurial characteristics to be strongest in Canada’s prairie cities and the urban areas that ring large urban cores.

What they have in common is ‘newness’—the prairie economies have only been developed in the past 150 years or so. Only a few generations separate today’s urban prairie residents from their entrepreneurial forbearers.

Similarly, suburban entrepreneurs sought the benefits of urban markets already in place, but found outlying areas more conducive to the structure and cost of doing business.

One often sees higher entrepreneurial activity in resource regions as well—although economies there can suffer from wider boom and bust business cycles. Favourable resource development conditions will attract businesses seeking to service increased activity—and, when conditions deteriorate, a strong base of experienced business owners often becomes the primary pillar of community support.

Policy

Local government tax balance

The most important local issue to small business owners is total tax burden as it affects businessesbottom line and ultimately future business growth. Property tax is one of the most burdensome types of taxes for small businesses. The total property tax rate includes municipal, education and other components. The tax ratio is the commercial tax rate divided by the residential tax rate within the community. A low ratio indicates a more equitable distribution of taxation among ratepayers.

Cost of local government

Many businesses are concerned about how government spending can affect taxes in the long run because a heavy tax burden increases operating costs and reduces businesses chances of succeeding. The higher the cost of government, the greater the pressure put on tax revenues. A higher percentage of businesses citing the cost of government as an issue would suggest that a municipality is doing less to control spending and keep taxes at an overall reasonable level.

Local government sensitivity to local businesses

Business owners expect their local governments to be aware of their contributions to society and to help provide a sound environment for growth. The higher the percentage of business owners who feel that their local government is aware of the small business sector, the more likely that the local government is taking concrete actions to promote the sector and the more likely that the business will stay in operation and feel engaged in the community.

Local government regulations

Regulatory burden is the second most important issue for small business owners as it generates high costs to business owners in terms of time and money. The higher the proportion of business owners who cite regulatory burden as an issue, the worse off municipalities are in creating a sound environment for businesses.


 

Martin Coiteux, président du Conseil du trésor, une morale responsable ?

Extrait de : Martin Coiteux, président du Conseil du trésor: exit le modèle québécois ?, Olivier Bourque / Argent, 13 octobre 2014

Lorsque l’économiste Martin Coiteux a été nommé président du Conseil du trésor, la gauche québécoise a crié au loup. Sur son blogue, le député péquiste Jean-François Lisée s’est inquiété de le voir arriver à ce poste stratégique et n’a pas hésité à qualifier sa pensée d’anti-modèle québécois.

«Coiteux estime que le Québec n’a pas les moyens de maintenir son filet social», disait-il.

En entrevue, le principal intéressé affirme vouloir aller au-delà des étiquettes. Il présente une image modérée, se dit fier de faire parti du gouvernement Couillard. «J’adhère aux grandes valeurs du Parti libéral du Québec», dit-il.

Mais cette adhésion en a étonné certains dont le chef du Parti conservateur du Québec, Adrien Pouliot qui s’était exprimé sur l’entrée en politique de Coiteux il y a quelques mois. «Je crois que Martin se présente pour un parti qui ne représente pas ses valeurs», disait-t-il au Prince Arthur Herald.

Au contraire, dit Coiteux, il est à l’aise dans le contexte actuel, pour un gouvernement qui veut faire un ménage dans l’appareil. Pour lui, le processus actuel de révision des programmes est une étape obligée afin que le Québec rééquilibre ses finances publiques.

«On peut parler de gauche ou de droite, mais ultimement, en respectant les valeurs de notre société, ce qu’on veut, c’est d’en donner aux Québécois pour leur argent et de cesser de pelleter dans la cour de nos enfants.

Je pense qu’une valeur comme cela, c’est ni de droite, ni de gauche, c’est une valeur de responsabilité», affirme M. Coiteux.

Juste ce commentaire mérite mon attention, il y a-t-il un politicien qui a encore une morale ?

J’ai l’impression d’entendre Québec Droite, Québec Droite, est-il à gauche ou à droite ?

Lorsqu’on lui demande s’il tient réellement au modèle québécois, il adopte un ton rassurant mais avertit qu’il y aura des changements. 

«Le modèle est perfectible. Si le modèle peut payer ses factures en révisant ses programmes, ce sera un modèle d’autant plus fondamentalement intéressant et capable de s’adapter à la réalité du 21e siècle. (…) Notre intention c’est de conserver et de préserver les grandes valeurs et les grands paramètres de ce que le Québec veut comme société en équilibrant le budget. Ça veut dire que certains programmes qui seront moins généreux qu’aujourd’hui. Mais cela, très honnêtement, c’est la manière moderne de faire les choses», affirme-t-il.

Mais bien malin celui qui réussira à lui arracher un aveu sur ce qui s’en vient. Où verra-t-on l’effet le plus prononcé des coupures : congé parentaux, programme des garderies, aide aux entreprises ? Coiteux ne dit rien et affirme que la révision suit son cours.

Austérité ou rigueur ?

En entrevue, Coiteux ne peut gommer un petit côté professoral. Il semble d’ailleurs avoir du Stéphane Dion dans le nez, de par son physique, l’expression précise de son argumentation, un fédéralisme convaincu, son amour évident de la joute politique… la comparaison l’amuse.

«Vraiment ? C’est la première fois qu’on me dit cela», affirme-t-il en riant.

Mais il perd rapidement son sourire lorsqu’on lui rappelle les propos de Pierre Karl Péladeau qui a dénoncé l’austérité prônée par le gouvernement libéral. Coiteux préfère parler de rigueur et fustige l’étoile péquiste.

«De dire que la situation des finances publiques n’est pas sérieuse au Québec, moi j’appelle cela irresponsable.

C’est vendre du rêve. La réalité, c’est que les finances publiques sont dans un état extrêmement sérieux. Juste cette année, 2014-2015, si on n’avait pas pris les décisions, on aurait un déficit de 5,4 milliards $ cette année, plus de 7 milliards $ l’autre année. Alors si M. Péladeau trouve que ce n’est pas sérieux, je ne sais pas où il loge», se demande-t-il.


Et ce n’est pas fini, nous sommes pognés dans la trappe à dette.

TRAPPE À DETTE : On dit donc qu’un pays est dans une trappe à dette quand ses taux d’intérêt sont supérieurs à son ton taux de croissance nominal

Tout va bien : Tant que, le taux de croissance est supérieur aux taux d'intérêt : on crée plus de richesse qu’on en a à rembourser.

Tout dérape : Quand le taux d'intérêt devient plus élevé que le taux de croissance économique.

Elle est en fonction de trois variables :

1.      L’endettement en rapport avec le PIB.

2.      Le taux de croissance du PIB

3.      Les taux d’intérêts payés pour les emprunts


Sur l’action économique du gouvernement critiquée par certains qui raillent le pseudo-effet libéral, Coiteux affirme que beaucoup a été fait durant les derniers mois.

«Le budget de Carlos Leitao a baissé le fardeau fiscal des PME, il a introduit un crédit sur les coûts de transport pour les PME manufacturières, on relance le Nord, on a annoncé des investissements importants dans le gaz naturel liquéfié avec Gaz Métro», dit-il.

D’ailleurs sur ces annonces concernant le Nord québécois critiquées par plusieurs en contexte d’austérité, Coiteux croit au contraire que c’est le temps d’investir même si le prix des métaux est au plus bas. «Le Nord va être relancé. Les courbes vont commencer à s’infléchir. L’investissement privé va augmenter», promet-il.

Loin d’être convaincue, c’est une économie de pauvre, si l’on ne transforme pas la matière première, le coût maintenir les infrastructures dans le Grand Nord et le peu de redevances que ça rapporte, ne mérite pas l’investissement public.

À cause de l’automatisation, ce n’est pas l’extraction qui fait des emplois mais sa transformation.

Lire : À qui profite le Plan Nord ?

***

Le Québec a un problème de dette, dit Coiteux

Il n’y a pas que PKP qui croit qu’on dramatise la dette du Québec. L’an passé, l’ex-premier ministre Jacques Parizeau avait souligné que le gouvernement péquiste de Pauline Marois exagérait la menace.

En utilisant le concept des déficits cumulés (qui comprend les actifs du Québec), la dette représente 33 % du PIB, ce qui place le Québec dans la moyenne des pays de l’OCDE. Mais selon Martin Coiteux, la dette est un véritable problème qui est menaçante.

«C’est la dette de l’épicerie. Donc 33 %, c’est épouvantable. Le Québec est une province canadienne. On a la dette la plus élevée de toutes les provinces. Maintenant, si vous nous donnez la part fédérale qui correspond à notre pourcentage de notre population, on a une dette de 95 % du PIB. On est loin d’être dans le milieu», peste-t-il.

Pour vous donnez de l’ampleur de la situation :

Si le Québec assumait une part de la dette fédérale égale à sa part dans la population canadienne, sa dette totale augmenterait de 81%.

Le Québec indépendant se retrouverait avec un ratio de dette par rapport au PIB de près de 87%, ce qui lui confèrerait la 5e place des pays les plus endettés de l'OCDE, derrière le Japon, la Grèce, l'Italie et l'Islande. (1)

Ainsi, la dette directe nette du Québec est passée de 37,6 milliards $ en 1990-1991 à 175,5 milliards $ en 2012-2013

As-t-on vécu sur le dos de nos enfants, depuis 34 ans ?

Dette nette du Québec

Au 31 mars 2014, les résultats préliminaires indiquent que la dette brute s'est établie à 198 052 millions de dollars, ce qui représente 54,3 % du PIB.

L’objectif du gouvernement est de réduire le ratio de la dette brute au PIB à 45 % au 31 mars 2026.

Au 31 mars 2014, les résultats préliminaires indiquent que la dette représentant les déficits cumulés s'est établie à 120 074 millions de dollars ce qui représente 32,9 % du PIB. (1)

M. Coiteux est un politicien, nos dépenses d’épiceries représente plus de 33 %, attention c’est par rapport au PIB.

Mais, quand tu regardes par rapport à la dette brute (198 milliards) :

Le 2/3 de notre dette est pour payer l’épicerie
(120 milliards/198 milliards).

Donc, chers papy et baby boomers.

As-t-on vécu sur le dos de nos enfants, depuis 34 ans ?

Le ministre affirme aussi que l’endettement pèse lourd dans les finances publiques. «On paye environ 10,8 milliards $ en intérêts à chaque année, c’est plus que ce qu’on met dans nos écoles», dit-il.   

***

Deux questions à Martin Coiteux

Où logez-vous sur les questions sociales ?

Moi j’adhère à des valeurs de grande tolérance sociale. Je me sens à l’aise au PLQ. C’est un parti qui a toujours respecté les grands équilibres, un parti d’avancement social, qui respecte le choix des individus. Je suis un libéral.

Vous êtes junior en politique, quel est votre politicien modèle ?

J’ai de l’admiration pour les gens qui ont une vision et qui sont capables de s’engager au nom de leurs valeurs. Et dans l’état actuel des choses, dans le système politique d’aujourd’hui, vous me permettrez de dire que j’ai une grande admiration pour mon premier ministre.

On va attendre les vraies réformes ?

Puisque le coût le plus important de l’État est la masse salariale, si l’on ne réduit pas ce monstre sans grande imputabilité, on va juste faire du bruit pour faire du bruit.

Au moins, il y a une morale, mais avant tout c’est un politicien, donc qui va supplanter l’autre ?


Declining Business Dynamism in the United States

Si l’on veut être compétitif, il faut connaître nos compétiteurs, les États-Unis étant notre principal client, mais aussi notre principal compétiteur.

Il semble que nous ne sommes pas les seuls d’avoir de la difficulté à créer des entreprises.

1.      L’entrepreneuriat se meurt, Québec : 92,000 emplois perdus, Ontario : 60,600 emplois gagnés

2.      Les embûches d'être créateur de richesse au Québec

Imaginez, avec tous les avantages concurrentiels, une population de 316 millions ayant plus de 47.7 millions sur les foods stamps, donc, une main d’œuvre extra ‘cheap’, plus un salaire minimum qui s’approche de la famine et pourtant, il se perd plus d’entreprises, qu’il s’en crée.

Us Minimum wage

Donc, on peut comprendre comment le Québec a toutes les misères du monde à garder ces entreprises, d’autant plus, nos politiciens se préoccupaient plus à gagner des votes qu’à rester compétitifs.

Voici, quelques extraits du document.


Declining Business Dynamism in the United States: A Look at States and Metros

Business dynamism is the process by which firms continually are born, fail, expand, and contract, as some jobs are created, others are destroyed, and others still are turned over.

Research has firmly established that this dynamic process is vital to productivity and sustained economic growth.

Entrepreneurs play a critical role in this process, and in net job creation.

But recent research shows that dynamism is slowing down.

Declining Business Dynamism in the USBusiness churning and new firm formations have been on a persistent decline during the last few decades, and the pace of net job creation has been subdued. This decline has been documented across a broad range of sectors in the U.S. economy, even in high-tech.

Here, the geographic aspects of business dynamism are analyzed. In particular, we look at how these trends have applied to the states and metropolitan areas throughout the United States.

In short, we confirm that the previously documented declines in business dynamism in the U.S. overall are a pervasive force throughout the country geographically.

In fact, we show that dynamism has declined in all fifty states and in all but a handful of the more than three hundred and sixty U.S. metropolitan areas during the last three decades. Moreover, the performance of business dynamism across the states and metros has become increasingly similar over time. In other words, the national decline in business dynamism has been a widely shared experience.

While the reasons explaining this decline are still unknown, if it persists, it implies a continuation of slow growth for the indefinite future, unless for equally unknown reasons or by virtue of entrepreneurship enhancing policies (such as liberalized entry of high-skilled immigrants), these trends are reversed.

Research has established that this process of “creative destruction” is essential to productivity gains by which more productive firms drive out less productive ones, new entrants disrupt incumbents, and workers are better matched with firms.

In other words, a dynamic economy constantly forces labor and capital to be put to better uses.


Sauf, quand les banques centrales n’arrêtent pas d’imprimer de l’argent.

1.      L’usure de la monnaie par le maintien d’un système fractionnaire (monnaie non couverte à 100% par des actifs tangibles ou réels) et

2.      La stimulation du crédit via la gestion des taux.

Ø  Elles forcent des activités économiques devenues obsolètes à perdurer, à se maintenir.

Ø  Elles agissent, en cela, contre les forces individuelles de renouvellement d’une économie.

Ø  Elles freinent l’innovation.

Les entreprises obsolètes se maintiennent essentiellement grâce au levier opérationnel que constitue la baisse brutale du coût du capital (ou de la dépréciation de la devise), (1).

Ajouter, bien sûr, les bienfaits de la mondialisation heureuse.


A dynamic economy constantly forces labor and capital to be put to better uses, but recent evidence points to a U.S. economy that has steadily become less dynamic over time.

In fact, business deaths now exceed business births for the first time in the thirty plus- year history of our data.

business deaths

Perhaps most striking is the convergence among states and metros on the job reallocation rate—our broadest measure of overall business dynamism. Though exhibiting much more variability than our other measures (higher standard deviations), the data also show a steady decline in the standard deviation of these rates.

In other words, states and metros are increasingly performing much more alike on this higher variability measure of business dynamism; all of this within the context of falling dynamism overall.

States and metros

Conclusion

Overall, the message here is clear.

Business dynamism and entrepreneurship are experiencing
a troubling secular decline in the United States
.

Existing research and a cursory review of broad data aggregates show that the decline in dynamism hasn’t been isolated to particular industrial sectors and firm sizes. Here we demonstrated that the decline in entrepreneurship and business dynamism has been nearly universal geographically the last three decades—reaching all fifty states and all but a few metropolitan areas.