Bulletin de la prospérité du Québec (1) disponibilité et qualité de la main d’œuvre

Plusieurs analystes ont décortiqué ce phénomène en long et en large1, phénomène qui se reflète d’ailleurs dans notre PIB qui est comparé, dans le graphique suivant, à celui de trois autres provinces canadiennes, au PIB du Canada ainsi qu’à celui des États-Unis et autres pays de l’OCDE.

Le déclin démographique qui s’amorce posera par ailleurs de nouveaux défis et exigera des réformes en profondeur si le Québec souhaite maintenir son niveau de vie, de même que les programmes sociaux chers à ses citoyens.

Dans ce contexte, la création de la richesse devient une priorité absolue pour le Québec, et la seule stratégie qui s’offre à lui pour offrir à sa population la prospérité à laquelle elle aspire.

Un bulletin

Pour synthétiser l’information, le Bulletin accorde au Québec une note allant de « A » à« D » en fonction de son rang dans le groupe de référence. Quand le groupe de référence est constitué des quatre provinces canadiennes retenues, la note correspond tout simplement au rang du Québec parmi ces provinces. Quand des comparaisons internationales sont possibles, la note accordée au Québec dépend de son rang dans l’ensemble des provinces et des pays.

Disponibilité et qualité de la main-d’œuvre

1.       Diplomation au secondaire

2.       Taux d’obtention du grade universitaire de premier cycle

3.       Taux de scolarisation postsecondaire des adultes

4.       Proportion des adultes ayant suivi de la formation liée à l’emploi

5.       Taux d’activité des travailleurs âgés

6.       Intégration économique des immigrants

Disponibilité et qualité de la main d'oeuvre

Diplomation au secondaire

Pertinence

Personnes de 20 à 24 ansLe taux d’obtention du diplôme de fin d’études secondaires est une composante centrale dans l’évaluation du rendement des systèmes d’éducation. Au Québec, le diplôme d’études secondaires (DES) ou le diplôme d’études professionnelles (DEP) constituent le minimum requis pour bénéficier des outils de développement, de formation et de spécialisation dont tout citoyen aura besoin sa vie durant.

Le décrochage met en péril la vigueur économique du Québec en privant la société québécoise de travailleurs qualifiés.

Taux de diplomation 7 ans et 5 ans Le graphique 2 montre le pourcentage des jeunes de 20 à 24 ans qui ne possèdent pas un diplôme de fin d’études secondaires et qui ne fréquentent pas l’école. C’est ainsi que Statistique Canada définit la notion de « décrocheur ». Elle permet de comparer le Québec aux trois autres provinces canadiennes de référence.

Le graphique 3 montre le pourcentage des élèves d’une cohorte qui ont obtenu un diplôme de fin d’études Pas de diplome secondairesecondaires cinq années et sept années après l’âge d’entrée de cette cohorte au secondaire. Elle rend compte de la capacité du système d’éducation de diplômer les élèves dans le délai considéré normal.

Le graphique 4 montre le pourcentage de la population adulte qui ne possède pas de diplôme d’études de deuxième cycle du secondaire. Cette statistique témoigne du retard historique du Québec par rapport au reste du Canada puisque ce taux est de 17 % dans l’ensemble de la population adulte québécoise alors que, dans les autres provinces de comparaison, ce pourcentage est de 11 %.

Comparaison

La première statistique brosse un portrait peu favorable. En effet, parmi les quatre provinces canadiennes de référence, le Québec est celui qui détient le pire taux de décrochage, mesuré à partir du pourcentage des personnes de 20 à 24 ans qui ne détiennent pas de diplôme d’études secondaires et qui ne fréquentent pas l’école. De plus, tandis que les trois autres provinces ont amélioré leur performance sur ce plan depuis cinq ans, celle du Québec est restée inchangée.

Taux d’obtention du grade universitaire de premier cycle

Pertinence

Baccalauréats Cet indicateur mesure notre capacité d’amener une partie de chaque cohorte de jeunes au diplôme de premier cycle universitaire.

Pour chaque province, le graphique 5 présente deux taux : dans le premier groupe, à gauche, le numérateur comprend les diplômes décernés dans toutes les disciplines; à droite, le numérateur contient les diplômes décernés chaque année uniquement dans six domaines d’études : sciences physiques et de la vie, et technologies; mathématiques, informatique et sciences de l’information; architecture, génie et services connexes; agriculture, ressources naturelles et conservation; santé, parcs, récréation et conditionnement physique; commerce, gestion et administration publique.

Accent mis sur six domaines d’études – Dans une société qui ne mise pas uniquement sur ses ressources naturelles pour prospérer, le développement économique repose largement sur l’innovation.

Comme le note le Conseil des sciences, de la technologie et de l’innovation du Canada : « La croissance à long terme du système d’innovation exige une croissance constante du nombre de travailleurs possédant des compétences en sciences et en génie. »

Comparaison

Québec = B+ (indicateur 3)

Le nombre de baccalauréats et de diplômes universitaires de premier cycle décernés en 2006 dans l’ensemble des disciplines équivaut à 33 % de la cohorte de Québécois qui avaient 22 ans cette année-là, ce qui situe le Québec au second rang des provinces canadiennes, derrière l’Ontario. Pour les six domaines d’études, avec un nombre de diplômes équivalant à 18 % de la cohorte des 22 ans, le Québec se classe ex æquo avec l’Ontario. Par conséquent, nous attribuons au Québec la note « B+ ».

Taux de scolarisation postsecondaire des adultes

Postsecondaire Pertinence

Cette statistique mesure la quantité de main-d’œuvre la plus scolarisée dont dispose une société chaque année.

Comparaison

Québec = A (indicateur 4)

En vertu de cet indicateur, le Québec, tout comme les autres provinces de référence, se classe dans le premier quart des pays de l’OCDE. Cette bonne performance du Québec peut être attribuée à la présence des cégeps puisque le pourcentage de personnes avec un diplôme universitaire est relativement plus faible qu’ailleurs au Canada.

Proportion des adultes ayant suivi de la formation liée à l’emploi

Formation liée à l'emploi, 2008 Pertinence

L’apprentissage tout au long de la carrière est considéré comme l’un des piliers d’une économie du savoir. Cet apprentissage va au-delà de la préparation des jeunes au marché du travail, reconnaissant la valeur qu’il y a pour les citoyens d’acquérir des compétences clés et d’actualiser leurs habiletés tout au long de leur carrière. La participation à des activités d’apprentissage est donc un indicateur pertinent de la qualité de la main-d’œuvre.

Comparaison

Québec = D (indicateur 5)

Le Québec occupe le quatrième rang parmi les quatre provinces canadiennes de référence.

Taux d’activité des travailleurs âgés

Taux d'activité par groupe age Pertinence

Comme il existe une demande pour des travailleurs expérimentés, des programmes de formation sont implantés afin de permettre la requalification des travailleurs âgés qui sont mis à pied dans des industries en déclin. Pour toutes ces raisons, les politiques publiques agissant sur l’offre de main-d’oeuvre devraient inciter les travailleurs plus âgés à rester plus longtemps sur le marché du travail.

Le graphique 8 montre les taux d’activité pour les trois groupes d’âge compris entre 55 et 69 ans.

Toutefois, nous focalisons l’analyse sur la tranche des 55-59 ans car, selon nous, les travailleurs dans ce groupe d’âge sont davantage susceptibles de continuer à travailler ou de se chercher un emploi.

Intégration économique des immigrants

Intégration Immigration Pertinence

Le rapport entre le taux de chômage de la population née à l’extérieur du Canada et le taux de chômage de la population née au Canada permet d’évaluer le succès de l’intégration économique des immigrants et l’employabilité des immigrants qui arrivent dans l’économie.

Dans un monde idéal, ce rapport serait de 1, signifiant que la population immigrée n’a ni plus ni moins de difficulté à se trouver un emploi que la population née au Canada.

Cependant, quelle que soit la durée d’établissement au Canada, le Québec affiche le rapport le plus élevé entre les taux. C’est au Québec que les immigrants éprouvent le plus de difficulté à s’intégrer sur le plan économique.

Cette sous-performance en matière d’intégration représente un gaspillage de ressources : le capital humain que constituent les immigrants est sous-utilisé.

Source : Bulletin de la prospérité du Québec, Norma Kozhaya, Conseil du patronat du Québec, Août 2010

  1. gravatar

    # by Anonyme - 11 janvier 2014 15:48

    Availability - You have got to be on call always in order that you are accessible when your clients require you.
    Many potential sellers feel a sense of security upon seeing a postcard directly mailed to
    them. If a neighbor suffers foreclosure, this will damage the value of your property, unless you intervene.


    Take a look at my blog post columbus real estate; ,