Liberté économique : un champ de maïs

Je ferai des commentaires à la fin du carnet

Extrait de : Québec consulte sur l'entrepreneuriat, Argent, 15 octobre 2010

Québec annonce le lancement d'une tournée nationale de consultation sur l'entrepreneuriat, qui se déroulera au cours des prochains mois dans toutes les régions.

Les députés Alain Paquet et André Drolet coprésideront cette tournée qui aura pour but de recueillir les réflexions du milieu en matière de développement de l'entrepreneuriat. Les consultations se concluront par la tenue d'un forum national consacré à des enjeux ciblés.

Les personnes qui seront interpellées au cours de cette tournée proviennent de divers horizons, notamment des milieux public, parapublic, privé, syndical et communautaire.

Cette tournée fait suite au mandat que le premier ministre Charest a donné au ministre du Développement économique, de l'Innovation et de l'Exportation, Clément Gignac, en janvier dernier, d'élaborer une stratégie sur l'entrepreneuriat.

Cette stratégie aura pour objectifs de développer davantage la culture entrepreneuriale au Québec, d'augmenter le nombre d'entrepreneurs par rapport à l'ensemble de la population, d'accroître le taux de survie des entreprises et d'améliorer la transmission de celles-ci.

Voici un exemple classique d’un politicien qui se donne bonne prestance, mais qui ne règle essentiellement rien, il veut améliorer l’entrepreneuriat, mais veut garder l’ordre établi.

Des vœux pieux, mais totalement insipides, quand tu maintiens le Québec à la 59 ième position sur la notion de la liberté économique dans toute l’Amérique du Nord (sur 60), tu as un très très sérieux problème.

Le climat de l'investissement provincial comprend dix composantes:

(1) Les impôts des sociétés,

(2) La prudence budgétaire,

(3) Les impôts sur le revenu des particuliers,

(4) La qualité des infrastructures,

(5) La taxe de capital des entreprises,

(6) Taxe de vente et d’accise

(7) Le code du travail,

(8) Le fardeau réglementaire,

(9) Coût de la masse salariale

(10) Agressivité fiscale

La liberté économique est basée sur 10 critères, elles sont fondamentales pour la réussite d’un entrepreneur.

Au Québec, des facteurs tels que l'interventionnisme étatique, les impôts élevés, la puissance des syndicats ainsi que l'existence de programmes et de droits sociaux étendus ont considérablement réduit la liberté économique, nuisant ainsi aux Québécois.

Une réglementation excessive entrave la création d’entreprises et la croissance, réduit de façon significative l’entreprenariat, l’innovation et en définitive, les niveaux de vie.

Supposons que vous être un fermier et vous avez décidé de semer du maïs, vous devez tenir compte du choix de la semence, du type de terre, le niveau d’irrigation, de la température, l’exposition au soleil, multiples facteurs qui influenceront le résultat de votre récolte.

Donc pour avoir une récolte prospère, il ne suffit pas d’avoir des semences, mais aussi un environnement approprié.

C’est la même chose pour l’entrepreneuriat, même si vous avez des entrepreneurs en herbe avec plein de bonne idée et de bonne volonté, mais vous ne créez pas un climat sain, il y aura peu d’entrepreneur qui vont réussir, car l’environnement d’affaires ne s’y prête pas, et c’est justement le pourquoi de la notion de la liberté économique, qui détermine si le terreau est bon pour créer de la richesse.

Malheureusement le Québec est à l’avant-dernière position pour créer de la richesse en Amérique du Nord, trop d’impôts, trop de fardeaux réglementaires, masse salariale excessive …

Donc quand M. Gignac va tenter d’améliorer l’entrepreneuriat au Québec ce n’est que de la poudre aux yeux, la pauvre performance économique est liée à l’Étatisation du Québec, tant aussi longtemps qu’on ne règle pas les problèmes fondamentaux du Québec, l’entrepreneuriat ne pourra croître adéquatement.

Comme d’habitude c’est n’importe quoi !


Liberté écomique 2009Les français ont traduit le rapport annuel de l’Institut Fraser sur la liberté économique dans le monde, si ça vous intéresse.

L'indicateur de liberté économique du Fraser Institute est essentiel pour mesurer la qualité institutionnelle de chaque pays.

Le Rapport, unique au monde, prend en compte différents critères qui mesurent le degré de liberté de chaque pays : la taille de l’Etat, les libertés juridiques et l’importance de la propriété, la santé de la monnaie nationale et les réglementations dans tous les secteurs économiques et sociaux.

L’équipe d’Un Monde Libre animée par Emmanuel Martin, également chercheur à l’IREF, a pris l’heureuse initiative de traduire le rapport en français.