La Belle Province – évasion fiscale ?

Je n’ai pas de problème pour que revenu Québec va chercher son dû, mais qu’elle soit imputable.

Le plus gros problème, c’est quelle émet des cotisations complètement abusives, en tant qu’entrepreneur ça vas te coûter une fortune pour te défendre. Un avocat fiscaliste moindrement compétent va te facturer au minimum de 200 $ à 400 $ de l’heure pour te défendre.

Tu risques de flamber plus de 50,000 $ à 100,000 $ justes pour dire que tu avais raison.

L’état par contre c’est protéger, tu ne peux la poursuivre elle est imputable de rien.

Donc, ça prend juste un vérificateur qui fait du zèle et soyez assuré qu’il va en avoir du zèle!,

N’oubliez pas elle doit aller chercher plus de 2 milliards en 4 ans, supposément en fraude fiscale.

 

Équilibre bugétaire irréaliste !

Alors, une nouvelle ère se prépare, les INQUISITEURS de revenu Québec arrive !

Donc, attention à tous les entrepreneurs, préparer vos boucliers.

Que vous ayez raison ou pas, ça n’a aucune importance, entre-temps entrepreneur vous pouvez fermer vos opérations, les transférer en Ontario ou avoir une bonne firme d’avocat.

Combien de gens pensez-vous vont faire faillite à cause de cette agressivité fiscale ?

De plus si tu es rebelle tu veux attendre à la fin du processus d’opposition, ils vont te saisir avant même que le processus d’opposition soit entamé, une vraie république de banane !

 

La ligne est bien mince entre fraude fiscale et agressivité fiscale

 

Extrait de: La Belle Province dans la mire du fisc, Argent, 25 janvier 2010

La chaîne de restaurants La Belle Province fait l'objet d'enquêtes de la part de Revenu Québec, qui a découvert que des restaurants sous-estimaient systématiquement leurs ventes de frites, de hot-dogs et d'autres produits, évitant ainsi de payer des milliers de dollars de TPS, de TVQ et d'impôts.

La Presse rapporte lundi que la très grande majorité des quelque 200 restaurants ont été vérifiées par Revenu Québec. Le gouvernement leur réclame des sommes variant de 30 000$ à 170 000$ de TVQ impayés en cinq ans de taxes de vente impayées. En ajoutant la taxe sur les produits et services, la facture gonfle de 66%.

À ces montants s'ajoutent les intérêts et une pénalité administrative, qui peut grimper jusqu'à 50% des sommes de TPS-TVQ éludées.

Les ventes non déclarées n'ayant pas été ajoutées aux revenus des entreprises, les entrepreneurs se voient aussi réclamer des impôts additionnels.

Le journal estime que si la moitié des restaurants reçoivent une facture totale de 200 000$, le fisc encaissera une somme qui frisera les 20M$