M. Obama frappe les banques en Bourse

En déclarant, jeudi 21 janvier, sa volonté d'inscrire dans la loi des mesures limitant la taille des banques et leurs activités, le président américain Barack Obama a durement secoué le secteur financier en Bourse. Se disant "prêt à se battre" contre les institutions financières.

Il a notamment annoncé qu'il souhaitait interdire à toute banque collectant de l'épargne et des dépôts de spéculer sur les marchés pour son propre compte.

Les mesures proposées par le président américain interdiraient notamment à toute banque collectant de l'épargne et des dépôts de spéculer sur les marchés pour son propre compte, ce qui devrait entraîner une vaste restructuration du secteur bancaire américain et pourrait bien freiner la croissance économique du pays à l'avenir.

Le billet vert, dans un premier temps plombé par ces inquiétudes, s'est toutefois écarté de ses points bas, les investisseurs attendant de voir jusqu'où iront ces propositions et si elles auront un impact négatif sur le dollar à long terme.

On estime par exemple qu'une moindre prise de risques par les banques américaines devrait se traduire, à long terme, par des rapatriements de capitaux américains et donc finir par soutenir le dollar.

Souvenez-vous du commentaire de Michel Girard: Les banques: comme la saucisse Hygrade

Lors des derniers mois, les actions des banques canadiennes se sont appréciées de 89 milliards, atteignant ainsi une capitalisation de 208 milliards. Elles n'accusent donc plus qu'un retard de 14 % sur leur sommet de 2008.

Extraordinaire! Les banques ont créé la fabuleuse crise financière, et ce sont elles qui s'en tirent le mieux en Bourse. À qui appartiennent déjà les grosses maisons de courtage? Aux banques. Cou'donc, mais quelle coïncidence!

Goldman Sachs likely to pay out $20bn in salary and bonuses

• Remuneration for Wall Street bankers set to exceed $65bn

• Morgan Stanley sets aside $14.4bn pot for staff

• Bank of America makes $2.2bn loss

 

Obama dit la vérité