Migration

Dans une situation où la croissance naturelle de la population est insuffisante pour assurer le renouvellement des générations, l'immigration représente un apport démographique important. Le graphique la contribution migratoire internationale et interprovinciale au solde migratoire du Québec.

En 1970, le solde migratoire total du Québec était négatif de près de 45 000 personnes. Le sommet positif a été de près de 35 000 en 2004. Depuis, le Québec a accueilli en moyenne 27 300 personnes par année de plus que celles qui ont quitté.

Si de 1971 à 2008, le Québec a toujours connu un solde migratoire international positif, il présentait sur cette période un solde migratoire interprovincial négatif. Pour chacune des années, le Québec a donc perdu des résidents au profit des autres provinces canadiennes. Les ponctions les plus importantes dans la population québécoise sont survenues en 1970 et en 1977 avec le départ net vers d'autres provinces de 45 000 et de 30 000 personnes respectivement.

Le solde migratoire

Le solde migratoire est calculé en faisant la différence entre le nombre de nouveaux arrivants sur le territoire et le nombre de résidents qui ont quitté le territoire. Lorsqu'il est positif, cela signifie qu'une juridiction a accueilli plus de citoyens de l'extérieur de son territoire que le nombre de résidents qui sont partis vivre ailleurs. Le solde migratoire du Québec se décompose en deux volets : la migration internationale et la migration interprovinciale.

 

Solde migratoire total du Québec

Source : ISQ, Le Québec économique 2009, Démographie, Chapitre 4, p 88.

Vous remarquerez que depuis 1962, nous avons une immigration interprovinciale négative. Ce qui veut dire que depuis plus de 48 ans, nous avons plus de Québécois (formés et éduqués) qui sont partis du Québec, que ceux qui sont rentrés.

Remarqué, je peux les comprendre avec la situation financière qui se dessine dans le futur et des impôts actuels du Québec, ils peuvent avoir de sérieuse question sur l’existence même de rester au Québec.

Parler au jeune où 215 milliards de dettes publiques les attendent ?