Pourquoi les compagnies privées ont une sérieuse réticence à investir au Québec ?

Le problème est complexe, mais l'origine est fort simple. Il y a quelque année, il y a eu un sondage en vers les compagnies étrangères qui opéraient au Québec, une des questions qui leur étaient posées quelles est le problème majeur du Québec, savez-vous ce qu'elles ont répondu: ils nous prennent pour acquis.

En fait, tout le problème économique du Québec provient de ce constat. Actuellement le ministre Charest a besoin de 5 milliards pour tenter d'équilibrer son budget, que va-t-il faire il va taxer pour 5 milliards, peu importe la méthode qu'il va utiliser.

Pour la mettre dans la grosse machine gouvernementale, qui sont des monopoles d’État gérés par des monopoles syndicaux, qui sont malheureusement plus en plus lourds, plus en plus chers et de moins en moins efficaces. Il retire 5 milliards de richesses aux individus et aux entreprises, qui normalement auraient servi à créer de la richesse. Exemple l'individu aurait pu aller au restaurant, acheter un livre, rénover, stimuler ainsi l'économie. Pour l'entrepreneur, acheter une machine additionnelle, augmenter sa productivité ou tout simplement accepter que le propriétaire de l'entreprise puisse faire plus de profit, et celui-ci stimule l'économie.

Nos politiciens québécois (n’ayant pas de parti de droite) pensent que la richesse est infinie. Alors pour eux taxer c'est normal, comme objectif final c'est de rester au pouvoir. Le hic, c'est la création de richesse n'est justement pas infinis. Les seules entités qui créent de la richesse c'est le secteur privé, les entreprises et leurs employés.

Si on abuse sur les taxes, qu’arrive-t-il ? L’individu a un seuil d'intolérance environ de 40 %, dépassant ce facteur vous commencer a voir du travail au noir ou de l'évasion fiscale. N'importe quel économiste dans le monde vous dira, si vous voulez réduire le travail au noir ou réduire l'évasion fiscale, c'est simple réduisez les impôts, malheureusement au Québec ça fait drôlement longtemps que le facteur de 40 % est dépassé.

Pour réduire les impôts, il faudrait que le gouvernement réduise le poids de l’état et nos politiciens n’ont pas le courage, car il risque de se mettre à dos les syndicats de la fonction publique.

L’entreprise elle, a plusieurs choix, elle est beaucoup plus mobile que vous, surtout une compagnie étrangère. La raison d’être d’une compagnie est de faire des profits, quand elle constate, qu'elle est surtaxée :

1) Elle peut cesser ces opérations
2) Elle peut déménager
3) Accepter de jouer le jeu
4) Ou ultimement faire de l’évasion fiscale, légale.

M. Charest vous dit qu'on a baissé vos impôts, pourtant quant vous regarder a la fin du mois, vos finances vous n'êtres pas plus riches. Parce ce que, ce n'est qu'une demi-vérité. Le truc est de ne pas augmenter vos impôts, mais d'augmenter les frais inhérents à la subsistance. Tel que, augmenter les tarifs d'hydro, qui n'est en fait qu'une taxe camouflée, augmenter la TPS, et ainsi de suite, donc vous avez raison vous n'êtres pas plus riches.

Pour les entreprises c'est exactement la même chose il baisse des impôts, mais on augmente tous les coûts inhérents tels que la CSST, la masse salariale, le fardeau réglementaire, etc., à la fin de l'année le propriétaire constate que pour le même chiffre d'affaires, il fait moins de profit. La différence entre un individu et une entreprise, elle beaucoup plus flexible que vous.

De plus, elle possède des comptables et des fiscalistes qui déterminent avec exactitude les coûts des taxes et les ponctions fiscales de l'État, elle est beaucoup plus difficile à berner que l'individu moyen.

Prenons un exemple concret, les congés parentaux pour augmenter la démographie. Le politicien dans sa tête, voit qu’il peut gagner la faveur populaire et même gagner des votes, peut-être même gagner des élections grâce à ce nouveau programme. Le hic! c'est que l'État n'a pas 1.6 milliard, alors elle décide de taxer, taxer qui? 40 % pour tous les travailleurs et 60 % pour les entreprises. On peut toujours la justifier pour les employés, mais pourquoi une entreprise devrait payer pour les congés parentaux, à ce que je sache, ce n’est pas une compagnie d’assurance. Il en coûte 1.6 milliard pour entretenir ce programme, donc on vient de retirer 600 million de richesses collectives au peuple et 1 milliard de profits aux entreprises.

Supposons, que vous être une entreprise qui fait des portes et fenêtres et vous être situé en Beauce, quant vous faites des portes et fenêtre, vous devez inclure le coût des congés parentaux dans le prix de vente de vos fenêtres pour garder une certaine profitabilité. Le hic, c'est que le même fabricant en Ontario ou au Vermont n’ont pas ces couts. Donc, ils peuvent vendre ces portes et fenêtres moins chères que vous et garder cette même profitabilité Combien de fois que vous attendus, que le Québec a distribué de la richesse avant de la créé.

Pendant des décennies les politiciens étaient plus préoccupés de rester au pouvoir que de prendre de bonne décision pour créer de la richesse. C’est à dire faire un environnement sain pour que les compagnies puissent prospérer et multiplier les emplois, ainsi faire une recette fiscale suffisante pour satisfaire les programmes sociaux démocrates.

C’est un travail qui prend du temps, crée une cie qui devient prospère peut prendre facilement une décennie. Qu’a-t-on fait à la place, on a pris le chemin le plus court, pour faire semblant que le modèle Québécois fonctionnait, on a étiré l’élastique au maximum, on a emprunté au maximum, on a taxé au maximum, on a cherché la péréquation au maximum, maintenant on ne peu plus étiré l’élastique.

Les individus sont tellement taxés et les entreprises ont tellement de charges qu’ils ne sont plus compétitifs, de plus on a découragé tous nouveaux investisseurs à s’implanter au Québec.

Le Québec est devenu un des pires endroits à investir en Amérique, juste avant-dernière position avant le Nouveau-Brunswick. Un des prochains volets de ce blogue va être le climat d’investissement du Québec, c’est un volet qui est complexe, car plusieurs sources d’information sont nécessaires.

Le problème majeur du Québec : Pas assez de richesse pour satisfaire les obligations, car elle n’est pas acquise !