Retraite - Le modèle scandinave

Cahier spécial : Le modèle Scandinave

LA retraite


Dans le domaine des pensions, cette démarche a permis d’identifier un ensemble d’objectifs communs aux quinze États membres, que l’on peut résumer par la formule « des retraites sûres et viables ». Il s’agit tout à la fois de garantir l’équilibre financier à long terme des régimes de retraites sans mettre en péril la situation des finances publiques dans leur ensemble, tout en assurant aux retraités un niveau adéquat de pensions, qui les protège de la pauvreté, qui leur permette d’obtenir un remplacement suffisant de
leurs revenus d’activité et qui réalise une certaine redistribution des niveaux de vie entre générations et à l’intérieur de chacune d’entre elles.

Ces exigences sont de surcroît replacées dans un contexte économique et social en mutation.

À l’aune de ces objectifs, les réformes des systèmes de retraite mises en oeuvre au Danemark, en Finlande et en Suède, semblent d’ores et déjà apporter globalement des résultats plutôt favorables.

Citons notamment :

·         les performances du Danemark, de la Finlande et de la Suède en matière d’emploi des travailleurs âgés sont remarquables, à la fois en niveau – des aux d’emploi des 55-64 ans supérieurs de 10 points en Finlande, de 20 points au Danemark, et de 30 points en Suède à la moyenne européenne

·         et en évolution – entre 1995 et 2001, la Finlande a amélioré de 11 points le taux d’emploi des 55-64 ans ;

·         dans ces conditions, la viabilité financière des régimes de retraite semble d’ores et déjà assurée en Suède, et proche de l’être au Danemark ; la mise en oeuvre de la « réforme 2005 » en Finlande devrait permettre d’atteindre rapidement cet objectif ;

·         enfin, il revient aux pays nordiques, et tout particulièrement à la Suède, le mérite d’avoir les premiers développé des méthodes profondément originales de pilotage des systèmes de retraite, basées sur la décentralisation au niveau individuel des choix relatifs à l’âge du départ en retraite et au montant de la pension et la mise en place de puissantes incitations monétaires insérées dans les barèmes de retraite ; la mise en oeuvre de mécanismes automatiques d’équilibrage des régimes en réponse à l’allongement de l’espérance de vie, et à court terme des fluctuations des salaires et de l’emploi, permettant d’éviter des variations indésirables des cotisations et du niveau des prestations, est également une particularité forte des systèmes en cours de réforme en Finlande et en Suède ; l’adhésion des citoyens aux réformes semble également significativement renforcée par le recours aux comptes individuels de retraite qui leur permettent, à tout instant, de connaître les contributions qu’ils ont accumulées depuis le début de leur carrière et les droits à pension auxquels ils peuvent prétendre.

Au total, les pays nordiques paraissent avoir trouvé une voie originale pour réformer leurs retraites, couplant action en faveur de l’emploi des travailleurs âgés et « modernisation » du pilotage des régimes de retraite. Commentant la stratégie suédoise en matière de pensions, le rapport conjoint de la Commission et du Conseil de l’Union européenne semble accréditer l’idée que celle-ci pourrait constituer une référence pour les autres États membres de l’Union :

« Tel qu’il a été réformé, le régime suédois des pensions devrait pouvoir fournir des pensions adéquates d’une façon financièrement viable, grâce à sa conception et aux mécanismes intégrés destinés à l’adapter à l’évolution économique et démographique.

 

Il permet également un partage intergénérationnel équitable de la responsabilité financière et répond aux exigences de la modernité par son adaptation à la flexibilité des schémas financiers ».

 

Retraite – modèle Suédois

Le système de retraite a été réformé à partir de la problématique « pay-as- you-go , répartition", mais basé plutôt basé sur la performance de l’économie. Si l'économie ne croît pas, les pensions seront plus faibles, et il existe des mécanismes qui empêchent le système d'aller en faillite.

Les Suédois ont eu une prise de conscience devant la nécessité d’une réforme profonde alors que le système de financement des retraites par répartition s’écroulait. Les Suédois ont compris que dans l’ancien système à prestations définies, on ne pouvait augmenter à l’infini le taux de cotisations, les impôts, les emprunts afin de sauver le système de la faillite. On risquait de tuer l’économie où l’on s’entête à faire payer encore plus les cotisants.

Politiciens de tous bords, syndicats, représentants du public et du privé responsables sont arrivés à un compromis pour la mise en place d’un nouveau système de retraite basé autofinancé sur des comptes individuels avec un volet financé par la répartition et l’autre par la capitalisation et une forte incitation à travailler le plus longtemps possible.

Pour ce qui est des retraites, il n’y a pas de différences entre le public et le privé. Tout le monde est logé à la même enseigne, pas d’iniquité entre le public et privée, pas d’iniquité entre les générations, car il est autofinancé.

Les prestations tiennent  compte de l’espérance de vie, de la génération à laquelle appartient l’assuré ? De son âge au moment du départ en retraite et de l’évolution du PIB.

Le nouveau système suédois est plus efficace et plus juste que l’ancien. Plus efficace, car financièrement il est contrôlé et il est transparent. Plus juste, car il s’appuie sur l’épargne que chacun met de côté pendant toute une vie afin de s’assurer une pension.


Table des matières

Le modèle Scandinave

La clé du succès : le pragmatisme !

Économie

Structure économique

La compétitivité de l’économie

Recherche & Développement

Déréglementation des marchés publics

Déréglementation - Suède

Finance

Excédents budgétaires

Banque

Les pays scandinaves

Suède

Selon ‘The Global Competitiveness Report 2010–2011’

Main-d’œuvre

Champions de la «flexisécurité»

Cadre législatif minimal de la «flexisécurité»

Vieillissement de la population

Parité hommes/femmes

La gouvernance de l’État

Confiance entre le peuple et les dirigeants du pays

Les réformes de l’État

Les États coordonnent, mais sous-traitent

Les services sociaux

L’aide publique et les services sociaux

L’éducation la plus performante

Éducation aux adultes

Éducation : modèle finlandais

Éducation : modèle suédois

Le système santé - décentralisation - Scandinave

Les attendus de la décentralisation

Recentralisations ou changements de formes de décentralisation ?

Décentralisation - Une saveur unique

Les pays scandinaves

Santé : modèle danois

Santé : modèle finlandais

Santé : modèle suédois

Santé : modèle norvégien

Dossier de santé électronique

La retraite

Retraite – modèle suédois

Comparatif entre les pays scandinaves et le Québec

Les points communs :

Ce qui nous différencie :

Le Québec selon le mode scandinave

Crise économique

Problématique du système santé scandinave - 1990

Réforme majeure du secteur public scandinave

Entreprise publique

Québec - Les syndicats

Québec - Éducation - Santé

Ministère de l’éducation

Ministère de la santé

Un gestionnaire talentueux ne suffit pas

Les groupes d’intérêts

Hôpitaux budgets globales

La décentralisation de la gestion sans décentralisation du financement,
une configuration problématique

Un exemple pratique, l’entente avec la FIC

Conclusion

Sources

 

Fichier PDF : Le modèle scandinave