La radio-d’opinion génère une saine démocratie

Une radio d’opinion permet de faire bouger les méninges des concitoyens, génère des débats, crée un environnement sain pour une démocratie.

Éric Duhaime, la radio de Montréal et le sans-fil, voici l’entrevue réalisée à Radio X le 27 avril 2010. Audio-2

On discute de la « dépolitisation » des montréalais et de leur radio.

 

Ajouter un mode scrutin qui est totalement dépassé et on est capable de maintenir une immobilisme politique en empêchant la pluralité d’opinion.

De plus, ça fait longtemps que Montréal n’a plus de pouvoir politique sur la scène provinciale.

Le mode de scrutin uninominal annule les votes des Montréalais, Montréal n'est pas un enjeu politique, car la moitié est libéral, l'autre moitié est Péquiste, donc Montréal devient neutre, d’où les politiciens vont se concentrer en région.


Problématique du scrutin uninominal à un tour

Ces systèmes exigent que l’on vote pour un seul représentant ou un seul parti politique, et ce, pour chacune des circonscriptions électorales du territoire. Les candidats sont élus s’ils obtiennent une majorité simple des votes.  En d’autres mots, un candidat est élu s’il est celui qui a obtenu le plus de votes dans une circonscription électorale.

Faiblesse :

1.       Écarts importants entre le vote de la population et la composition de l'Assemblée nationale.

2.       Parce qu'il permet à un parti de gouverner sans avoir obtenu la majorité des votes. Le fait qu'un parti peut avoir une majorité parlementaire sans avoir une majorité populaire fausse la démocratie et accentue le scepticisme des concitoyens sur la pertinence d'aller voter.

3.       Parce que, dans un très grand nombre de circonscriptions, le député a été élu avec moins de 50% des voix et que les voix de ses opposants ne sont pas prises en compte dans le résultat de l'élection Comme d'habitude, des partis se retrouvent avec des monopoles de la députation dans certaines régions alors que le vote de l'électorat y a été tout aussi nuancé que dans l'ensemble du Québec.

4.       Parce qu'il ne permet pas l'expression du pluralisme politique. Les Québécois ne se divisent plus en deux seules grandes "familles politiques"... ou même en trois! Leurs opinions sont souvent beaucoup plus diversifiées.

5.       Parce qu'il crée très souvent une majorité de perdants. Combien de citoyens ont "perdu leurs votes" au Québec depuis que le mode de scrutin actuel existe? Des milliers... La démonstration est simple à faire.