AquaOvo, une petite PME prospère

Tout commence au début des années 2000, alors que Manuel Desrochers s’intéresse à l’eau et plus particulièrement à l’idée de trouver une alternative aux bouteilles d’eau. « Elles sont une catastrophe environnementale », m’explique-t-il avec un brin d’émotion.

Après plus de trois ans de recherche et développement intensif, Manuel et sa sœur Noémie fondent AquaOvo, une entreprise qui se spécialise dans la fabrication de filtres à eau écoconception au style épuré.

Le Web pour répandre la nouvelleAquaOvo

Les blogueurs et les admirateurs de design n’ont pas tardé  à parler de l’OvoPur, le premier produit mis en marché par AquaOvo en 2008. Ils ont été séduits par le style soigné du produit et la cartouche de filtre en verre réutilisable, contrairement aux autres filtres faits majoritairement en plastique.

« Au départ, on n’avait pas les moyens financiers de faire de la publicité, alors on a choisi une stratégie Internet. Ce n’est pas cher et la nouvelle se répand rapidement. »

C’est précisément cette rapidité qui a lancé AquaOvo sur le marché international dès ses débuts. « La demande mondiale est venue dès le départ. On avait des commandes de partout. Par conséquent, notre réseau de distributeurs s’est rapidement développé à travers l’Europe et les États-Unis. »

Des filtres à eau haut de gamme

« L’idée de départ n’était pas d’avoir un produit haut de gamme, mais avec les matériaux qu’on a choisi et la fabrication qui est faite à la main, il en est devenu un », me précise M. Desrochers.

En effet, les quatre produits d’AquaOvo se détaillent entre 700 $ et 1500 $ CDN. Ils sont faits de porcelaine et de verre avec une petite partie en plastique.

Ces prix élevés n’ont toutefois pas freiné la croissance des ventes. Dès la première année, soit 2008, la montréalaise à vendu 300 unités. En 2009, ce chiffre à grimper à 800 et les projections pour 2010 sont de 1400.

AquaOvo-1Les revenus de l’entreprise reposent également sur leur programme  de cartouches de filtre. L’adhésion à ce programme annuel, pour un peu plus de 150 $, inclut trois cartouches par année envoyées par la poste et un timbre prépayé pour le retour de la cartouche usée. L’entreprise garantit également tous ses produits et offre aux clients un nouveau produit en cas de bris accidentel (pour ceux qui adhèrent au programme de cartouches de filtre seulement).

Croître en santé

« On veut s’assurer de croître en santé, car il y a d’importants coûts associés à la croissance ». L’entreprise, qui n'est pas pressée, vise principalement à élargir son bassin de détaillants et de distributeurs au Benelux et sur la côte ouest-américaine. L’Asie, où est fabriquée la porcelaine, est aussi un marché de prédilection.
Manuel Desrochers vise également le marché institutionnel, comme les restaurants par exemple. Il prépare actuellement un filtre qui fournira et refroidira l’eau plus rapidement que l’OvoPur.

« On est constamment en train de faire de la recherche et développement pour créer de nouveaux produits.

Mais pour le moment, on recherche activement du financement pour poursuivre ces activités et pouvoir les lancer sur le marché », conclut Manuel Desrochers.

Aucune concurrence pour le moment

À sa connaissance, AquaOvo n’a pas de concurrent direct, croit M. Desrochers. « Ça pourrait paraître bizarre, mais notre principale concurrence c’est les entreprises qui fabriquent les bouteilles d’eau. Toutefois, au niveau de la conception et du style, je ne connais aucun concurrent. On demeure les seuls, pour le moment. Je suis conscient que la concurrence viendra. J’espère qu’on aura un avantage d’avoir été les premiers sur le marché. »

Ce qui distingue AquaOvo est son système multicouche gravitationnel, une technique qui imite le plus fidèlement possible la filtration de l’eau sous la terre. Les composantes de la cartouche de filtre sont d’abord le KDF55 (poudre d’alliage de cuivre et de zinc), puis du charbon activé, suivi du biocéramique micropores, puis finalement du cristal de quartz.