Domination des groupes d’intérêt dans le monde politique

Extrait du livre: On n’as pas les gouvernements qu’on mérite, Jean Luc Migué

On peut définir les groupes d'intérêt comme des regroupements organisés de votants (ou d'entreprises) ayant des préférences semblables pour une politique spécifique. En concentrant leur lobbying sur une mesure particulière, ces groupes peuvent gagner l'adoption d'une politique qui leur vaut des bénéfices directs, tout en en diluant le coût sur des millions de contribuables ou de consommateurs.
Ces groupes seront donc disposés à engager des ressources pour obtenir des mesures qui les favorisent. On désigne le fardeau de ces investissements qui ne servent qu'à opérer des transferts de richesse, comme la course aux faveurs ou aux rentes. (L’État ne crée aucune richesse, elle ne fait que la redistribuer).
Par analogie avec le manager de l'entreprise qui s'emploie à réaliser les intérêts des actionnaires, l'homme politique adoptera les programmes ouGroupe de pression - 1 les lois les mieux réglées sur les intérêts des groupes actifs, les plus susceptibles d'apporter le support au parti.
Concrètement, ces «investissements politiques » prennent la forme de contributions à la caisse électorale et à la propagande du parti, de lobbying en faveur de causes privilégiées, de marches dans les rues, de lettres aux journaux.
Pour une organisation déjà en place et ses lobbyistes, pour une association de producteurs, un syndicat, un regroupement de votants géographiquement circonscrits, les ressources supplémentaires à engager pour influer sur les décisions publiques restent minimes, tandis que les bénéfices peuvent s'avérer énormes.
La plupart des batailles politiques s'engagent sur des propositions qui n'intéressent que des regroupements circonscrits. Le politicien obtiendra par cette formule l'appui des gagnants, sans pour autant s'aliéner les perdants apathiques (le peuple).
Concurrence des groupes de pression
C'est la concurrence des groupes de pression dans la recherche de faveurs publiques qui détermine ultimement la structure finale des taxes, des transferts ou des autres faveurs. L'équilibre final découle de leurs seules pressions directes sur les décideurs politiques.Groupe de pression - 2

Démocratie directe
Supposé que toutes les décisions gouvernementales soient soumises au scrutin majoritaire direct (ex: référendum).  Chacun des citoyens voterait sur chaque mesure dans un référendum distinct, sans considération des décisions à venir ou déjà prises. Cette théorie simplifiée expliquerait, à elle seule, presque toute la réalité politique. Les groupes d'intérêt circonscrits s'en trouveraient largement exclus.
Par exemple, les agriculteurs (ex: industrie porcine), qui comptent pour  moins de trois pour cent de la population votante, ne parviendraient pas dans un référendum à se faire octroyer des milliards de dollars chacun par les consommateurs qui en sont victimes. Pas plus que les contribuables n'accepteraient de se laisser exploiter par des monopoles publics factices, du type Loto Québec, Hydro Québec ou par les monopôles de la santé ou de l'éducation. L'octroi de faveurs à des groupes locaux ou minoritaires ne s'observerait que rarement.
Cette argumentation explique en même temps l'hostilité des politiciens au principe du référendum, des initiatives populaires. La démocratie directe retirerait aux politiciens les outils indispensables au maquignonnage qu'ils pratiquent pour gagner les votes en régime de démocratie représentative. Nous soutiendrons ultérieurement que les initiatives populaires pourraient occuper une place beaucoup plus large dans l'arène politique pour freiner la puissance des groupes d'intérêt et renforcer la voix des simples citoyens.

  1. gravatar

    # by Anonyme - 10 mai 2012 à 17 h 39

    qu'attendons nous pour opposer une certaine résistance aux groupes anarcho-communistes qui se melent aux différents mouvements étudiants et tentent de déstabiliser le gouvernement!!! Meme si je n'aime pas le gouvernement Charest je DÉTESTE encore plus les groupes de gauche comme l'UCL et le black block etc, etc, etc...