Ministère des Transports: 150 millions $ en contrats à des libéraux

Puisque je suis un ancien entrepreneur et j’ai encore certains contacts, dirait-on !

Supposons que vous aviez un viaduc à construire, il y a plusieurs entrepreneurs qui peuvent soumissionner dans la région. Mais le ministère au milieu de la soumission as décidé qu’il y avait urgence et informe tous les soumissionnaires que seuls ceux qui ont 15 pépines et + seront acceptés.

Oups!, que c’est drôle seul un entrepreneur as pus satisfaire la requête, tous les autres vient d’être éliminés, le seul hic c’est que le viaduc n’as commencé que 6 mois plus tard.

Oui, Mme Roy continué votre bon travail.

Savoir pourquoi, il y a plus de 459 contrats ont été octroyés de gré à gré (sans aucune concurrence) pour un total de 240 millions $, juste entre avril à octobre 2009.

Est-ce que c’était vraiment urgent ou tout simplement pour éliminer de la compétition ?

 

Je pense qu’il faudrait sérieusement augmenter le budget du vérificateur en 2010,
il risque d’avoir une année chargé.

 

De plus, M. Charest puisque vous étiez si prompt pour présenter le projet de loi 76 (POUR UNE SAINE GESTION DES CONTRATS ET UNE PLUS GRANDE TRANSPARENCE DANS L'ADMINISTRATION MUNICIPALE)

Je vous suggère à l’entrée parlementaire, donc au mois de janvier de présenter un nouveau projet de loi, la 77 cette fois-ci.

Peu de chose à faire, un simple copier-coller de la 76, juste à changer le mot MUNICIPALE par PROVINCIALE !

 

Extrait de: Ministère des Transports: 150 millions $ en contrats à des libéraux, Simon Boivin, Le Soleil, 10 décembre 2009

Au cours de l'été, des entreprises proches du Parti libéral du Québec ont obtenu 150 millions $ en contrats sans appel d'offres du ministère des Transports, dénonce l'ADQ.

Entre avril et octobre, un total de 459 contrats ont été octroyés de gré à gré par le ministère, a révélé mercredi la députée de Lotbinière, Sylvie Roy.

Et la part du lion de ces contrats qui totalisent 240 millions $ a été obtenue par des compagnies dont les actionnaires ont versé, depuis 2000, tout près d'un million de dollars à la caisse du PLQ. Des chiffres obtenus en recoupant les noms des actionnaires avec le registre des donateurs au parti libéral.

Selon Mme Roy, cela démontre de façon troublante que la pratique des contrats offerts sans appel d'offres est en croissance aux Transports. «Cet été, les règles n'ont pas été resserrées, malgré ce que la ministre [Julie Boulet] nous a dit en Chambre, déplore Mme Roy. Et on a été vraiment plus généreux avec les donateurs libéraux qu'avec les autres.»

Il est impossible, selon elle, de mettre sur le compte du «hasard» une si grande proportion de donateurs libéraux qui ont bénéficié de contrats des Transports. Et les critères d'urgence, de fournisseur ou de soumissionnaire unique ne peuvent expliquer autant d'ententes de gré à gré, croit-elle. Le sous-ministre aux Transports aurait dû se poser des questions, estime Mme Roy. «Ce qui me dérange, c'est que ce soient des contrats pour lesquels on n'a pas fait d'appel d'offres, dit la leader parlementaire de l'ADQ. L'appel d'offres, c'est la façon de se garantir du meilleur prix avec la concurrence.»

Après les observations du vérificateur général sur l'attribution de contrats de gré à gré et les révélations du PQ sur les places en garderie offertes à des donateurs libéraux, Mme Roy juge qu'il y a matière à s'inquiéter. «Je regarde ça et je me dis qu'il y a anguille sous roche, dit-elle. Il faut une vraie enquête sur la construction. [...] On voit que ceux qui donnent au PLQ retirent la plus grande part du gâteau.»

La représentante adéquiste invite les citoyens à se plaindre à leur «député libéral» pour ajouter à la pression sur le premier ministre pour le déclenchement d'une enquête. «Je pense que la pression populaire va faire que le gouvernement n'aura pas le choix», affirme Mme Roy.

Des «allégations mensongères»

La ministre des Transports, Julie Boulet, et son collègue Norman MacMillan ont répliqué par voie de communiqué en fin d'après-midi. Selon eux, la porte-parole adéquiste fait de la «désinformation» sur la base «d'allégations mensongères».

Toutes proportions gardées, le nombre de contrats octroyés de gré à gré a diminué depuis l'arrivée des libéraux au pouvoir, affirme Mme Boulet. Des exceptions au processus d'appel d'offres sont prévues lorsque le Ministère fixe lui-même des prix à partir d'études de marché, ajoute-t-elle.

La députée Roy mène une «campagne de salissage» selon les libéraux. «Nous l'invitons au ministère des Transports [MTQ], écrivent les deux ministres. Les spécialistes du MTQ pourront ainsi lui fournir toute l'information nécessaire afin qu'elle cesse d'induire la population en erreur avec ses calculs simplistes et ses conclusions hâtives.»