Réjean Breton

Réjean Breton, Ph.D., est un ancien professeur de la Faculté de droit de l'Université Laval à Québec au Canada et un antisyndicaliste notoire.

Il est l'un des rares universitaires au Québec qui ose aborder directement la  question du pouvoir excessifs des syndicats, (Formule Rand). Il est spécialiste en droit du travail et prend ouvertement position contre le monopole syndical et dénonce le code du travail québécois. Dans un essai publié aux Éditions Varia, Les monopoles syndicaux dans nos écoles et dans nos villes, il dénonce ces grands monopoles engendrés par le Code du travail qui ne servent plus qu'à défendre les intérêts d'une minorité de privilégiés. L'extrait qui suit en décrit les effets négatifs sur la qualité de l'éducation:

La lutte pour la liberté individuelle et la prospérité économique au Québec passe nécessairement par une remise en question des monopoles syndicaux. Les Monopoles syndicaux

Le Québec est l'endroit en Amérique du Nord où la proportion de travailleurs syndiqués est la plus élevée.

Le modèle corporatiste québécois – un système politique où l'État négocie le sort de  l'ensemble de la population avec des élites non élues représentées par les groupes de pression – s'appuie sur le rôle indu des syndicats dans l'économie et contribue à le maintenir. 

Notre Code du travail est très particulier; il ne parle jamais de salaire, de durée du travail ou de temps supplémentaire; il ne traite pas des conditions de travail vécues concrètement par les travailleurs.

Pourquoi?

Parce qu’il s’occupe exclusivement de syndicalisation.Entrevue Réjean Breton (1)

Que les syndicats se soient battus avec un courage admirable pour obtenir d’être reconnus par des employeurs imbus d’une autorité toute militaire, voilà qui ne fait aucun doute. L’histoire syndicale contient les plus belles pages de l’histoire tout court.  Mais l’histoire de la conquête du pouvoir est toujours plus courageuse, plus généreuse, plus héroïque que l’histoire de la gestion de ce pouvoir.

Au Québec, dans nos grands services publics syndiqués, on ne congédie pas pour incompétence.

L’affirmation étonne et peut même choquer, mais c’est là un fait irréfutable. Comment expliquer qu’il n’y ait pas de congédiement pour incompétence? Serait-ce qu’il n’y a aucun incompétent dans tous nos services publics?

Les cols bleus et les cols blancs du secteur municipal ont des Entrevue Réjean Breton (2)conditions de  travail et des salaires qui coûtent 28% de plus que ceux des employés du secteur public provincial, lesquels sont déjà considérés comme des travailleurs privilégiés.

Dans les faits, les syndicats s’attaquent d’abord aux usagers de services publics essentiels quand ils déclenchent leurs grèves légales ou illégales, puisque les usagers, et surtout les plus démunis d’entre eux, sont les seuls à subir les inconvénients réels des putschs syndicaux.

Trop payer les uns conduit au chômage des autres.

  1. gravatar

    # by Anonyme - 13 octobre 2011 à 23 h 33

    Jusqu'à preuve du contraire, à moins que me donne des publications que je n'ai pu trouvé, il faut conclure que Réjean Breton est un professeur d'envergure plutôt modeste (je reste poli).

    En fait, si ce dernier n'était pas syndiqué et/ou si les profs devaient être évalués selon leurs compétences et leurs apports aux connaissnaces, il faut se demander si Réjean Breton serait capable de conserver son poste...

  2. gravatar

    # by Anonyme - 30 novembre 2011 à 10 h 56

    Mr breton est un antsyndicaliste dangereux et un irrespectueux
    personnege ? pour lui tout les gens devrais travailler au salaire minimum
    une chance que la sociétée n'est pas
    inondée de personnages comme lui ?

    en plus il est un arrogant ?

    c mon opignon et je la respecte !

    Michel Paquet
    Sherbrooke

  3. gravatar

    # by JT - 1 décembre 2011 à 13 h 20

    Messieurs les gogauches,

    le message de Réjean est de rétribuer équitablement le fait d'assumer ses responsabilités...

    Le nivellement par le bas que vous semblez trouver normal prouve la nécessité de son message

    JT

  4. gravatar

    # by Anonyme - 15 avril 2012 à 20 h 03

    Je ne me considere ni gauchiste, ni droitiste. Mais ce que je vois dans une societe tel que le Quebec, ce n'est pas les riches et les pauvres, comme dans les societes capitalistes, ce que je vois, c'est les travailleurs et les paresseux. On vit dans une societe basee sur le sacrifice de ceux qui se forcent. Est-ce juste? Peut-etre pour vous, mais moi sa me rend triste de voir le monde qui me sont important travailler autant et juste perdre une bonne partie de leur effort, effort qui seront attribue a d'autre qui ne le meriteront peut etre pas.

  5. gravatar

    # by J.T. - 15 avril 2012 à 20 h 04

    Je ne me considere ni gauchiste, ni droitiste. Mais ce que je vois dans une societe tel que le Quebec, ce n'est pas les riches et les pauvres, comme dans les societes capitalistes, ce que je vois, c'est les travailleurs et les paresseux. On vit dans une societe basee sur le sacrifice de ceux qui se forcent. Est-ce juste? Peut-etre pour vous, mais moi sa me rend triste de voir le monde qui me sont important travailler autant et juste perdre une bonne partie de leur effort, effort qui seront attribue a d'autre qui ne le meriteront peut etre pas.

  6. gravatar

    # by Anonyme - 28 août 2012 à 23 h 31

    On commence à gauche. Et avec la maturité, on finit à droite.

  7. gravatar

    # by Anonyme - 15 septembre 2013 à 11 h 32

    Salut j'aimerais te parler alors si tu as un email, communiqué moi au norm_rapvolcom@hotmail.com
    Merci et bonne journee