Royaume Uni : Austérité budgétaire

Royaume Uni - Drapeau Tour d'horizon sur les décisions budgétaires Européens face à la crise financière des dettes souveraines.

Royaume-Uni

Capitale:

Londres

Nature de l'État:

Monarchie

Superficie (km)²:

244 046

Forme de l'État:

État unitaire

Indépendance:

1801

Régime:

Parlementaire

Monnaie:

Livre sterling

Système électoral:

Majoritaire uninominal

   

Démocratie:

Élevé

   

Vote des femmes

1918

   

Système partisan

Multipartisme

Standard Poor's

AAA - Négatif

   

Endettement / PIB (Mai 2010)

79 %

Déficit public de

11,5 %

Le nouveau gouvernement de coalition Tories-libéraux démocrates de David Cameron, entré en fonction en mai, a déjà annoncé des baisses des dépenses publiques de plus de 9,6 milliards d'euros. Le gouvernement a hérité de son prédécesseur travailliste "du plus grand déficit budgétaire" en Europe à l'exception de l'Irlande, a affirmé George Osborne. "Avec ce budget inévitable, nous avons dû augmenter les impôts, payer le prix de l'irresponsabilité passée et réapprendre la vertu de la prudence financière."

Vidéo - Royaume UniLe Royaume-Uni est entré dans une ère de rigueur, le chancelier Osborne ayant annoncé un plan d'austérité sans précédent, visant à dégager des dizaines de milliards d'euros d'économies, pour éliminer en 5 ans la quasi-totalité du déficit budgétaire légué par le Labour.

Le gouvernement de coalition formé le mois dernier par les conservateurs et les libéraux démocrates «a hérité du plus grand déficit budgétaire en Europe», en valeur absolue, et «ce budget est nécessaire pour restaurer la confiance envers notre économie», a plaidé le chancelier de l'Échiquier George Osborne, en présentant au Parlement son premier budget.

Il a dévoilé un catalogue de mesures visant à éliminer totalement le déficit dit «structurel» sur cinq ans, c'est-à-dire la durée de la législature.

Le déficit structurel correspond à la partie du déficit public qui n'est pas liée à des difficultés temporaires de l'économie, et qui ne va donc pas se résorber automatiquement avec la reprise.
(hum … ex : le Québec)

Devant la Chambre des Communes, le chancelier de l'Échiquier a également affirmé que son programme permettrait de ramener en cinq ans l'emprunt de l'État britannique de 10% à 1% du produit intérieur brut.

Dette publique et liberté économique :

Royaume-Uni - Dette publique Royaume - Unis - Rank Royaume Unis - Economic Freedom

Classement selon la Banque Mondiale ‘Doing business’ :

Banque mondiale - Doing business
Rang mondial: 5 sur 183
Royaume Uni - Mondiale
Rang selon les membres de l’OCDE: 3 sur 27
Royaume Uni - OCDE

Rigueur budgétaire : 

Date

Mesures

Descriptions

Juin -2010

 

Un relèvement de la taxe sur la valeur ajoutée, qui passera de 17,5% à 20%.

Cependant, les produits de base comme les denrées alimentaires, les vêtements d'enfant et les livres en seront exonérés.

     
   

L'impôt sur les plus values passera de 18% à 28%, affectant principalement les foyers aisés.

     
   

Les fonctionnaires devront se serrer la ceinture, avec un gel des salaires pendant deux ans sauf pour les plus modestes, et un durcissement de leur régime de retraite.

     
   

Quant au budget de la majorité des ministères, il sera amputé de 25% pour réaliser 36 milliards d'euros d'économies par an, hormis ceux de la santé et l'aide au développement, qui seront «sanctuarisés». La répartition précise de ces coupes sera annoncée cet automne.

     
   

Des réformes structurelles majeures, comme réduire les interventions de l'État dans certains domaines ou diminuer le nombre de fonctionnaires.

     
   

Que le gouvernement imposerait en janvier 2011 une nouvelle taxe sur les banques destinée à collecter 2,4 milliards d'euros.

     
   

Au moins 13,2 milliards d'euros seront économisés dans le système de protection sociale, via un gel des allocations familiales pendant trois ans, la réduction de crédits d'impôts pour les familles et la limitation des allocations logement.

     
   

Le ministre des Finances a également signalé qu'une prime maternité serait supprimée.

     

Le premier discours de David Cameron, voici des extraits, certaines remarques sont très pertinentes et peut s’appliquer au Québec.

Extrait de : David Cameron: Transforming the British economy, Friday, May 28 2010

This is my first major speech as Prime Minister – and I am going to address the first priority of this government: transforming our economy.

Today, Britain is at a turning point. The decisions we make now will live with us for decades to come. For many years we have been heading in the wrong direction.

Our economy has become more and more unbalanced, with our fortunes hitched to a few industries in one corner of the country, while we let other sectors like manufacturing slide.

It has become over-reliant on welfare, with mass worklessness accepted as a fact of life and around five million people now on out-of-work benefits. It has become increasingly hostile to enterprise, with business investment in the past decade growing at around one per cent each year – only a quarter of what it was the decade before. It has become far too dependent on the public sector, with over half of all jobs created in the last ten years associated in some way with public spending.

And, of course, as a country we have become indebted on an unprecedented scale. Our huge deficit and rapidly growing public debt are the clearest manifestations of our economic mistakes – the glaring warning sign overhead telling us we have taken the wrong route.

We have been sleepwalking our way to an economy that is unsustainable, unstable, unfair and, frankly, uninspiring.

Now that this country is waking up to it, the people of Britain – the people of the world – want to know: can we turn this around? Can we rebalance economic power across our regions, across different industries, so that more people have a stake in our success? Can we end the inevitability of millions on long-term welfare and bring hope to those unemployed? Can we inject new life into the private sector, so that enterprise can drive not just our recovery but the re-building beyond it? Can we go from an economy built on debt and borrowing to one built on saving and investment? Can we re-open Britain for business?

My answer is an unequivocal, emphatic yes.

Deficit

That task begins with the deficit.

Today, the British state is borrowing one pound for every four it spends. Our Budget deficit is set to overtake Greece. If we don’t deal with this, there will be no growth, there will be no recovery. It will be undercut by rising interest rates, rising inflation, falling confidence and the prospect of higher taxes. Getting the deficit down and keeping it down will help to restrain inflationary pressures, allow interest rates to remain lower for longer and create the space for private sector investment.

There are difficult choices ahead. But they are unavoidable – and it’s the same for our international partners. Almost every country in Europe faces the same challenge – to reduce deficits in order to help restore sustainable growth. I’ve met with Chancellor Merkel and President Sarkozy and discussed some of the issues facing the Eurozone.

Of course we are outsiders in one sense – we are not members of the euro and we will not join the euro. And that is absolutely right. But we have shared interests. We want the Eurozone to deal with its problems. We want it to be prosperous. We want it to be stable. That is not only in their own interests but in ours – about half of our exports go to the EU, overwhelmingly to the Eurozone.

And they want us to get our deficit down and restore Britain’s economic vitality – because we are the Eurozone’s largest export market; larger even than the US.

Cutting the deficit not enough

So turning our economy around begins with cutting the deficit. But that cannot be the only part of our strategy for economic growth. It is only the start of what we must do.

Just as our plans to build the Big Society aren’t simply about cutting back big government and hoping civic society will spring to life so our plans to revive our economy are not simply about cutting public spending and hoping the private sector will spring to action. Government cannot be a bystander.

In society we will actively agitate for social renewal and community action and in our economy we will actively help new businesses start, attract enterprise to our shores, light the fires of entrepreneurialism in every corner of our country. That’s what our coalition strategy for growth is all about.

Liberalise

·         First, we will liberalise.

·         As someone who believes in the free market, it will not surprise you that I believe a big part of the previous Government’s economic failure was their endless interference. There was too much tax, too much regulation, too little understanding of what our businesses need to compete.

·         The facts are clear. Britain’s competitiveness has suffered in recent years, with businesses ranking us 84th in the world for tax and 86th for regulation. Indeed, since 1997, the tax legislation handbook has doubled in length. But you don’t need to know the facts to see how heavy this burden is. You see it in the exasperated faces of businesspeople. I’ve seen it, countless times, in my constituency and on my visits around the country. These people struck out into the world of enterprise with boundless hope and ambition and found themselves in a world of bureaucratic pain.

·         So a big part of our strategy for growth is getting out of the way of business. I’m going to be asking George Osborne, Vince Cable, David Willetts and their teams some simple questions week in, week out: what are you doing to make it easier to start a business? Easier to take people on? What are you doing to make regulation less complicated? To make locating a business here more attractive?

·         But perhaps the most important change is our new ‘one-in-one-out’ rule for regulation. It’s simple: if you’re a Minister who wants to bring in a new piece of regulation, first you’ve got to find an existing one to get rid of. No-one should underestimate how revolutionary this is. For a long time, the whole business of Whitehall has been about creating new regulations. This new rule completely blows that culture apart.

·         Over the weeks and months ahead, we will go much, much further – especially with radical tax reform. We’ll cut corporation tax rates by simplifying reliefs and allowances and tackling avoidance – while protecting manufacturing industries.

·         We will abolish employers’ National Insurance Contributions on the first ten jobs created by new businesses for the next two years.

·         And we will reform the complex Controlled Foreign Companies rules that have driven business overseas.

·         I am under no illusions. Achieving all this will be hard and it won’t happen overnight. But when we’ve finished, this will all add up to Britain having one of the most competitive tax systems in the world. Indeed our ambition is to have the most competitive corporate tax system in the G20.

·         Let’s make the next decade the most entrepreneurial and dynamic in our history – and let’s do it together. All of us, across Britain, sharing in our prosperity.

Conclusion

I passionately believe we don’t have to accept things the way they are. Imagine if Germany had given up after the Second World War, leaving the bombed-out factories on the Ruhr lying dormant. Imagine if South Korea, after years of war, surrendered to its fate as an economic backwater in the 1950s.

Imagine if Margaret Thatcher had seen the British economy in the seventies, wracked by strikes and deep in debt, and decided just to manage our decline.

They said ‘no, we can transform our economy’ – and they did, turning war-ravaged regions and strike ruined countries into economic power houses.

So this is my message today. There is no such thing as economic destiny. We can transform our economy here. We can turn this around. We make the future ourselves. Instead of controlling business, we will free enterprise to compete. Instead of acting with short-term initiatives we will think long-term about the modern support our economy needs. Instead of tolerating economic apartheid, we will give local people the power and the freedom to build success from the bottom up.

Portugal : Austérité budgétaire

Portugal - Drapeau Tour d'horizon sur les décisions budgétaires Européens face à la crise financière des dettes souveraines.

Portugal

Capitale:

Lisbonne

Nature de l'État:

République

Superficie (km)²:

91950

Forme de l'État:

État unitaire

Indépendance:

1640

Régime:

Parlementaire

Monnaie:

euro

Système électoral:

Proportionnelle (liste)

   

Démocratie:

Élevé

Standard Poor's

A - Négatif

   

Endettement / PIB

(Mai 2010)

85,8 %

Déficit public de

9,4 %

Portugal - Vidéo 1 Cependant, le plus important est que le Programme de stabilité et de croissance (PEC) plaise à Bruxelles… et aux agences de notation financière, qui évaluent le risque de la dette des pays (plus le risque est grand et plus les taux d'intérêt payés par les Etats seront élevés).

L'une des plus importantes d'entre elles, Fitch, a déjà abaissé la note du Portugal, annonçant qu'elle pourrait procéder à un nouveau déclassement "si le programme de consolidation budgétaire était insuffisant". Elle admet néanmoins que le risque de contagion de la crise grecque au Portugal n'est pas très élevé – tout en alertant sur la nécessité de "faire des ajustements plus importants" dans la politique budgétaire.

Il n'y a pas d'échappatoire. La politique et l'économie du pays vont à nouveau tourner autour du nombre magique fixé par l'Union européenne : le déficit budgétaire ne doit pas excéder 3 % du PIB.

Le chemin sera long, étant donné que ce taux a atteint 9,3 % en 2009, un niveau historique. "Personne ne croit qu'on puisse ramener le déficit budgétaire à 3 % en trois ans", affirme Jerónimo de Sousa, secrétaire général du Parti communiste portugais [PCP, qui a obtenu 7,86 % des voix aux législatives].

Dette publique et Liberté économique

Portugal - Dette Publique Portugal - RankPortugal - Economic Freedom

Classement selon la Banque Mondiale ‘Doing business’

Banque mondiale - Doing business
Rang mondial : 78 sur 183
Portugal - Rang mondial - Banque mondiale
Rang selon les membres de l’OCDE
Portugal - OCDE

Rigueur budgétaire

Date

Mesures

Descriptions

Mai -2010

 

A ainsi été décidée, à partir de juillet, une hausse généralisée des impôts de 1,5 % pour les revenus supérieurs à 2.375 euros et de 1 % en dessous, ainsi qu'un relèvement de 25 à 27,5 % de la taxe sur les bénéfices des grandes entreprises.

   

Parallèlement, la TVA va augmenter de 1 point, à 21 %.

   

Rémunérations des dirigeants des entreprises publiques et de la classe politique vont être réduites de 5 %.

   

De nouveaux grands projets d'investissements, comme la construction d'un nouvel aéroport à Lisbonne et d'un pont sur le Tage, vont être gelés.

    Audio-3

Avril -2010

Programme
de stabilité
et de croissance

Le Programme de stabilité et de croissance (PEC) ne réduit pas les salaires, comme en Grèce et en Irlande, mais il ne les augmente pas non plus : les rémunérations dans la fonction publique seront gelées (ou augmenteront moins vite que l'inflation) jusqu'en 2013. Avec la réduction du nombre de fonctionnaires [un remplacement pour deux départs].

   

Avec la réduction du nombre de fonctionnaires dont le nombre va être diminué de 73.000 postes sur quatre ans.

   

Pénaliserait davantage les fonctionnaires qui prennent une retraite anticipée.

   

Les plus privilégiés, avec une augmentation du taux d'imposition des foyers dont les revenus sont supérieurs à 150 000 euros par an, qui passe de 42 % à 45 %.

   

La classe moyenne, qui voit les déductions fiscales et les crédits d'impôt réduits.

   

Les plus pauvres, les précaires, qui seront affectés par les coupes dans les dépenses sociales non imposables (allocations chômage, complément au minimum vieillesse ou encore RMI).

L'objectif est de réduire les prestations sociales de 0,5 % pour les faire passer de 21,9 % à 21,4 % du PIB d'ici à 2013.Dans le domaine des retraites, un prélèvement de solidarité est en préparation pour les bénéficiaires des pensions les plus élevées.

   

L'allégement du poids de l'Etat dans l'économie, via les privatisations. Le ministre de l'Economie a cité certaines des entreprises et participations dont le gouvernement souhaite se défaire : Fidelidade – la branche assurances de la Caixa Geral de Depósitos [l'équivalent de la Caisse des dépôts et consignations] –, l'électricien EDP, la compagnie pétrolière Galp, le gestionnaire du réseau électrique REN, la compagnie aérienne TAP ou encore CTT [la poste]. Ces cessions devraient permettre à l'Etat d'encaisser 6 milliards d'euros, une somme destinée à freiner l'aggravation de la dette publique. Cette année, celle-ci représente déjà 85 % du PIB.

   

Le taux de chômage a progressé à 9,1% de moyenne sur le premier trimestre 2010, son plus haut niveau trimestriel des trois dernières années.

   

Une réduction du budget de la défense de 40 %.

   

Coupes dans les grands projets ferroviaires.

   

Prolongeant l'âge de départ à la retraite à soixante-cinq ans.

Italie : Austérité budgétaire

Italie - Drapeau Tour d'horizon sur les décisions budgétaires Européens face à la crise financière des dettes souveraines.

Italie

 

Capitale:

Rome

Nature de l'État:

République

Superficie (km)²:

294 060

Forme de l'État:

État unitaire

Indépendance:

1870

Régime:

Parlementaire

Monnaie:

euro

Système électoral:

Mixte (Parallèle)

   

Démocratie:

Élevé

   

Vote des femmes:

1925

   

Système partisan:

Multipartisme

Standard Poor's

A + Stable

   

Endettement / PIB

(Mai 2010)

118 %

Déficit public de

5,3 %

Une dette qui atteint 118 % de son PIB, l'Italie n'a pas été attaquée par les marchés pendant la crise de l'euro, comme ses voisins du sud de la zone euro. Elle semble avoir réussi à limiter le dérapage de ses finances publiques pendant la crise et peut compter sur un faible endettement de ses ménages.

Italie - Vidéo La dette italienne, l'une des plus fortes au monde Rome  prévoit notamment un gel des embauches et des salaires dans la fonction publique pendant trois ans, un report de certains départs en retraite et la diminution de transferts d'argent vers les collectivités locales.

Le montant de l'ensemble de ces mesures, entre les réductions des dépenses publiques et les recettes fiscales supplémentaires, s'élève à 28 milliards d'euros sur les années 2011-2012, a ajouté cette source.

Si l'Italie a réussi à limiter la progression du déficit public à 5,3% du  PIB en 2009, le gouvernement n'ayant pas engagé de plan massif de relance durant la crise, sa dette reste l'une des plus fortes du monde. Le pays est donc considéré comme un maillon faible de la zone euro.

Alors que le gouvernement italien n'avait de cesse de répéter depuis des  mois que l'Italie était à l'abri d'une contagion de la crise grecque, le bras droit du Cavaliere, Gianni Letta, a averti lundi les Italiens de la nécessité de "sacrifices très lourds, très difficiles (...) pour sauver notre pays du risque de la Grèce".

Dette publique et liberté économique :

Italie - Dette publique Italie - Rank Italy - Economic freedom

Classement selon la Banque Mondiale ‘Doing business’

Banque mondiale - Doing business 
Rang mondial : 78 sur 183
Italie - Rang mondial
Rang selon les membres de l’OCDE : 26 sur 27
Italie - Rang OCDE

 
Rigueur budgétaire :

Date

Mesures

Descriptions

     

Juin -2010

28 milliards €

Rome  prévoit notamment un gel des embauches et des salaires dans la fonction publique pendant trois ans.

La mesure concernera plus de 3,5 millions de personnes.

   

Relever de 65 à 67 ans l'âge de leur départ en retraite.

   

Diminution de transferts d'argent de 4 milliards d'euros vers les collectivités locales.

Cette mesure a conduit des maires de toute la péninsule à manifester cette semaine dans Rome, portant symboliquement une corde autour du cou. Ils estiment que la diminution des subventions publiques fera plonger les finances locales dans le rouge et les empêchera d'apporter une aide sociale minimale aux enfants, aux personnes âgées et aux handicapés.

Une partie des exécutifs des 20 régions qui composent l'Italie ont prévenu pour leur part que si le gouvernement ne modifie pas son projet de budget, ils ne pourront plus assumer leurs prérogatives, comme l'entretien du réseau routier, et s'en déchargeront sur le pouvoir central.

(Un peu ce que le Canada a fait quant il était en difficulté financière, il a diminuée les transferts fédéraux aux provinces)

   

L'État va réduire de 10 % le salaire annuel des dirigeants des entreprises publiques, dès lors que celui-ci dépasse 100.000 euros.

   

Réduire de 15 % les salaires des ministres, des députés et des sénateurs.

   

Dans le domaine des retraites, un prélèvement de solidarité est en préparation pour les bénéficiaires des pensions les plus élevées.

(Méthode simpliste et efficace pour ceux qui ont obtenu des retraites dorées, on crée une taxe de solidarité pour réduire les écarts de distribution de richesse dus aux anciens gouvernements.)

   

Une réduction de 10% des budgets des ministères.

   

Le taux de chômage a progressé à 9,1% de moyenne sur le premier trimestre 2010, son plus haut niveau trimestriel des trois dernières années.

Grèce : Austérité budgétaire

Grèce - drapeau Tour d'horizon sur les décisions budgétaires Européens face à la crise financière des dettes souveraines.

Grèce

Capitale:

Athènes

Nature de l'État:

République

Superficie (km)²:

130 850

Forme de l'État:

État unitaire

Indépendance:

1829

Régime:

Parlementaire

Monnaie:

euro

Système électoral:

Proportionnelle (liste)

   

Démocratie:

Élevé

   

Vote des femmes:

1952

   

Système partisan:

Multipartisme

Standard Poor's

BB +

   

Endettement / PIB (Mai 2010)

125 %

Déficit public de  

13,6 %

La Grèce risquant de faire défaut de paiement, elle a été obligée de démarrer des réformes profondes dues aux exigences des fonds européens et du FMI, sans ce risque, les politiciens grecs auraient continué dans la même galère de dépenser en croyant que l'argent était infini.

1.       La 1ère problématique de la Grèce est la problématique que l'on retrouve dans tous les pays à fort déficit : l'immense faiblesse du secteur privé !

2.       49% de la population active grecque serait fonctionnaire et plus de la moitié d'entre elle bénéficierait de 14 mois de salaire !

3.       20-30 % de l'ensemble de la population grecque travaille pour le gouvernement ; ils ne peuvent pas être licenciés et beaucoup sont autorisés à prendre leur retraite à l’âge de 40 ans.

4.       Des dizaines de milliers de filles célibataires ou divorcées des fonctionnaires collectent leurs fonds de pensions des parents décédés et les dépenses de retraite sont projetées à la hausse de 12 % du PIB, plus de quatre fois la moyenne européenne. Certains fonctionnaires reçoivent des bonus pour l'utilisation d'un ordinateur, parlant une langue étrangère et même arrivant au travail à temps - et tous les travailleurs obtiennent 14 salaires mensuels par an.

5.       La Grèce a commencé à ressentir les effets de la crise économique internationale avec le recul du tourisme, l’une de ses principales ressources, et le tassement de la consommation et des transactions immobilières.

6.       Grèce -malaise fonctionnaireLe rôle central du gouvernement et le clientélisme (groupes d’intérêts) qu’il génère font que 70% des Grecs vivent d’emplois d’État, des privilèges qu’il distribue ou des taxes qu’il prélève au profit de certaines catégories. De ce fait, les Grecs sont plus occupés à rechercher des rentes de situation distribuées par l’État qu’à créer des richesses.

La gravité de ce mal est que lorsqu’on en arrive au niveau où en est la Grèce, détricoter les entrelacs de dispositifs aussi complexes devient impossible en cas de crise. Les mesures de sauvetage prises sont alors massives et aveugles, touchant d’abord ceux qui ne se sont pas organisés pour profiter du système et se défendre, et sont grèce vidéogénéralement les plus fragiles. Mais surtout, lorsque le mal a atteint un certain niveau, il n’est même plus sûr qu’un détricotage soit possible sans se heurter à des remous, spontanés ou organisés, qui l’interdisent.

Mais la crise a au moins une vertu : elle a définitivement rendu caduque l'idée que l'État pouvait être la solution. Ayant flirté avec la banqueroute, « le Trésor grec n'a plus les moyens », prévient ainsi l'ancien ministre des Finances Yannis Papantoniou. Ce dernier résume l'opinion générale lorsqu'il affirme que « la seule chose que le gouvernement puisse et doive faire, c'est créer les conditions d'une reprise impulsée par le secteur privé »

Dette publique et liberté économique :

Grèce - Dette publique Grèce - rank Grèce - Economic freedom

La Grèce, « en termes de coût unitaire du travail, a décliné de 23 % par rapport à l'Allemagne depuis l'adhésion à l'euro ». Autrement dit : la Grèce n'est plus compétitive. Et la différence entre la valeur des exportations de la Grèce et celle de ses importations devient de plus en plus dangereusement négative.

De gauche comme de droite, les analystes s'accordent aujourd'hui sur la nécessité d'une cure de libéralisme reposant sur deux volets.

D'une part « l'Etat grec est un effroyable bazar », regrette Pashos Mandravelis, l'éditorialiste du quotidien « Kathimerini ». Rationaliser cette machine ubuesque et improductive est devenu un impératif absolu qui, selon certains calculs, pourrait faire gagner 2,3 points de PIB de croissance au pays. Sur ce plan, les Grecs aussi semblent largement prêts à accepter la réforme. Comme le résume ce réceptionniste d'hôtel, seul à son poste, « si j'étais dans le secteur public, nous serions cinq à faire mon job, dont deux qui dormiraient ». Excessif ? Sans doute. Mais révélateur d'un sentiment très répandu dans la population, et qui semble plutôt réaliste, à en juger par les innombrables aberrations du système. Fruit de décennies de gestion clientéliste de la vie politique, la fonction publique est « encombrée de gens placés là par des amis et totalement incompétents », tranche un haut fonctionnaire de la banque centrale. Mais, précisément, ce système « est à bout de souffle car il n'a plus d'argent à distribuer », veut croire Loukas Tsoukalis, qui préside le principal centre de recherche indépendant, Eliamep. Si bien que Gikas Hardouvelis, le chef économiste d'Eurobank, estime aujourd'hui que les Grecs, « après avoir systématiquement soutenu ce qui émanait du secteur public, réalisent enfin que ce dernier leur coûte cher et qu'il est temps de le réorganiser pour le rendre efficace ».

L'autre volet de la libéralisation concerne la longue liste des secteurs d'activité où la concurrence est extrêmement encadrée. Qu'il s'agisse des pharmacies, des notaires ou des transports en général, on n'ouvre que rarement son entreprise librement en Grèce. En matière de transports, par exemple, Gikas Hardouvelis considère que « cela coûte plus cher de faire venir un produit d'un village à cent kilomètres d'Athènes que de l'acheminer depuis Amsterdam ! ». Si bien que les prix, en Grèce, sont comparables à ceux des pays les plus avancés de la zone euro… alors que les salaires ne suivent pas.

Classement selon la Banque mondiale ‘Doing business’

Banque mondiale - Doing business
Rang mondial: 109 sur 183
Grèce - Doing business 
Rang selon les pays membres de l’OCDE: 27 sur 27
Grèce - OCDE

L’austérité budgétaire :

Date 

Réductions
dépenses

Descriptions 

     

Mars -2010

4.8 milliards €

En augmentant les taxes sur le tabac, les alcools et les carburants tout en gelant les retraites du secteur public et privé.

   

Prévoit notamment une augmentation de deux points de la TVA à 21% et une réduction de 30% des primes salariales ainsi qu'un gel des retraites en 2010 dans la fonction publique.

   

Les contribuables qui gagnent plus de 100.000 euros seront plus lourdement taxés de même que les grands propriétaires immobiliers, ce qui est le cas de l'Eglise orthodoxe.

   

Beaucoup de fatalisme de la part du peuple Grec, aussi, car l'immense pression médiatique internationale a servi d'électrochoc. « La Grèce n'a plus le choix, nous sommes dos au mur »

Mai - 2010

Réformes des
retraites

Le gouvernement envisage une baisse pouvant aller jusqu'à 20 % des retraites dans les anciennes grandes entreprises publiques.

   

D'ores et déjà, le gouvernement a annoncé la suppression des 13e et 14e mois pour les retraités, ce qui revient de facto à un recul de 15 % de leurs revenus

   

Allongement de la durée minimale de cotisation, actuellement de 37 ans contre 40 dans la plupart des pays de l'OCDE.

   

Athènes envisagerait aussi de supprimer les plans de départ volontaire à la préretraite, ainsi que d'aligner l'âge légal de départ des femmes, actuellement 60 ans, sur celui des hommes, 65 ans.

   

Repousser de deux ans l'âge légal de la retraite, de 65 ans à 66 ans

   

Certaines professions considérées, de manière parfois discutable (coiffeur, employé de banque publique), comme particulièrement pénibles ou dangereuses ouvrant droit à une retraite à 45 ans.

   

Une particularité grecque, la pension versée à vie aux jeunes filles dont la mère est décédée avant leurs 26 ans, sera supprimée.

   

Les dépenses pour les retraites représentent aujourd'hui 11 % du PIB en Grèce contre une moyenne de 4 % dans les pays industrialisés.

Mai 2010

 

Le Parlement grec s'apprête à voter, jeudi 6 mai, le nouveau plan d'austérité.

   

Aujourd'hui, les salaires et les prestations sociales constituent les trois quarts des dépenses publiques. "La masse salariale et les retraites publiques — qui ont considérablement augmenté ces dernières années — devront être réduites. Il n'y a guère d'autres moyens de procéder pour rééquilibrer les finances publiques".

   

Le service public, la corruption et le clientélisme ont lentement miné ce secteur, à tel point que, début mai, le président de la chambre de commerce et d'industrie (CCI) d'Athènes estimait que "personne, pas même le premier ministre, ne peut dire avec certitude le nombre réel de fonctionnaires".

   

Emplois fictifs, selon la presse grecque, des commissions caduques – chargées par exemple de la gestion d'un lac asséché depuis les années 1930 – emploieraient plus de 10 000 personnes pour un coût annuel supérieur à 220 millions d'euros. Le gouvernement a promis de fermer ou de fusionner au moins deux cents commissions ne servant plus à rien.

   

Le premier plan avait fait passer la TVA de 19 à 21 %. Elle passe maintenant de 21 à 23 %. Alcool, tabac, carburants avaient déjà augmenté début mars, ils augmenteront encore de 10 %. Ces mesures doivent permettre de dégager l'équivalent de 4 % du PIB d'ici à fin 2013.

   

L'armée, c'est la grande absente du plan d'austérité. La Grèce est le pays de l'OTAN qui dépense proportionnellement le plus pour son armée. En 2008, Athènes a consacré 4,9 milliards d'euros à l'armée, soit 2,8 % de son PIB de cette année là (contre 1,3 % en Allemagne et 2,3 % en France). Si le gouvernement a promis de réduire progressivement ses coûts, aucune coupe claire n'est prévue dans le plan. L'ironie veut qu'Athènes importe la plus grande partie de son matériel, notamment auprès de la France et de l'Allemagne. Libération rappelle qu'en 2009, cette dernière lui a vendu six sous-marins pour 2 milliards d'euros. Interrogé le 4 mai sur BFM TV, le député européen Daniel Cohn-Bendit résumait le problème : "On prête de l'argent à la Grèce pour qu'ils achètent nos armes. Et je trouve cela aberrant."

Mai 2010

Union européenne
et FMI

Le FMI rend 5,5 milliards d'euros disponibles sur le champ, soit une aide financière immédiate combinée avec l'Union européenne de 20 milliards. Sur l'ensemble de l'année, le total de l'aide du FMI s'élèvera à environ 10 milliards d'euros aux côtés de quelque 30 milliards d'euros promis par l'Union européenne.

En tout, le FMI et les pays de la zone euro ont promis à la Grèce une aide sans précédent de 110 milliards d'euros sur trois ans.

Cette enveloppe vise à éviter la banqueroute à la Grèce, confrontée à une dette colossale de plus de 300 milliards d'euros et dans l'incapacité aujourd'hui d'emprunter sur les marchés financiers.

En contrepartie, Athènes s'est engagée à mettre en œuvre un plan d'austérité sans précédent qui prévoit 30 milliards d'euros d'économies pour ramener son déficit public abyssal sous les 3% du produit intérieur brut (PIB), la limite du Pacte de stabilité de la zone euro, d'ici à la fin 2014.