Quels sont les nations les plus exposés au PIIGS ?

Quels sont les nations les plus exposés au PIIGS, (Portugal, Italie, Irlande, Grèce et l'Espagne (Spain)).

Dans un rapport d'avril 2010, la Banque des règlements internationaux (BRI), un centre d'information pour les banques centrales du monde - Suisse examine les données de la Banque centrale et révèle les pays qui sont le plus exposés à la tourmente européen, spécifiquement dans leurs systèmes bancaires. Les numéros présentés ici prennent en compte les demandes étrangères - investissements sous forme de prêts et les obligations qui sont apparues dans les nations PIIGS – qui sont détenues par les banques internationales ayant leur siège en dehors de chaque pays.

Si un gouvernement affiche par défaut sur la dette, elle pourrait transporter des conséquences catastrophiques pour l'économie du pays, avec la possibilité d'une dévaluation sérieusement - ou potentiellement éliminer - ces actifs.

Pour le contexte de ce rapport, CNBC.com a comparé l'exposition des pays de la taille de leurs systèmes financiers respectifs pour un pourcentage total exposition directe. Les numéros d'exposition uniquement incluent des données provenant des banques internationales et ne tient pas compte des compagnies d'assurance ou d'autres sociétés financières. Ainsi, les pays sont plus exposés à la PIIGS ?

Pays

Banking Sector Asset Exposure:

Total PIIGS Exposure:

Size of Financial Sector:

Australie

.08%

$1.73 billion

$2.150 trillion

Brésil

0.198%

$3.11 billion

$1.57 trillion

Grèce

0.2%

$1.36 billion

$456.39 billion

Turquie

0.22%

$1.2 billion

$541 billion

Suède

0.983%

$14.29 billion

$1.454 trillion

États-Unis

1.57%

$186.69 billion

$11.827 trillion

Italie

1.93 %

$63.12 billion

$3.26 trillion

Suisse

2.05 %

$58.687 billion

$2.855 trillion

Chine (Taiwan)

2.32 %

$4.32 billion

$185.59 billion

Danemark

2.39 %

$24.04 billion

$1.004 trillion

Espagne

3.65 %

$149.8 billion

$4.101 trillion

Royaume-Uni

4.53%

$417.86 billion

$9.223 trillion

Autriche

4.84 %

$50.15 billion

$1.035 trillion

Japon

5.02 %

$121.87 billion

$2.424 trillion

Allemagne

6.18 %

$703.795 billion

$11.3803 trillion

Pays-Bas

6.79 %

$243.59 billion

$3.585 trillion

Belgique

7.93 %

$118.89 billion

$1.498 trillion

France

10.4 %

$911.32 billion

$8.76 trillion

Irlande

13.5 %

$90.378 billion

$671.45 billion

Portugal

14.08%

$64.54 billion

$458.38 billion

 

Extrait de : Si on essayait la fin du monde? , David Descoteaux, 10 mai 2010

Quoi? Vous pensez que la Commission européenne donnera 60 milliards d'euros, que l’Allemagne, la France, l’Autriche et autres pays membres de la zone euro allongeront 440 milliards en prêts et garanties de prêts, tout ça pour aider le peuple grec? Pour défendre les pauvres Portugais? Par solidarité pour le peuple italien?

Vous pensez que le Fonds monétaire international (FMI) crache 250 milliards – provenant des contribuables du monde entier – pour protéger la veuve et l’orphelin contre les méchants spéculateurs?

Ne soyez pas naïfs. Si les pays d’Europe endettent aujourd’hui leurs citoyens, et que la banque centrale imprime des Euros – réduisant du coup la valeur des Euros que possèdent les épargnants –, c’est pour sauver… les banques!

Faut les comprendre. Les banquiers européens détiennent des centaines de milliards de dettes grecques. Les plus exposées sont les banques allemandes et françaises. Elles ont prêté 119 milliards $ aux Grecs, et possèdent plus de 900 milliards $ de dettes d’autres pays en difficulté comme le Portugal, l’Irlande et l’Espagne. Faudrait surtout pas que le PDG d’une de ces banques soit pris pour vendre sa Maserati… Allez contribuables, videz vos poches!

En somme, les politiciens pigent dans le portefeuille de tous les Européens, et versent l’argent aux grandes banques d’Europe et à leurs actionnaires. On redistribue la richesse des pauvres aux riches. Comme on le fait depuis deux ans aux États-Unis. On force les responsables à prêter aux irresponsables.