Natalité et fécondité

La natalité

La mesure la plus répandue du taux de natalité d'une population est basée sur la fécondité des femmes en âge de procréer.

Le graphique révèle une chute de l'indice synthétique de fécondité au Québec depuis les années 1960. Alors qu'il s'établissait autour de 3,9 enfants par femme de 1951 à 1962, il a diminué ensuite constamment jusqu'au milieu des années 1980 pour se stabiliser autour de 1,5 enfant par femme. Récemment, même s'il s'est accru pour atteindre 1,7, ce taux reste inférieur au seuil de 2,1 requis pour le renouvellement naturel de la population.

Fécondité

Source: ISQ, Le Québec économique 2009, Démographie, Chapitre 4, p 84.

Indice de fécondité et naissances

La récente tendance à la hausse de l'indice de fécondité n'entraîne pas nécessairement "une augmentation au chapitre des naissances. Même avec un indice synthétique de fécondité de 1,65 enfant par femme, le graphique montre que le nombre de naissances continue de décroître pour se stabiliser autour de 84 000 naissances par année après 2041.

La stabilisation du nombre de naissances s'explique par le fait que le nombre de femmes en âge de procréer est déjà, depuis 1994, en diminution au Québec. Des deux millions qu'elles étaient en 1994, elles seront 166 000 de moins en 2021, limitant du coup l'augmentation des naissances, même avec une hausse de l'indice de fécondité.

Naissance

Source : ISQ, Perspectives démographiques du Québec et des régions, 2006-2056. Édition 2009.

Source: Le Québec économique 2009, Démographie, Chapitre 4, p 86.