Quelle devrait être la place du privé dans la santé?

C’est Johanne Castonguay qui avait écrit un excellent article:  Créer un marché interne de la santé

Un extrait vidéo est disponible avec Françoise Bertrand, président de la Fédération des chambres de commerce du Québec, et Johanne Castonguay, du comité santé, répondent à la question ? Quelle devrait être la place du privé dans la santé?

Le Québec a la pire performance de l’accroissement des coûts de santé.

Séparer le payeur du fournisseur

Dans les pays de l’OCDE, il existe deux types de systèmes :

Les systèmes financés par l’impôt (Canada, Québec, l’Angleterre, Danemark), gère le financement des soins de santé est la même que celle qui les fournit.

Les systèmes financés par une assurance sociale obligatoire (France, Allemagne), le contribuable choisis son fournisseur de service (public, privé) et l’État doit connaître ce qu’il lui en coûte pour l’offrir avant de s’engager à le faire

Dans le premier système, pour tenter d’augmenter sa productivité, 3 actions principales :

1 - Rendre publique l’information sur la qualité des services, tels que le % d’infection nosocomiale par établissement et le temps d’attente par type de chirurgie;

2 - Financer les services de santé selon un montant prédéterminé selon la maladie et sa gravité pour le service qu’il rend;

3 - Séparer la fonction de fournir les services de santé et celle de les financer.

Les deux premiers moyens sont en voie d’être implantés partout dans le monde, y compris au Canada, sauf au Québec, (ça prouve à quel point que nos groupes de pression ont du pouvoir).

 

Concurrence » Efficacité » Imputabilité

Johanne Castonguay - Efficacité en santé