Les chargés de cours n’ont que des miettes, les autres se gavent

Les vieux professeurs (53 %) se graissent la patte
et les chargées de cours (47 %) n’ont que des miettes.

Que diriez-vous de partager avec vos jeunes confrères certains privilèges financiers que vous acquis par copinage syndical et politique, incluant vos multitudes jours de vacances, vos bénéfices marginaux, et vos années sabbatiques que vous cumulés.

Un déficit cumulé du côté du fonctionnement, pourquoi ?

Ce fonds, dans lequel les établissements sont désormais tenus d’inclure des pans comptables majeurs tels les fonds d’amortissement des régimes de retraite, est désormais déficitaire à hauteur de 2,1 milliards (fin 2009-2010). (1)

Des déficits à cause de leurs foutus retraites dorées insolvables.

Il ne faut pas oublier, leur sécurité d’emploi et leur permanence qui permet d’être imputable de rien sur la qualité de l’enseignement, tel que les professeurs d’économies qui enseignent des théories économiques totalement dépassées.

En fait, c’est toujours la même histoire, les vieux refusent de ne perdre aucun privilège, pour les jeunes, on s’en fout.

Bien sûr, les vieux vont dirent : quand ils vont êtres vieux ça va être leurs tours d’acquérir des privilèges, évidemment, c’est totalement faux, car l’État va être sur le bord de la faillite, parce que les deux anciennes générations ont tous pris.

Lamentable !

Certains blâment le sous-financement des universités pour expliquer la publication au compte-goutte des offres d'emplois, se disant que toute augmentation de l'investissement mènerait à une offre proportionnelle de postes bien rémunérés.

Mais la culture interne de ces établissements
ne fonctionne pas ainsi.

Plus d'argent investi ne m'aidera pas si je me heurte à une iniquité salariale croissante entre le personnel-cadre et le personnel enseignant, et entre les jeunes que l'on qualifie de «chargés de cours» et les «professeurs titulaires» plus âgés qui ont pourtant des diplômes et des connaissances identiques (ou parfois même vétustes).

Si on leur signe un chèque, à qui ira la cagnotte, à qui les pinottes? Allons voir.

·         Un professeur à temps plein au Canada gagne en moyenne 87 500$, mais cela ne représente que 53% du personnel enseignant.

·         Le 47% restant, qui regroupe les temps partiels et les chargés de cours, ne gagne en moyenne que 40 000$, malgré leurs 22 années (ou plus) d'éducation.

En enseignement secondaire et primaire, ce genre de système à deux vitesses ne serait jamais toléré. Mais à l'université, on a coupé de 10% le nombre de professeurs depuis dix ans, tout en augmentant le nombre de chargés de cours de 30%. Et comme aucun professeur n'a pu être démis de ses fonctions, cela fut accompli en offrant moins de promotions aux jeunes. Si je restais ici, j'aurais donc de bien meilleures chances de tomber dans la catégorie des 47% exploités que celle des 53% bien nantis, et ce, pour longtemps. (1)

Aux États-Unis, ce n’est pas mieux, lisez le prochain article.


Extrait de: 1 out of 4 college adjunct faculty collecting government assistance: Students in debt and professors barely getting by all the while tuition soars, My Budget

The student debt crisis continues to move across the nation’s landscape like an unrelenting storm.  The stories of economic pain are growing involving students but what about adjunct professors? 

For those of you that are unfamiliar, adjunct professors are like contract teachers at many colleges.  Many carry a heavy teaching load but receive very little job security. 

At many for-profits, more money is spent on marketing than actual instruction which begs the question as to where the money is flowing.  It certainly isn’t on career services to help students given the abysmal results. 

·         Adjunct faculty as it turns out, are now part of the new low wage America

·         A recent study found that a whopping 25% of college adjunct faculty are receiving some form of government assistance. 

·         This isn’t someone working a part-time job making pizza.  No, these are people teaching your young college kids economics and science.

Professors on government assistance

The number of Americans receiving government assistance is no surprise.  Even though the paper economy is booming (i.e., the stock market, equity in housing, etc) many Americans are still unable to meet their monthly expenses without outside help.  What is a surprise is the large number of adjunct faculty receiving government help:

Nearly 100,000 of these part-time faculty, generally known as adjuncts, benefit from the earned income tax credit and, to a lesser extent, Medicaid and the CHIP health-care program for children, the Supplemental Nutrition Assistance Program, previously known as food stamps, and Temporary Assistance for Needy Families, or TANF, according to the study.

“It’s shocking, but it’s the reality,” said Carol Zabin, research director at the Center for Labor Research and Education. “Universities are depending much more on part-time and adjunct faculty.”

The data isn’t pretty:

Professors on government assistance

What is happening is that many colleges are not paying their fair share and allowing for these government subsidies (aka, taxpayer dollars) to make up for the gap that is being taken home by these adjunct instructors.  Many are kept at lower hours to avoid paying for retirement plans or healthcare benefits.  Someone ends up paying the bill.

You wouldn’t think of someone teaching at a college as being on government help.  You certainly wouldn’t expect it given the rise in tuition:

College intuition fee

Adjuncts make up a large part of the teaching pool:

“Indeed, the American Association of University Professors reported this week that well over half of the college academic labor force is part time. That includes both graduate teaching assistants, which account for 12.2%, and other part-timers, or adjuncts, which are 46.7% of the total.”

Étrange au Canada, nous sommes dans la même proportion.

Now you can feel comforted that you as a college student are eating Top Ramen but so is your professor.  I’m sure that will make paying the tens of thousands of dollars in student debt more satisfying.  If you don’t think that we have some serious challenges in the current college structure and student debt markets, you are in for a big surprise.


 

Tax policies and exemptions, reinforcing rich elite private schools in US

Il est évident pour satisfaire les petits rejetons du 1%, on doit s’assurer que les universités soient à leurs hauteurs, détournons les fonds américains pour qu’ils soient avantagés.

clip_image002

Source: Higher education wealth gap widens


Extrait de: 22 Richest Schools In America, By Richard Vedder and Christopher Denhart, Forbes, 7/30/2014

The 22 schools holding half of U.S. endowment wealth enroll just 5% of higher education students.  If anything, that’s an understatement. The concentration of wealth of the 22 schools includes three large public university systems with multiple campuses.

·       The eight Ivy League schools in the top 22, for example, alone have over 21% of the total American endowment assets, but well under 1% of the students.

Assuming a conservative 4% payout rate out of endowments, the two richest schools, Harvard and Yale,  are spending well over $2.1 billion a year  for 35,000 students, or  about $60,000 a student, about eight times the average appropriations state governments provide four-year public universities.

Moreover, many highly endowed schools also receive huge federal subsidies to support research. For example, Harvard and Yale in the 2011-12 academic year together received over $1.262 billion in federal support. Adding that on to endowment spending  (assuming a 4% payout), these schools are spending well over $96,000 per student –without considering revenues from tuition fees, foundation grants or alumni support. The typical state school spends less than $25,000 per student from all sources.

Contrast the highly endowed schools with those holding the other one half of endowments. The second half serves nearly 10 times the number of students as the top 22 schools. One of us attended one of the top endowed schools (Northwestern) as an undergraduate and teaches at a typical state school (Ohio University) today. Both have similar enrollments, but Northwestern’s endowment is nearly 18 times that of Ohio University. Assuming the same 4% payout rate, Northwestern has about $16,800 per student in annual endowment income, compared with less than $800 at Ohio University. Additionally, Northwestern receives vastly more in federal grants and contracts than Ohio University to support large research programs.

Do these disparities in funding impact reputation and performance? Yes. FORBES prides itself that its rankings are based on outcome based measures that interest students, such as whether they get good jobs, can avoid large student debt, or like their instructors. But money can buy good instructors or reduce debt. Wealthier schools can and do use their resources to improve their rankings. It is no accident that the top five research universities (as opposed to liberal arts colleges) on the FORBES 2014 Top Colleges list –Stanford, Princeton, M.I.T., Yale and Harvard –had five of the six largest endowments in the U.S.

These universities at the top are extremely successful in raising funds and managing their wealth.  We do not have a problem with large endowments, however, we do question whether the U.S. government should expend public resources to further this disparity.

Favorable tax policies and exemptions, unequal research funding and donor tax write offs all play into reinforcing disparities between rich, elite private schools and poorer public institutions. 

The federal government’s mission is to further education and research for the good of the broader public.

Yet its tax and subsidy policies are akin to give tax exemptions for donating money to the members of the top one percent.

It amazes us that so-called “progressives” who deplore the wealth and power of the top one percent usually call for expansion of the current system of financing universities, rather than reforming it to remove the advantages accorded to the rich school.

·       Maybe it is because so many of them personally were educated themselves at these citadels of privilege.

 

·       Perhaps schools with large endowments

Ø should not remain tax exempt,

Ø and maybe they should even pay an endowment tax,

Ø or, at the very minimum, they should have to dedicate more endowment funds to lowering tuition costs for their students.

 

·       Yet leading liberals like President Obama, Bill and Hillary Clinton and Elizabeth Warren (all of whom taught or attended either Harvard or Yale) are silent on this issue –does their loyalty to their alma maters blind them to addressing the financial power of the academic one percent?

clip_image003

(Click to enlarge)

Top 22 Richest Schools in America:

1.       Harvard University, $32,334,293,000

2.      Yale University, $20,780,000,000

3.      University of Texas System, $20,448,313,000

4.      Stanford University, $18,688,868,000

5.      Princeton University, $18,200,433,000

6.      Massachusetts Institute of Technology, $11,005,932,000

7.      Texas A&M University System and Foundations, $8,732,010,000

8.     University of Michigan, $8,382,311,000

9.      Columbia University, $8,197,880,000

10.  Northwestern University, $7,883,323,000

11.   University of Pennsylvania, $7,741,396,000

12.  University of Notre Dame, $6,856,301,000

13.  University of Chicago, $6,668,974,000

14.  University of California, $6,377,379,000

15.   Duke University, $6,040,973,000

16.  Emory University, $5,816,046,000

17.   Washington University in St. Louis, $5,651,860,000

18.  Cornell University, $5,272,228,000

19.  University of Virginia, $5,166,660,000

20. Rice University, $4,836,728,000

21.  University of Southern California, $3,868,355,000

22. Dartmouth College, $3,733,596,000


 

Les Etats-Unis et Israël: les deux États les plus terroristes du monde !

Extrait de : Noam Chomsky : l’interview qui dénonce l’Occident, Isabelle Kumar, euronews,17/04/15

Il est l’un des plus grands intellectuels du monde, auteur prolifique et anarchiste autoproclamé. A 86 ans l‘âge ne semble pas le ralentir. 
Il combat toute une série d’injustices, avec l’Occident en général dans sa ligne de mire.

Noam Chomsky : une vie de militant

  • Noam Chomsky est né le 7 Décembre 1928 à Philadelphie, Etats-Unis
  • Il a commencé à travailler à l’Institut de Technologie du Massachusetts en 1955
  • Il est un éminent linguiste, philosophe et militant politique
  • Son travail dans les années 50 a révolutionné le domaine de la linguistique
  • Il se fait connaître pour son activisme contre la guerre du Vietnam
  • Il s’oppose aux élites dirigeantes et est devenu une critique acerbe de la politique étrangère américaine et occidentale
  • Il a écrit des centaines de livres

Noam Chomsky nous as reçus dans son bureau à l’Institut de Technologie du Massachusetts.

Isabelle Kumar, euronews :
Noam Chomsky merci d‘être avec nous. Le monde en 2015 semble très instable, mais d’une façon générale, êtes-vous plutôt optimiste ou pessimiste ?

Noam Chomsky :
Au niveau mondial, nous courons vers un précipice : nous ne pouvons que chuter dans l’abîme, ce qui réduit fortement nos chances d’une survie décente.

Isabelle Kumar, euronews :
De quel précipice s’agit-il?

Noam Chomsky :
Il y en a deux en fait : le premier est environnemental.

1.      Une catastrophe écologique est imminente, et nous n’avons que trés peu de temps pour en la limiter. Nous n’allons pas dans le bon sens.

2.      L’autre date de 70 ans, c’est la menace d’une guerre nucléaire, qui est en fait toujours croissante. Si vous regardez bien ce dossier, c’est un miracle que nous ayons survécu.

Isabelle Kumar, euronews :
Regardons les questions environnementales d’abord. Nous avons demandé aux internautes, sur les réseaux sociaux, de nous envoyer des questions, et nous en avons reçu des milliers. Nous avons reçu cette question de Enoa Agoli, qui demande : “ quand vous analysez la question de l’environnement avec le regard d’un philosophe , que pensez-vous du changement climatique?”

Noam Chomsky :
L’espèce humaine est vieille d’environ 100 000 ans, et elle est maintenant face à un tournant de son histoire . Cette espèce est dans une position où elle va bientôt décider, d’ici quelques générations, si l’expérimentation de la vie dite intelligente peut continuer, ou si nous sommes déterminés à la détruire. Les scientifiques reconnaissent que les combustibles fossiles doivent être laissés dans le sous- sol si nos petits-enfants veulent avoir des perspectives décentes. Mais les structures institutionnelles de notre société font pression pour essayer d’extraire la moindre goutte. Les effets, les conséquences humaines prévisibles du changement climatique dans un avenir proche, sont catastrophiques et nous courons vers ce précipice.

Isabelle Kumar, euronews :
En termes de guerre nucléaire, nous savons tous maintenant que l’Iran a conclu un accord préliminaire . Est-ce que cela ne vous donne pas une lueur d’espoir que le monde pourrait être un endroit plus sûr ?

Noam Chomsky :
Je suis pour les négociations avec l’Iran, mais ces discussions sont profondément viciées.

Il y a deux états au Moyen-Orient qui multiplient des agressions, de la violence, des actes terroristes, des actes illégaux, en permanence.

Ils sont tous les deux des États très puissants, dotés d’armes nucléaires et de tout un armerment . Et leurs armes nucléaires ne sont pas prises en compte.

Isabelle Kumar, euronews :
A qui faites-vous allusion ?

Noam Chomsky :
Les Etats-Unis et Israël. Les deux états nucléaires majeurs dans le monde. Je veux dire qu’il y a une raison pourquoi, dans les sondages internationaux, gérés par des instituts de sondages américains, les États-Unis sont considérés comme la plus grande menace à la paix mondiale, par une majorité écrasante. Il est assez intéressant que les médias américains aient refusé de publier cela.

Isabelle Kumar, euronews :
Vous n’accordez pas une très grande estime au président américain Barack Obama. Mais avec cet accord avec l’Iran, ne le voyez-vous pas sous un meilleur jour ? Le fait qu’il s’efforce de réduire la menace d’une guerre nucléaire ?

Noam Chomsky :
En fait il ne fait rien. Il a juste lancé un programme de plusieurs billions de dollars de la modernisation des
armes nucléaires américaines, ce qui signifie l’expansion du système nucléaire. C’est une des raisons pour lesquelles la célèbre horloge de l’apocalypse, établie par le Bulletin of Atomic Scientists, a, il y a quelques semaines, avancé de 2 minutes, donc plus près de minuit. Minuit est la fin. Il est maintenant 3 minutes avant minuit. C’est du jamais vu depuis 30 ans, depuis les années Reagan quand il y avait un risque imminent de grande guerre nucléaire .

Isabelle Kumar, euronews :
Vous avez mentionné les États-Unis et Israël avec l’Iran. Maintenant , le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu rejette l’accord préliminaire sur le nucléaire iranien, et il dit …

Noam Chomsky :
Nous savons pourquoi . L’Iran a de très faibles dépenses militaires , même selon les normes de la région. La doctrine stratégique de l’Iran est défensive. Elle est conçue pour tenir à distance une attaque, assez longtemps, pour que la diplomatie prenne le relais. Les États- Unis et Israël, deux Etats voyous, ne veulent plus tolérer la menace. Aucun analyste stratégique ne pense que l’Iran puisse un jour utiliser une arme nucléaire. Même s’il le faisait, le pays serait simplement vaporisé, et il n’y a aucune indication que les mollahs au pouvoir, quoi que vous en pensiez , veulent voir leur pays détruit.

Isabelle Kumar, euronews :
Encore une question sur ce problème, par l’intermédiaire des réseaux sociaux , de Morten A. Andersen qui demande: « Croyez-vous que les Etats-Unis puissent un jour parvenir à un accord qui serait dangereux pour Israël ?”

Noam Chomsky :
Les États-Unis mènent en permanence des actions qui sont dangereuses pour Israël, très sérieusement. Tout en faisant croire qu’ils soutiennent la politique israélienne. Dans les 40 dernières années, la plus grande menace pour Israël a été sa propre politique. Si vous regardez en arrière, en 1970 , Israël a été l’un des pays les plus respectés et les plus admirés dans le monde. Il y avait beaucoup d’attitudes favorables. Il est maintenant l’un des pays les plus détestés et craints dans le monde. Au début des années 70, Israël a pris une décision . Ils avaient le choix, et ils ont préféreré l’expansion à la sécurité, avec des conséquences très dangereuses. C‘était déjà évident à l‘époque – je l’ai écrit et d’autres personnes l’ont fait : si vous préférez l’expansion à la sécurité, cela conduit à une dégénérescence interne, la colère, l’opposition, l’isolement et la destruction ultime éventuellement. Et en soutenant ces politiques , les Etats-Unis contribuent à la menace à laquelle Israël est confrontée.

Isabelle Kumar, euronews :
Cela m’amène à la question du terrorisme, un fléau mondial et certaines personnes , je pense , y compris vous-même, diront qu’il y a un retour de bâton de la
politique américaine internationale. A quel niveau les États-Unis et ses alliés sont-ils responsables des attaques terroristes dans le monde entier ?

Noam Chomsky :
Rappelez-vous que la pire campagne terroriste dans le monde est de loin, celle qui est orchestrée à Washington même. C’est une campagne mondiale d’assassinat. Il n’y a jamais eu de campagne terroriste de cette échelle .

Isabelle Kumar, euronews :
Quand vous parlez de campagne globale d’assassinat …

Noam Chomsky :
La campagne de drones – c’est exactement cela. Sur de grandes parties du monde , les Etats-Unis, publiquement, ouvertement – il n’y a rien de secret dans ce que je dis , nous le savons tous – réalisent une campagne d’assassinat de personnes suspectées de nuire un jour au gouvernement américain. Et en effet c’est, comme vous l’avez dit , une campagne de terreur, et quand vous bombardez un village au Yémen , par exemple , que vous tuez quelqu’un – peut-être la personne que vous visiez, peut-être pas – et que d’autres personnes qui se trouvaient dans le quartier meurent elles-aussi – comment
pensez-vous que les gens vont réagir ? Ils vont se venger .

Good Kill Official UK Trailer #1 (2015) - Ethan Hawke, January Jones Movie HD

Isabelle Kumar, euronews :
Vous décrivez les États-Unis comme le principal Etat terroriste. Comment se place l’Europe alors selon vous?

Noam Chomsky :
Eh bien, c’est une question intéressante. Une étude récente, je crois qu’elle a été faite par la Fondation Open Society [indique que] la pire forme de torture, c’est le transfert de prisonniers.
Vous prenez quelqu’un que vous pensez être responsable de quelque chose, et vous les envoyez à votre dictateur favori, peut-être Assad ou Kadhafi ou Moubarak, pour qu’il soit torturé, en espérant que peut-être quelque chose va en sortir. C’est extraordinaire ce transfert. L‘étude s’est penchée sur les pays qui ont participé, bien évidemment les dictatures du Moyen-Orient, car c’est là que les prisonniers ont été envoyés pour être torturés, et l’ Europe. La plupart des pays européens ont participé : l’Angleterre, la Suède, d’autres pays. En fait, il y a une seule région du monde où personne n’ a participé: c’est l’Amérique latine. Ce qui est assez dramatique. L’Amérique latine est maintenant à peu près hors de contrôle des États-Unis. Quand elle était contrôlée par les Etats-Unis, il n’y a pas si longtemps, c‘était le centre du monde de la torture. Maintenant, l’Amérique latine ne participe pas à la pire forme de torture qui soit. L’Europe a participé. Quand les maîtres rugissent, les serviteurs se couchent.

Isabelle Kumar, euronews :
L’Europe est la servante des Etats-Unis ?

Noam Chomsky :
Certainement . Ils sont trop lâches pour adopter une position indépendante .

Isabelle Kumar, euronews :
Quelle portrait faites-vous de Vladimir Poutine ? Il est décrit comme l’une des plus grandes menaces pour la sécurité, non?

Noam Chomsky :
Comme la plupart des dirigeants , il est une menace pour sa propre population. Il a décidé des actions illégales, évidemment. Mais le décrire comme un monstre fou qui souffre d’une maladie du cerveau et qui est atteint d’Alzheimer, une créature maléfique, c’est un standard de fanatisme orwellien. Je veux dire, quoi que vous pensiez de ses politiques, elles restent logiques. L’idée que l’Ukraine puisse rejoindre une alliance militaire occidentale serait inacceptable pour tout dirigeant russe. Cela remonte à 1990, lorsque l’Union soviétique s’est effondrée. Il y avait déjà la question de ce qui se passerait avec l’OTAN. Gorbatchev a accepté l’idée que l’Allemagne soit unifiée et rejoigne l’OTAN . C‘était une concession assez remarquable avec un quid pro quo : que l’OTAN ne s‘étende pas d’un pouce vers l’est . C’est l’expression qui a été utilisée.

Isabelle Kumar, euronews :
Donc, la Russie est tombée dans une provocation ?

Noam Chomsky :
Qu’est-ce qui est arrivé ? L’OTAN s’est déplacé jusqu’en Allemagne de l’Est, puis Clinton a étendu la prépondérance de l’OTAN jusqu’ aux frontières de la Russie. Maintenant , le nouveau gouvernement ukrainien, après le renversement du précédent, a voté à 300 voix contre 8 ou presque, la résolution pour rejoindre l’OTAN .

Isabelle Kumar, euronews :
Mais vous pouvez comprendre pourquoi ils veulent adhérer à l’OTAN , vous pouvez comprendre que pour le gouvernement de Petro Porochenko, ce serait assurer la protection de leur pays ?

Noam Chomsky :
Non, non, non, ce n’est pas une protection. La Crimée a été prise après le renversement du gouvernement, n’est-ce pas ? Personne ne protége l’Ukraine. Tout cela menace l’Ukraine d’une guerre majeure. Vouloir rejoindre l’Otan n’est pas une protection. Le fait est que cela représente une menace stratégique sérieuse pour la Russie, quel que soit son dirigeant. C’est bien connu.

Isabelle Kumar, euronews :
Si nous regardons la situation en Europe maintenant, il y a aussi un autre phénomène intéressant qui se déroule. Nous voyons la Grèce se rapprocher de l’Est, c’est en tout cas le souhait du gouvernement Syriza. Nous voyons aussi Podemos, qui est en train de gagner le pouvoir en Espagne, ainsi qu’en Hongrie. Pensez-vous qu’il y a une possibilité que l’Europe se rapproche des intérêts russes ?

Noam Chomsky :
Jetez un oeil à ce qu’il se passe. En Hongrie la situation est totalement différente. Syriza est arrivé au pouvoir sur la base d’une vague populaire qui montre que la Grèce ne veut plus se soumettre aux politiques de Bruxelles et aux banques allemandes qui détruisent le pays. Ces politiques ont été faites pour augmenter la dette de la Grèce, par rapport à sa production de richesse ; environ la moitié des jeunes sont au chômage, presque 40 % de la population vit sous le seuil de pauvreté, on détruit la Grèce.

Isabelle Kumar, euronews :
Faut-il annuler la dette grecque ?

Noam Chomsky :
Oui, comme en Allemagne. En 1953, quand l’Europe a annulé la plupart de la dette de l’Allemagne. Juste comme ça, pour que l’Allemagne soit en mesure de rembourser les dommages de guerre .

Isabelle Kumar, euronews :
Donc, on devrait aussi annuler la dette du Portugal ? et l’Espagne aussi ?

Noam Chomsky :
Qui a engagé cette dette ? Et qui à qui doit-on la rembourser ? La dette a en partie été contractée par des dictateurs. En Grèce c‘était la dictature fasciste, soutenue par les États-Unis. La dette, je pense, était plus brutale que la dictature. C’est ce que l’on appelle en droit international , une «dette odieuse», qui ne doit pas être payée, et c’est un principe introduit dans le droit international par les Etats-Unis, quand il était dans leur intérêt de le faire. Une grande partie du reste de la dette, ce qu’on appelle les paiements à la Grèce sont des paiements aux banques, allemandes et françaises, qui ont décidé de faire des prêts très risqués avec de faibles taux d’intérêt, et qui sont maintenant confrontées au fait qu’ils ne peuvent être remboursés.

Isabelle Kumar, euronews :
Je vais vous poser cette question maintenant, de Gil Gribaudo, qui demande : “ Comment l’Europe va t-elle se transformer dans le futur, avec les défis existentiels qui arrivent?” Parce qu’il y a la crise économique, et il y a aussi une montée du nationalisme , et vous avez également décrit certaines lignes de failles culturelles qui ont été créés à travers l’Europe. Comment voyez-vous l’Europe se transformer ? ‏ 
Noam Chomsky :
L’Europe a de graves problèmes. Certains sont le résultat de politiques économiques conçues par les bureaucrates de Bruxelles, la Commission européenne et ainsi de suite, sous la pression de l’OTAN et les grandes banques, surtout celles de l’Allemagne. Ces politiques ont un certain sens du point de vue des concepteurs. Ils veulent être remboursés pour leurs prêts et leurs investissements risqués et dangereux. Mais ces politiques érodent l’Etat-Providence, qu’ils n’ont jamais aimé. Mais l’Etat-Providence est l’une de ces contributions majeures de l’Europe à la société moderne, mais les riches et puissants ne l’ont jamais aimé. Il y a un autre problème en Europe : elle est extrêmement raciste. J’ai toujours pensé que l’Europe est plus raciste que les États-Unis. Jusqu’ici ce n‘était pas aussi visible en Europe parce que les populations européennes dans le passé ont eu tendance à être assez homogène. Donc, si tout le monde est blond aux yeux bleus, alors vous ne semblez pas raciste, mais dès que la population commence à changer, le racisme vient de nulle part. Très vite. Et c’est un problème culturel très grave en Europe.

Isabelle Kumar, euronews :
J’aimerais terminer avec une question de Robert Lumière sur une note plus positive . Il demande: « Qu’est-ce qui vous donne de l’espoir ? “

Noam Chomsky :
Ce qui me donne de l’espoir : un certain nombre de choses dont nous avons parlé .

1.      L’indépendance de l’Amérique latine par exemple. C’est d’une importance historique. Nous le voyons avec la réunion du Sommet des Amériques à Panama. Dans les dernières réunions continentales, les États-Unis ont été complètement isolés. C’est un changement radical par rapport à il y a 10 ou 20 ans, lorsque les États- Unis trempaient dans les affaires latino-américaines. En fait, la raison pour laquelle Obama a fait ses gestes envers Cuba était d’essayer de surmonter l’isolement des États-Unis. Ce sont les États-Unis qui sont isolés, pas Cuba. Et sans doute ce sera un échec. On verra. Les signes d’optimisme en Europe sont Syriza et Podemos.

2.      Espérons qu’il y ait enfin un soulèvement populaire contre les écrasements, les politiques économiques et sociales destructrices qui viennent de la bureaucratie et des banques, et c’est très encourageant. Ou ça devrait l‘être.

Isabelle Kumar, euronews :
Noam Chomsky, merci beaucoup d’avoir été avec nous.


Bush & Cheney Should Be Charged with War Crimes Says Col. Wilkerson, Former Aide to Colin Powell