UPA: Le gouvernement très timide.

Nouvelle réforme pour La Financière agricole. Évidemment, notre gouvernement n'a pas eu assez de courage, pour dire que le Québec ne pouvait plus soutenir l'industrie porcine qui est non rentable. Dans l'espoir de mieux contrôler le coût des mesures de soutien au revenu agricole, Québec compte sur une décroissance de l'élevage porcin, une production en crise depuis plus de trois ans. Le nombre de têtes de bétail assurées passera donc de 7,8 millions à 7 millions, a indiqué le ministre.

Sauf, qu'il était déjà presque rendu à 7 millions.

Le ministre de l'Agriculture, Claude Béchard, a annoncé jeudi qu'il limitera la contribution du gouvernement à 630 millions $ pour chacune des cinq prochaines années. La contribution de Québec avait été fixée à 305 M$ en 1996 mais le gouvernement a enregistré des dépassements de coût chaque année depuis la création du programme. Les largesses de l’assurance récolte ont ainsi coûté 730 M$ au gouvernement en 2009. De tels dépassements ne surviendront plus puisque le gouvernement va restreindre les volumes de productions assurables et augmenter sa contribution annuelle à 630 M$, soit le double des 305 M$ annoncés en 1996.

La question fondamentale pourquoi as -t-on accepté des dépassements de coûts aux départs, évidemment pas imputable de rien, c'est pas grave. On accorde un budget, mais l'UPA sait très bien que si elle est en déficit, le Québec va payer, c'est -à dire nous les contribuables. A-t-on demandé la démission des têtes dirigeantes de l'UPA, pour de tels dépassements, évidemment non !

Le gouvernement Charest a aussi annoncé qu'il refilera au service de la dette publique le déficit de 1 milliard $ accumulé par la Financière agricole

Bravo !, encore une belle fumisterie comptable. Déjà vous transférer directement les dépenses des infrastructures directement sur la dette, sans passer par la dépense, ce que les autres provinces ne font pas, en trouvant comme excuse que c'est un bien durable. Vous allez tenter de m'expliquer qu'un porc est un bien durable, vous allez l'amortir pendant trente ans ?

En fait M. les concitoyens on vient d'ajouter au déficit un autre milliard de dollars, donc 5.7 milliards. Mais comme on ne veut pas vous effrayer, on va la considérer comme un pont, une école, une autoroute et la passer directement à la dette. C'est pour cette raison que le gouvernement Charest depuis qu'il est au pouvoir a toujours réussi des déficits zéro, à chaque fois qu'il y avait une dépense exceptionnelle ont la transférait directement sur la dette, facile ... Certains vont me dire que soutenir l'industrie agricole génère beaucoup d'emplois peut-être, mais dépenser plus de 600 millions d'années pour soutenir une industrie non rentable, quant on est même pas capable de payer les comptes courants est-ce raisonnables ?

Tant qu'à suivre ce raisonnement, supportons l'industrie du textile tant qu'à faire ! Savez-vous pourquoi il maintient le support de l'industrie porcine ?

Bien, voyons c'est à cause des votes, les votes des régions déterminent normalement le futur gouvernement majoritaire au Québec. Oubliez cela ! les décisions pour l'intérêt du bien collectif.

Le seul bon point de la réforme est la décision d’exclure 25 % des fermes les moins efficaces de la mécanique servant au calcul du coût de production dans l’ASRA. Ce qui va graduellement réduire le nombre qui ne sera pas efficace, espérons que ça ne va pas durer 10 ans, pour avoir des usines aussi efficaces que les autres usines nord-américaines. Enfin ...

  1. gravatar

    # by Anonyme - 11 juin 2010 à 06 h 33

    "soit le double des 305 M$ annoncés en 1996..." La Financière a été créée en 2001.

    :)

    Patrice Juneau
    UPA