Devez-vous fuir l'Europe ?

Le constat est le même dans toute la Zone euro : les exportations sont à la peine, victimes d’un euro fort, et les investissements en fort recul.

clip_image002

Source : Le PIB de l'Union européenne en légère hausse de 0,2 %


Taking Europe’s pulse

THE euro-zone's feeble recovery since the spring of 2013 came to a halt in the second quarter of 2014, when GDP stagnated. There were some bright spots. Spanish growth quickened from 0.4% in the first three months of the year to 0.6%. And both Dutch and Portuguese GDP, which had contracted in the first quarter, rebounded, with growth of 0.5% and 0.6% respectively. But the euro area was held back by poor performances in its three biggest economies. GDP fell in Germany, the biggest, and Italy, the third largest, by 0.2%; France, the second largest economy, stagnated.

The weakness in the euro zone is arousing fears that the 18-country currency club may fall into deflation. Inflation fell to just 0.4% in July, well below the European Central Bank's target of almost 2%. Even though the ECB adopted measures in June to foster activity - lowering interest rates and announcing a plan to stimulate bank lending to the private sector - it remains under pressure to do more to counter low inflation, by adopting a programme of quantitative easing - creating money to buy financial assets.

Low inflation and negligible growth are a potentially lethal combination for countries weighed down by debt, as many are in the euro area. Moreover, the problem arises not just from high levels of public debt but also from excessive debt owed by households and firms. Even if inflation remains merely low it presents a problem for borrowers whose incomes are rising much more slowly, if at all, than they expected when they took out their loans. And if prices start generally to fall, this raises the real burden of debt.

The lacklustre recovery has barely dented unemployment across the euro zone although it has crept down from last year's high. There remain enormous differences between countries with low jobless rates such as Austria and Germany and countries with high joblessness such as Greece and Spain.

By contrast with the troubled euro area, Britain, which retains its own currency, is faring much better than before, as its recovery continues to flourish, pushing down unemployment much faster than expected.

Extrait de: Taking Europe’s pulse, The Economist, Aug 15th 2014

L’Allemagne

Mais qu'est-ce qu'une croissance digne de ce nom ? Je vous proposais 3%, un niveau de croissance que nous n'avons plus connu depuis le tout début des années 2000.

L’Allemagne, victime à retardement de la crise ?

L’Allemagne, censée être la locomotive de l’Europe faut-il encore le rappeler, est elle aussi menacée par la récession. Avec un PIB en recul de -0,2% au 2e trimestre le risque est aujourd’hui pris au sérieux alors que le point fort du pays, ses exportations, montre de persistants signes de faiblesse.

Je vous dirais bien, cher lecteur, que tout ceci n’est que chiffres. Que ces histoires de déficit, de 3%… on s’en fiche un peu (ce qui n’est pas tout à fait faux d’ailleurs).

Qu’il faut nous habituer à des croissances nulles (et espérer avoir une politique publique en conséquence – un voeu pieux je le crains).

France :

Notre pays est en faillite car l'arithmétique n'est pas la politique. L'arithmétique ne ment pas, n'a pas besoin de mots bizarres comme inflation, déflation, dépression, croissance négative, etc.

·       0% de croissance du PIB = croissance nulle = rien = zéro (même si Christine Lagarde a certainement une autre expression plus jolie).

·       Une dette égale au PIB = 100% du PIB

·       Des intérêts de la dette d'environ 2% = pour les payer, il faut une croissance du PIB de 2%.

Jusqu'à présent notre pays empruntait :

·       Pour rembourser la dette qui arrivait à échéance (les emprunts contractés il y a deux ans, cinq ans, 10 ans,...)

·       Pour financer le déficit

Maintenant, il va falloir emprunter pour payer les intérêts.

Donc nous sommes bien en faillite.

Une fois que vous avez compris cela, peu importent ce que font les marchés, vous devez chercher comment mettre à l'abri votre épargne car l'ultime étape pour reculer le moment du défaut sera de vous la confisquer.

Extrait de :

1.      Combien de croissance nous faut-il pour éviter la faillite ?, Agora, 21 août 2014

2.      Europe vs. Croissance, Cécile Chevré, Quotidienne-agora.fr, 20 août 2014


 

Rates into negative territory, screwing hundreds of millions of people.

 

Extrait de : Ever wonder why the prostitutes and bankers share the same neighborhood?, SovereignMan.com, Simon Black, 20‎ ‎août‎ ‎2014

Sometimes I am convinced it was completely by design, and not a weird little coincidence, that one of Germany's most sprawling red light districts is just steps away from the European Central Bank.

This fact becomes comically obvious right around happy hour... as self-congratulatory ECB economists and their bureaucratic bank underlings crowd the bars and cafes after work which are simultaneously frequented by pimps, thugs, and other assorted low-lifes.

One would be forgiven for legitimately asking the question: which of these professions has done more damage to humanity?

My [fiat] money's on the bankers.

These are the same financial luminaries who, recently, crowded aboard the good idea bus and decided to take interest rates NEGATIVE.

Their logic was that prices aren't rising enough. This was actually the headline this morning that ran across the Rai (Italian news) ticker while I was consuming some egg-like substance at the hotel breakfast buffet this morning in Rome.

The newsman said something to the effect of "Low inflation makes economic problems worse in Europe."

Ah, yes. Precisely. The problem isn't an absurd level of over-regulation, massive unsustainable debt, insolvent banking systems, idiotic politicians, etc.

THE problem plaguing the entire continent... the problem behind sluggish growth for all these years... is that consumers aren't getting screwed fast enough.

It's hard to even know where to begin with such an epic level of stupidity. First of all, it's not even true.

Having just spent the last few months traveling across most of the continent, I was astounded to see the speed with which prices had risen in many places.

I just capped off a week-long vacation with my fellow teammates at Sovereign Man in Italy... same place as last year... and I was charged a whopping 50% increase over last year's rates.

But this sort of truth doesn't matter to an economist who actually believes in his 'science'. It is this 'science' of economics which tells us that outsized government debts are irrelevant. That awarding the power to conjure paper money out of thin air is a sound, credible system.

Yet it's not working. Much of Europe (like Italy) has fallen back into recession.

Even here in Germany, which is supposed to be some sort of econo-mythical superhero carrying the rest of Europe around on its shoulders, the government just announced that the economy contracted last quarter.

Whatever these economic policymakers are doing,
it's obviously not working.

So naturally the solution is to try more of the same. Much more.

They've already taken certain interest rates into negative territory. The expectation now is that they'll ratchet rates even further into negative territory.

In doing so, they are effectively screwing hundreds of millions of people.

·       Every single person on the continent who is a responsible saver.

·       Every pensioner.

·       Every retired schoolteacher.

·       Every student.

·       Everyone who works hard for a living and can already barely make ends meet.

Their lives are all about to get a lot more difficult.

Even for the well-heeled, life has become quite stressful. Think about it-- there's almost no place left anymore to hold your savings.

Putting cash in a bank practically GUARANTEES that you will lose money on an inflation-adjusted basis.

·       Stocks are at precarious all-time highs.

·       Bonds are at all-time highs.

·       Many real estate markets are back in bubble territory.

These people have destabilized nearly every major asset class in existence.

On the balance, I'd rather deal with the seedier characters in this neighborhood rather than the suitpanted PhDs pretending to do honorable work.

I want to share more with you about this... not only my thoughts, but those of my colleague Tim Price.

Tim is a regular contributor to this column and one of the few people in professional finance for whom I have tremendous respect.

Tim joined us earlier this week on our group vacation in Italy, and I fortunately had the presence of mind to record our conversation; his insights are absolutely not to be missed.


 

Salariés confrontés à l'enfer de la flexibilité-minute ou au futur robot.

Maximiser le profit, vous n’avez pas besoin de vous demander combien, il y a autant d’emploi à temps partiel et en plus rémunéré avec des salaires de crèves faim, l’art d’optimiser le bétail humain.

Ah oui, j’oubliais, il faut vous éduquer en espérant que votre emploi ne soit pas remplacé par un robot intelligent dans les décennies à venir. (47 % des emplois seraient automatisables d’ici 20 ans, carnet à venir).


Extrait de : Dans les chaînes de restauration américaines, les salariés confrontés à l'enfer de la flexibilité-minute, Claire Levenson, Slate.fr, 15.08.2014

L'emploi du temps et le nombre d’heures travaillées par ces salariés varient en fonction de la demande, et évoluent à l'heure près...

Aux Etats-Unis, plusieurs chaînes de restauration et de distribution utilisent des logiciels de gestion du personnel qui leur permettent de flexibiliser leur main d’œuvre au maximum. En utilisant plusieurs données, notamment des statistiques sur les pics de vente, ces logiciels déterminent exactement le nombre d’employés qui doivent être présents à tel moment de la journée.

Cela signifie que de semaine en semaine, de nombreux salariés :

·       Ne savent absolument pas quand ils devront travailler.

·       Leur emploi du temps et le nombre d’heures travaillées varient en fonction de la demande.

«Les hypermarchés et autres chaînes de magasins peuvent embaucher plus d’employés si une livraison par camion est prévue ce jour-ci, ou en fonction de la météo. Ils peuvent les renvoyer plus tôt à la maison si leurs analyses en temps réel montrent que les ventes ralentissent», explique la journaliste Jodi Kantor dans un article du New York Times publié cette semaine.

Avec des programmes informatiques comme Kronos –notamment utilisé par Starbucks– les entreprises peuvent faire beaucoup d’économies. Les managers de boutique ne font travailler les employés que lorsque leur présence est vraiment nécessaire. Ces outils permettent en quelque sorte d’éliminer tous les temps morts. Une employée de McDonald’s interviewée dans l’article raconte qu’elle est renvoyée plus tôt (et donc moins payée) lorsqu’il y a peu de clients.

Au quotidien, cette flexibilité imposée est un véritable cauchemar, particulièrement pour les employés qui ont des enfants, et qui ont donc besoin de connaître leurs horaires à l’avance pour savoir quand les faire garder.

Pendant plusieurs mois, la journaliste Jodi Kantor a suivi le quotidien de Jannette Navarro, une employée de Starbucks et mère d’un garçon de quatre ans. Quand on l’appelle pour travailler le weekend, elle doit trouver une baby-sitter, souvent sa tante, à la dernière minute.

Elle explique aussi avoir parfois dû travailler tard pour assurer la fermeture (à 23 heures) du Starbucks, alors qu’elle devait le lendemain assurer l’ouverture à cinq heures du matin. Cette pratique a même un nom: «clopening», une contraction de close (fermer) et open (ouvrir).

Le récit de cette jeune femme a déjà eu un impact. Le jour même de la publication de l’article, Starbucks a promis que la compagnie ferait en sorte que le logiciel prenne mieux en compte les besoins des employés. Le directeur des boutiques nord-américaines de la chaîne a aussi annoncé que les horaires de travail seraient postée au moins une semaine à l’avance, et que le «clopening» serait éliminé.

Mais à part Starbucks, de nombreuses autres compagnies continuent d’utiliser ces logiciels pour tirer le maximum de leur main d’œuvre au moindre coût. Dans la chaîne de jus de fruits frais et smoothies Jamba Juice, les managers de boutique inscrivent les prévisions météo dans le logiciel de gestion des emplois du temps. S’il fait chaud, le programme suggèrera de faire venir plus d’employés pendant l’heure de pointe (le logiciel connaît l’histoire des ventes de la boutique et a remarqué une augmentation pendant les journées chaudes). Cet outil informatique permet aussi de découper les journées en séquences de 15 minutes. Ainsi, un employé qui travaille habituellement jusqu’à 14 heures pourra être renvoyé 15 minutes plus tôt si le logiciel montre que les ventes ralentissent après 13h45…

Comme le résume la directrice d’une organisation de soutien aux employés de la distribution: «De plus en plus, le coût des fluctuations du marché est absorbé par les travailleurs, pas par les compagnies.»


Et si vraiment vous avez tendance à chialer, nous avons des solutions d’avenir pour vous remplacer.

Des robots pas pour aider les gens mais « pour les rendre complètement inutiles »

Alexandros Vardakostas, l’un des fondateurs de la compagnie Momentum Machines à San Francisco, n’y va pas par quatre chemins : « Notre appareil n’est pas fait pour rendre les employés plus efficaces, il est fait pour les rendre complètement inutiles ».

Ça a au moins le mérite de l’honnêteté. L’appareil en question fait des hamburgers : c’est un burger-bot, il en fait un en dix secondes, et pas à partir de produits déjà stockés dans des récipients, non : il hache la viande, les oignons, tranche les tomates, cuit le bœuf haché et assemble l’objet prêt à être servi.

Mais ce n’est pas pour vous dire cela que je vous raconte cette histoire, dont on peut lire d’autres exemples tous les jours, c’est pour vous rapporter les autres propos de M. Vardakostas, parce qu’il a d’autres choses à dire sur les faiseurs de hamburgers « rendus complètement inutiles ».

Par exemple que « Nous voulons aider les gens qui perdent leur emploi à cause de notre technologie à faire la transition vers un nouvel emploi, en leur procurant la formation nécessaire ». Il a la décence de ne pas dire, comme on l’entend pourtant tous les jours, que ceux qui perdent leur emploi de faiseurs de hamburgers n’ont qu’à devenir des ingénieurs et des programmeurs qui font des robots à faire des hamburgers.

C’est déjà Keynes qui avait dit qu’il n’y aurait aucun mal à baisser le salaire des mineurs quand on produit trop de charbon, si chaque mineur qui refuse une baisse de salaire pouvait devenir du jour au lendemain boucher ou boulanger si la boucherie ou la boulangerie manquait de bras et que du coup on y gagnait mieux sa vie que dans la mine. Mais, ajoutait-il, ce n’est pas comme ça que ça marche, et c’est pour cela qu’on n’a pas le droit de baisser les salaires.

Voilà pourquoi les patrons de Momentum Machines cherchent à passer des accords avec des écoles professionnelles, pour offrir une formation aux faiseurs de hamburgers « rendus complètement inutiles » par leurs soins.

Extrait de : Des robots pas pour aider les gens mais « pour les rendre complètement inutiles », Paul Jorion, 20 août 2014


Momentum machine

clip_image002

clip_image004

Fast food doesn’t have to have a negative connotation anymore. With our technology, a restaurant can offer gourmet quality burgers at fast food prices.

Our alpha machine frees up all of the hamburger line cooks in a restaurant.

It does everything employees can do except better:

  • it slices toppings like tomatoes and pickles immediately before it places the slice onto your burger, giving you the freshest burger possible.
  • our next revision will offer custom meat grinds for every single customer. Want a patty with 1/3 pork and 2/3 bison ground to order? No problem.
  • Also, our next revision will use gourmet cooking techniques never before used in a fast food restaurant, giving the patty the perfect char but keeping in all the juices.
  • it’s more consistent, more sanitary, and can produce ~360 hamburgers per hour.

The labor savings allow a restaurant to spend approximately twice as much on high quality ingredients and the gourmet cooking techniques make the ingredients taste that much better.


Robot & Mechatronics for Restaurants, Hospitals and Hotels.


25 % d’accroissement en temps partiel, temps plein perds des plumes

Ce carnet confirme le carnet précédent. Part-time work dominating jobs in the United States, Canada, and Japan.


Extrait de : Le ministre Daoust mise sur des emplois payants, Jean-Sébastien Marsan, Argent, Le 19 août 2014

Avec la vague de départs à la retraite qui déferlera bientôt sur le marché de l'emploi, et compte tenu de la faible augmentation de la population active, le ministre de l'Économie du Québec, Jacques Daoust, veut soutenir la qualité des emplois plutôt que la quantité.

« Supposons qu'on a le choix entre créer trois emplois à 25 000 $ et un emploi à 75 000 $. S'il y a un accroissement important de la population, on cherchera trois emplois à 25 000 $. Dans la situation où l'on se trouve, c'est plutôt un emploi à 75 000 $ », a-t-il illustré lors d'une entrevue sur les ondes de la chaîne Argent mardi.

Il s'est créé 1 900 nouveaux emplois en juillet dernier, selon les dernières données (corrigées) de Statistique Canada, avec une progression de 22,7 % de l'emploi à temps partiel depuis juin et de près de 25 % sur un an. Pendant ce temps, l'emploi à plein temps perdait des plumes.

Les quelque trois millions de Québécois qui occupaient un emploi à temps plein en juillet dernier touchaient un salaire horaire de 23,87 $ en moyenne. En travaillant 35 heures par semaine toute l'année, ce salaire fournit un revenu de 43 443 $.

Créneaux d'avenir

Le ministre de l'Économie affirme que le Québec est capable de séduire des investisseurs privés, « dans les créneaux qui sont les nôtres », pour créer des emplois dans ce qu'il appelle « les commandes courtes à valeur ajoutée ».

Il cite en exemple l'investissement du géant espagnol FerroAtlantica à Port-Cartier, sur la Côte-Nord, pour sa première usine de silicium métal en Amérique du Nord : 382 millions $ qui créeront 345 emplois directs. Ou encore Stornoway, qui exploitera la première mine de diamants du Québec.

« Ce sont des emplois de qualité, pas au salaire minimum », a rappelé Jacques Daoust. « Je veux aller dans cette direction-là, commencer à parler de la qualité des emplois. »

L'État du Québec soutiendra la création d'emplois dans les créneaux qui pourront démontrer leur viabilité, a précisé le ministre.

Il a donné en exemple le créneau du jeu électronique, qui sera réévalué par la Commission de révision permanente des programmes. Il est stratégique de subventionner des créneaux « que l'on veut voir naître et grandir », a rappelé Jacques Daoust, « mais s'ils ne volent pas de leurs propres ailes, à un moment donné il faut se poser des questions sur la pertinence de ces créneaux. Je ne dis pas qu'on abandonne le jeu vidéo, comprenez-moi bien. Je dis simplement que dans une économie, on ne peut pas tenir artificiellement vivante une industrie qui n'arrive jamais à vivre par elle-même. ».


Part-time work dominating jobs in the United States, Canada, and Japan.

The employment statistics do a good job concealing the true nature of the workforce.

·        The unemployment rate has dropped dramatically since the recession ended largely because millions of Americans are now no longer considered part of the workforce. This is an easy way to boost the employment rate without actually creating new jobs.

·        Another trend that seems to be growing around the world is that of part-time work. Part-time work and low wage labor go hand and hand.

Part-time workers usually are not afforded the same benefits as those working full-time. They are also brought on with a just in time attitude and are treated as such when no longer needed. Part-time work has been growing before the recession and continues to do so today.

In Canada, part-time work has been the
dominant sector of employment growth.

Low wage labor and part-time work go together like peas in a pod. Is this a trend we should be concerned about?

The growth of part-time work

Companies looking to cut benefits and offer little commitment to future workers will opt to go the part-time route. It is embedded in the nature of low wage labor.

This is one major reason how companies have been able to boost profits while filtering profits to the top: slash wages, cut benefits, and squeeze productivity out of workers.

It is a good model at the top and simply does not foster a middle class. Why would anyone struggling with part-time work want to commit to buying a home? Long-term purchases are pushed off into the future and big money has stepped in to make those purchases since they have access to funding sources like the Fed with an unlimited window.

The growth in part-time work in the United States is unmistakable:

clip_image001

We are still having a tough time getting back to full-time employment even after the current recovery. However, you can see that the percentage of our workforce now working part-time is near record highs.

This trend is not only happening in the US but also in Canada:

clip_image003

Source: Global News

“(Global News) Since the start of the year, part-time work has been growing at clip of 13,000 positions a month, StatsCan data shows, a period in which full time has actually declined, Capital Economics says.

Eighteen thousand full-time jobs were lost last month—well down from what StatsCan’s first reading reported, which was just shy of 60,000. But that’s not exactly something to cheer about.

“The breakdown still shows that Canada is becoming a nation of part-time workers,” Madani said.”

Most of Canada’s employment growth for 2014
has come in the form of part-time work
.

This is part of the lower wage segment of society.

·        Digging deeper into Canada’s details we also find a large portion is being driven by their housing bubble.

·        As home sales drop and construction slows down, what do you think is going to unfold?

·        Canada is setting itself for a correction similar to what the US faced in 2007.

Of course, many will doubt the parallels but it is clear: over leverage in housing, absurd prices, and too much of the economy reliant on one sector.

Japan has led the way with the part-time worker trend:

clip_image005

Since the Nikkei and housing bubble popped in Japan over two decades ago, the government and banks have decided to quantitatively ease their way into prosperity.

What this has caused:

·        Is stagnant GDP growth,

·        zombie banks,

·        and a slow erosion of prosperity for working Japanese.

With such a large workforce only working part-time, you have other societal issues like people choosing not to start families or the inability to purchase homes.

The older generation will attribute this to laziness but the reality is the economic conditions simply make it harder for the young workers of the world.

Part-time employment growth seems to go hand and hand with low wage work. This trend is clearly getting stronger. This movement also sets up a situation where the middle class has a tougher time of expanding. If you think of the middle class in the US part of the characteristics that come to mind include: stable work, good pay, benefits, and stability. All of those factors are missing in the current flood of jobs coming online.

Source: The trend for part-time work sweeping the world: Part-time work dominating jobs in the United States, Canada, and Japan, mybudget360