All pain, no gain?

Quand une province ou un pays perd de la compétitivité, ce n’est pas une tâche facile de la retrouver.


Extrait de:

All pain, no gain?, The Economics , Dec 9th 2010

In a single currency it is hard to become more competitive and repay your debts

BY OFFERING partial bail-outs to countries in the euro area, the authorities are buying time. Time for what? The hope is that over a few years the indebted economies on the continent’s periphery, such as Ireland and Greece, will be able to restore their competitiveness. That would boost their exports and output, helping them to close their fiscal and current-account deficits. Just how realistic is this hope?

Competitiveness is usually taken to mean keen prices: if the price of cars produced in one country falls, foreign demand for them expands. In a monetary union, with the nominal exchange rate irrevocably fixed, it is not possible to gain competitiveness by currency depreciation.

The only way is to reduce costs, relative to countries inside and outside the currency area. Economists sometimes refer to this as a “real depreciation” or “internal devaluation”. That requires slower price and wage growth or faster productivity growth than elsewhere. Given today’s low inflation rates, it means outright declines in prices and wages.

In the decade and a half before the crisis, countries such as Greece, Ireland, Portugal and Spain lost a lot of competitiveness.

Low interest rates led to a surge in domestic demand. That, coupled with rigid labour markets in some places, led to sharp rises in nominal wages. At the same time productivity growth was not vigorous enough to compensate. By contrast, for a decade after its reunification boom turned sour in the mid-1990s, Germany took bitter medicine, holding wages down and boosting productivity. The result was a steady erosion of the peripheral countries’ competitiveness, especially relative to Germany (see chart).

Somehow the peripheral economies have to reverse this trend. Their reform packages are designed in part to improve productivity: Greece, for example, is trying to cut red tape and break its monopolies. But much of the task lies in reducing wages and prices. Some countries’ efforts seem to be working.

Compétitivité - Eurpoe

In Ireland, labour costs have fallen for two years and inflation has been negative for more than one. Public-sector pay packets are up to 15% lighter and will be lighter still after this week’s budget.

In Greece, however, the picture is less clear. Wages are heading down. But other costs are not falling. The country’s inflation rate, at 5%, is still well above Germany’s, although part of that differential is due to increases in value-added tax.

Spain and Portugal, meanwhile, are only slowly waking up to the severity of their competitiveness problems. Even now inflation in these countries remains above the average for the euro area.

Will shock therapy help to restore competitiveness in these countries? There are three big hurdles.

The first is history

Under the gold standard, countries used price and wage deflation as a means of adjusting to trade deficits. But a new study by the World Bank* suggests reasons for pessimism, at least in modern economies. Looking at the experiences of 183 countries between 1980 and 2008, it does not find many episodes of sustained deflation.

Argentina provides a telling example. Like the peripheral euro-area countries, it lost competitiveness during the ten years after 1991 when the peso was fixed to the dollar. It endured three years of deflation before its economy and dollar peg collapsed in 2001. The CFA (African Financial Community, formerly French Community of Africa) franc zone supplies another cautionary tale. Median inflation from 1986 to 1993 was 0.3%, and several countries experienced outright deflation towards the end of this period. But this failed to restore competitiveness, and there was a large devaluation in 1994.

A more encouraging conclusion can be drawn from Estonia, Latvia and Lithuania. All three Baltic countries pegged their currencies to the euro in the early to mid-2000s: they enjoyed booms, then lost competitiveness and were hit by the crisis in 2008. Output collapsed but they maintained their pegs and introduced austere policies. They are now showing tentative signs of recovery, based on exports. Anders Aslund† of the Peterson Institute reckons that their resolve reflected the fear among the public and officials that the sovereignty of these newly independent countries could be threatened. It also helped that their economies were so open: this forced them to respond quickly, as Ireland has had to do.

Right, let’s start making luxury cars

The second reason to be wary is that the chances of reviving exports also depend on the type and quality of goods a country makes and who its competitors are. Not everyone can be Germany, excelling at selling capital equipment and luxury cars, not least to booming emerging economies: this month Mercedes said its sales in China in the first 11 months of 2010 were more than double those in same period last year. This market position is extremely hard to replicate. For peripheral countries that specialise in lower-tech industries, China is less an export opportunity and more a competitive threat (see chart). The worry is that such countries depend on selling commoditised products of which they may never be the cheapest producers.

The biggest: debt

The last problem for peripheral countries trying to deflate their way to competitiveness is the biggest: debt. The more wages and prices fall, the bigger debt burdens become in real terms. If the economy continues to shrink—nominal GDP dropped by about 30% in Latvia and has fallen by 20% in Ireland—there will be less money to service debts. This is the trap that Europe’s peripheral countries are in. They must become more competitive in order to export, grow and ease their debt burden. But the more they lower wages and prices, the harder that burden is to bear. As Irving Fisher noted almost 80 years ago, the struggle to reduce debts can sometimes increase indebtedness.


MHealth: Mobile technology brings healthcare home

Extrait de: Mobile technology brings healthcare home, Fiona Graham, BBC News, 26 December 2010

Nativo Mira Esplugues has had knee replacement surgery.

Instead of having to go to the hospital on a daily basis for physiotherapy, he is doing it at home, using a remote monitoring terminal that works using mobile phone technology.

The technology has been developed by Spanish telecoms giant Telefonica.

An ageing - and expanding - population is presenting health care providers and governments with a budgetary crisis. In Europe around 7% of GDP is spent on healthcare, and in the US that figure rises to 15%.

Telecoms companies are also facing challenging times, with traditional markets reaching saturation, forcing them to explore other revenue streams. Vodafone, Orange, AT&T Wireless, Turkey's Avea, and Japan's NTT DoCoMo are all investing in mobile healthcare.

Companies are queuing up to grab a slice of the mobile healthcare market.

"I think the monitor was easy for me, because I don't have to go to the hospital every day to do my exercises, and at home I feel better, much much better."

Nativo Mira Esplugues is an active 85-year-old from Delta del Ebro, near Barcelona in Spain. He is recovering after having had a total knee replacement.

The unit shows the patient how to do the exercises. This is serious surgery, with a long recovery time. Nevertheless the wound is healing nicely, and he was discharged from hospital after just a week.

Normally Mr Esplugues would attend daily physiotherapy sessions. Instead, he is being monitored remotely through an interactive terminal at home.

He accesses the service through a touch screen interface, which shows him what to do.

"The application is no problem, you have only to touch the screen and that's all. The machine says to you what you have to do," he says.

It is connected to the internet by 3G, meaning the unit is not only portable, but accessible to people without broadband - which accounts for 85% of over-75s in Spain.

He straps on sensors containing accelerometers - devices which help ensure he is exercising correctly. They send data on his progress through the telemonitoring unit to his health care professionals.

Mr Esplugues is pleased with the system.

"Somebody has to take me to the hospital and back to my home. Here at home I feel better because I can choose my time, I can make my exercises at seven o'clock or eight o'clock or nine o'clock."

Challenging times

The technology has been developed by telecoms giant Telefonica.

An ageing - and expanding - population is presenting health care providers and governments with a budgetary crisis. In Europe about 7% of GDP is spent on healthcare, and in the US that figure rises to 15%.

Remote viewing: Chronic heart patients can talk to nurses from home using video conferencing Telecoms companies are also facing challenging times, with traditional markets reaching saturation, forcing them to explore other revenue streams.

At the Institut Municipal d'Investigació Mèdica (IMIM), attached to Barcelona's Hospital del Mar, cardiologist Dr Josep Comín is talking to one of his chronic heart patients at home, using video conferencing.

The patient is being followed through the remote monitoring terminal. The device tracks weight and heart rate, with scales and a blood pressure cuff using bluetooth technology. If a test is missed, a nurse contacts the patient to find out why.

Dr Comín is leading a study evaluating the system.

He has worked with Telefonica since 2008, refining the software and hardware.

The patients come from an existing programme monitoring those with high-risk chronic heart failure through out-patient appointments.

This has seen mortality rates fall from 45% in the first year after admission to 8%, and Dr Comín hopes remote monitoring will continue this.

A third of patients are unable to attend appointments, due to infirmity or distance, he says.

"[Patients] can reach professionals very quickly and easily, so there's no need to transfer patients to other hospitals. At the same time the tool enhances self-care behaviour, because the patient takes care of his own condition.

"In terms of cost-effectiveness, most of the interventions are made by nurses who have back up from cardiologists, it saves time as one nurse can take care of many patients at the same time."

Telefonica's investment in eHealth has been considerable, with a dedicated research and development facility in Granada.

Other innovations include a system to monitor elderly people, who are tracked through their mobile phone and a web interface. If they stray from a defined area, or have a fall, a text message is dispatched to two designated numbers. For doctors, a video conferencing application allows them to share video and images.

Director of the eHealth unit, Álvaro Fernández de Araoz, feels that Telefonica's position as an integrated telecoms provider - both landline and mobile - is vital.

"One of the opportunities we have seen in the market is that patients are starting to be more aware of their diseases, there's more information," he says.

"People are growing older. About 16% of the population of Europe is above 65 and people have more chronic diseases, which at the end of the day is about 75% of the cost of healthcare."

Breathe of life

It's not just telecoms companies that are finding innovative ways of using mobile technology in the sector.

Dr Victor Higgs is the managing director of UK-based Applied Nanodetectors, which has developed a way to use mobile phones to monitor the health of asthma patients.

The chip can be housed in a phone, or in a separate accessory and accessed via bluetooth The condition affects one in 20 people worldwide and costs 40bn euros ($52.5bn; £34bn) a year to treat, says Dr Higgs.

"If you think about your street, one in four houses, there'll be a family that suffers from asthma."

A chip that contains a nanosenor 100 million times more sensitive than a breathalyser is housed in an ordinary handset.

Each day, the patient breathes on the chip, which reads the gases in their breath, and sends the data to a healthcare professional for analysis. It is looking for nitric oxide, which is produced when the lungs are inflamed.

Once the analysis is complete the patient receives the results by text message - although they can choose email, a voice call or even messages through social media platforms such as Twitter and Facebook.

Mobile -healthcare -1

If there is a problem, the message may tell them to adjust their medication or visit their GP.

Close up: The chip contains a highly sensitive nano-sensor Dr Higgs says both patients and healthcare providers benefit.

"The aim is to give the patient a tool to more effectively manage their chronic condition, so this will minimise the number of times they visit their GP, hopefully minimise the number of times they become quite ill, and also of course the direct benefit of this is reduced visits to the healthcare practitioners, reduced costs and fewer expensive drugs."

The chip is being trialled, and Dr Higgs is working with companies and hospitals to bring the product to scale, and possibly use it for other diseases including lung cancer.

Medical phone apps, are also booming. James Sherwin Smith is the chief executive officer of non-profit organisation d4, which recently partnered with medical app store Happtique.

"MHealth is a huge enabler for technology and healthcare. What's important is to make it portable and available, at point of care if you're a health care professional, or at home if you're a patient."

Developing mobile medicine

Sophie Powell, the editor of the Mobile Healthcare Summit, says that in 2010, the global healthcare market was worth $50bn to $60bn (38bn to 48bn euros; £39bn-£32.5bn).

Mobile -healthcare

"Mobile health care is really starting to take traction and if you consider the high penetration of mobiles globally then they really are the future."

Episurveyor gives health care workers the tools to track disease outbreaks and gather public health data For the developing world, the implications of mobile healthcare are huge. In sub-Saharan Africa, 70% of people have a mobile phone.

Joel Selianko is a former Wall Street computer expert turned paediatrician and in 2004 he set up Datadyne with former Red Cross IT expert Rose Donna.

Their Episurveyor application enables public health data collection in developing world countries.

Initially the software worked on palm pilots, but Dr Selianko began to realise there was a more cost-effective option.

"I was thinking to myself how can we raise enough money to buy a palm pilot, and maybe a spare palm pilot, for every single health worker in sub-Saharan Africa.

 "What saved me from going down that wrong path was slowly realising that every one of the workers I was looking at buying one for was increasingly likely to be walking around with a mobile phone on their hip."

Rather than software that needs to be installed, the Episurveyor app is available online. There are about 3,000 users in 150 countries.

"We put it online so there was no installation. We made it free so there was no barrier to adoption. And we made it simple - and this is super important - we made is so simple that no one needs to hire any consultants or programmers to operate it."

Mobile -healthcare -3

The charity Unicef also has a data collection app called Rapid SMS.

In Rwanda it has cut the death rate among pregnant women and babies by 50%, by offering access to emergency care.

Erica Kochi is co-lead at Unicef's New York-based Innovations Unit. The NGO is keen to partner with telecommunications companies to develop their offering.

"I think the mobile platform is incredibly important for the work of NGOs and development in general. It allows us to expand the reach of the programmes we have and create efficiencies within them."

David Bull, executive director of Unicef UK, is equally enthusiastic.

"We're able to raise money through text messaging, to spend saving children's lives and mothers lives through the application of text messaging. It's a fantastic virtuous circle."

Détroit ville fantôme

Commentaires à la fin du carnet.

Extrait de : Détroit, la ville fantôme où seuls restent les plus pauvres, Murielle Paradon, RFI ,31 octobre 2010

À Détroit, on ne compte plus les maisons abandonnées quant elles ne sont pas brulées par les dealers.

Alors que les élections législatives ont lieu mardi 2 novembre 2010 aux États-Unis, la principale préoccupation des Américains reste l’économie.

Avec le chômage qui atteint 9,6%, la population s’est paupérisée. Aujourd’hui, selon les statistiques officielles du Census Bureau, un Américain sur 7 est pauvre.

A Détroit, dans le Midwest, c’est un sur trois. La ville, touchée par la désindustrialisation depuis des décennies a subit plus récemment la crise de l’automobile.

Ils sont des dizaines à attendre dehors, de pouvoir entrer à leur tour. De l’extérieur, le bâtiment aux allures de hangar ne paie pas de mine mais il abrite l’une des plus vénérables institutions humanitaires de la ville : Capuchin soup kitchen, la « soupe populaire des capucins », crée en 1929 pendant la Grande Dépression, pour nourrir les plus pauvres. Déjà…

Détroit - ville fantome-4

Au chaud à l’intérieur, des dizaines de personnes attablées engouffrent un chili con carne, un des trois repas servis chaque jour par des bénévoles. Ici, la population est à 100% noire, venue des alentours de Conner street. C’est l’un de ces nombreux quartiers défavorisés de Détroit où il est déconseillé de s’attarder. Prince Moore habite au coin de la rue, chez un cousin. Mère célibataire, elle est venue à la soupe populaire avec l’un de ses deux enfants :

« On vient ici par ce qu’on n’a rien à manger. En attendant d’obtenir des tickets alimentaires de la FIA », une agence de l’État du Michigan chargée d’aider les familles en difficulté. Je suis sur une liste d’attente. Quand ils m’enverront ma carte, je pourrai acheter à manger », affirme Prince. A côté d’elle, sa fille Katrice, lycéenne rondouillarde de 16 ans, cache mal sa gêne. « C’est dur de devoir venir manger ici tous les jours, même si je sais que ma mère fait tout pour nous sortir du ghetto ».

Crise automobile

Détroit - ville fantome-1

Prince Moore, la quarantaine fatiguée, était serveuse dans un fast-food mais depuis qu’elle a eu un accident à la main, elle ne travaille plus et vit d’aides sociales. Elle touche 400 dollars par mois de l’Etat. Elle doit débourser 30 ou 40 dollars à chaque fois qu’elle va consulter un médecin, le reste est pris en charge par Medicaid, la sécurité sociale des pauvres aux Etats-Unis. « Avec les factures à payer, les vêtements des enfants, dit-elle, il ne nous reste plus rien pour vivre ».

Le travail, c’est ce qui manque à Détroit. La ville et son agglomération affichait un taux de chômage officiel de 15,7% en août dernier, contre 9,6% de moyenne nationale. « Ca fait un an que je cherche du travail », raconte Cliff, 55 ans, attablé un peu plus loin. « Je travaillais dans la maintenance, j’ai été licencié. Il n’y a plus d’embauche, beaucoup d’entreprises ont fait faillite ou sont allées s’installer dans d’autres régions ou d’autres pays. C’est une période difficile pour les Etats unis et surtout pour Détroit ».

Détroit - ville fantome-2Surnommée Motor city, « la ville moteur », Détroit est le berceau de l’automobile. Mais cette industrie qui a fait la gloire et la richesse de la ville autrefois a subit de plein fouet la crise de 2008. Avec les fermetures d’usines, des dizaines de milliers d’emplois ont été perdus. Même si les constructeurs américains Ford et General Motors renouent aujourd’hui avec les bénéfices, les emplois ne sont pas pour autant revenus. Et cette crise de l’automobile n’a fait que se rajouter à une lente désindustrialisation de la ville.

« Shrinking city »

Dans son bureau , Mike Breene est fataliste. Cela fait 17 ans que cet homme placide à la queue de cheval blonde, dirige l’un des deux centres de l’organisation Capuchin soup kitchen. « Nous servons dans notre association entre 1200 et 1500 repas par jour. Ça n’a pas changé depuis que je travaille ici, ça fait 17 ans. Il y a peut être un peu moins de monde qui vient maintenant mais c’est uniquement parce que les gens quittent la ville ». Et pas parce que la situation économique s’est améliorée.

Détroit - ville fantome-3Au gré des crises, Détroit se vide de sa population. Elle est ce que les Américains appellent une « shrinking city », une ville qui rétrécit. De 2 millions en 1950 elle est passée à 800 000 habitants aujourd’hui. Les commerces ont déserté bien des quartiers. Les bâtiments industriels sont en ruine et on ne compte plus les maisons abandonnées, quant elles ne sont pas brûlées par des dealers. Détroit possède aussi un des taux les plus élevés de criminalité aux Etats-Unis.

Dans cette ville fantôme, seuls les plus pauvres semblent rester, ceux qui n’ont pas les moyens de partir ou plus l’envie de tenter leur chance ailleurs. « Ici, j’ai mes quatre enfants, plaide Arcelia, une retraitée de 65 ans qui vient aussi à la soupe populaire. Si on a un problème, on s’entraide. Et puis partir, pour aller où ? Mes parents m’ont amené de l’Ohio à Détroit quand j’avais 10 ans. Alors Détroit, c’est à peu près tout ce que je connais ».

Audio: 31/10 REP 2'30 / DETROIT / Pauvreté, RFI 

 


  


Liberté économique = prospérité

Les études montrent que les habitants de territoires bénéficiant d'une grande liberté économique jouissent d'un niveau de vie plus élevé ainsi que d'une durée de vie et de libertés individuelles supérieures.

Lorsque le niveau de liberté économique n'est pas raisonnable, les gens sont plus pauvres qu'ils ne devraient l'être. Au Québec, des facteurs tels que l'interventionnisme étatique, les impôts élevés, la puissance des syndicats ainsi que l'existence de programmes et de droits sociaux étendus ont considérablement réduit la liberté économique, nuisant ainsi aux Québécois. Le Québec se classe à l'avant-dernier rang parmi les provinces canadiennes et les États américains sur le plan de la liberté économique.

La ville de Détroit

Depuis deux décennies, le rythme économique de la ville s’est essoufflé, une crise économique, une crise de l’automobile naissante depuis les années 1980 ont eu raison de délocalisations. La concurrence japonaise ou européenne s’est fait sentir jusque dans les recoins des rues de la capitale du Michigan. De nombreuses caractéristiques du temps passé, ou Détroit représentait à elle seule un Empire industriel, se meurent doucement. Les constructeurs d’automobile se sont déplacés vers le sud des États-Unis, un environnement d’affaire moins contraignant, tel que :

Le droit de non-affiliation : Donne le choix aux travailleurs d'adhérer librement à un syndicat, permet aux salariés qui ne souhaitent pas devenir membres d'un syndicat de payer moins de cotisations ou de ne pas en payer du tout.

La délocalisation

Il faut comprendre que ce sont les entreprises qui créent la richesse,
non les syndicats.

Insérer trop contraintes syndicales, fiscales et réglementaires et les industries vont se délocalisés, exactement ce qui se produit avec Électrolux.

En refusant d’admettre cette réalité, la province va subir de plus en plus l’effet de la délocalisation des compagnies. Détroit a refusé d’admettre cette réalité et en subis les conséquences, le Québec même s’il possède des ressources naturelles, ne pourra pas suffire aux dépenses de l’État, donc de plus en plus aux pauvres si elle ne garde pas ces entreprises génératrices d’emplois et de recettes fiscales, le fait de ne pas prendre aucune décision, est une décision en soi, une décision d’immobilisme.


Source : Les photos proviennent du livre : "Detroit, vestiges du rêve américain", de Yves Marchand et Romain Meffre


 

Migration municipalité

Migration Montréal - 1Migration entre municipalité centrale et municipalités avoisinantes à Toronto, Montréal et Vancouver

Les études démographiques ont plusieurs fois démontré que l’âge était l’un des facteurs les plus fortement associés à la probabilité de migrer; c’est en effet au début de l’âge adulte que les migrations sont les plus fréquentes et que les gens connaissent plusieurs transitions, dont la poursuite d’études postsecondaires, l’insertion sur le marché du travail ou la formation d’une famille. La tendance à migrer diminue sensiblement lorsque ces étapes sont normalement franchies.

Pour chaque personne ayant quitté une municipalité avoisinante de Montréal vers cette dernière, 2,7 personnes avaient fait le trajet inverse

En 2006, on a dénombré 1,1 million de personnes âgées de 25 à 44 ans dans la région métropolitaine de Montréal (dont 48 %, dans la municipalité centrale).

Migration Montréal - 2

Malgré ces différences, la proportion des 25 à 44 ans ayant quitté la municipalité centrale pour une municipalité avoisinante était la même dans les trois régions (soit 14 %).

La proportion des personnes de ce groupe d’âge ayant fait le trajet inverse, soit ayant quitté une municipalité avoisinante pour aller s’établir dans la municipalité centrale, était environ trois fois moins élevée : 5 % à Toronto et à Montréal et 4 % à Vancouver.

En comparant les entrées et les sorties, il en résultait, pour les trois municipalités centrales, une perte nette de population des 25 à 44 ans au profit des municipalités périphériques.

En comparant les entrées et les sorties, il en résultait, pour les trois municipalités centrales, une perte nette de population des 25 à 44 ans au profit des municipalités périphériques. Par exemple, dans la région de Montréal, pour chaque personne ayant quitté une municipalité périphérique (peu importe laquelle) pour s’établir dans la municipalité centrale, 2,7 personnes avaient fait le trajet inverse (voir ratio d’échange, tableau A.1).

Les nouveaux parents comptent parmi les plus susceptibles de quitter la municipalité centrale

Plusieurs raisons peuvent aider à comprendre pourquoi les parents de jeunes enfants étaient plus portés à quitter les municipalités centrales. Par exemple, selon les études antérieures, c’est souvent le désir d’avoir plus d’espace, afin de s’adapter à la nouvelle donne familiale, qui pousse les nouveaux parents à déménager vers des milieux où des logements plus grands sont plus facilement disponibles et moins chers.

En plus du besoin d’espace, plusieurs nouveaux parents choisissent un quartier à vocation résidentielle plus éloigné du centre-ville parce qu’ils désirent vivre à proximité d’autres familles (qui ont des besoins similaires aux leurs) et parce qu’ils perçoivent ces secteurs comme étant plus sécuritaires, mieux structurés pour élever des enfants et, dans certains cas, moins bruyants.

Les parents seuls sont plus portés à demeurer dans la municipalité centrale

Une catégorie de familles se distingue cependant des autres : les familles monoparentales. Ces dernières avaient en effet moins tendance que la moyenne à quitter la municipalité centrale pour une municipalité avoisinante. Cette plus faible propension à migrer ne pouvait pas s’expliquer par des revenus plus faibles. En effet, même à niveau de revenu équivalent (et en tenant compte d’autres facteurs comme la scolarisation), les familles monoparentales demeuraient moins portées à avoir quitté la municipalité centrale (tableaux A.2).

Selon une étude menée dans les régions de Toronto, de Montréal et de Vancouver, les parents seuls se montraient plus intéressés que les parents en couple à résider dans des quartiers plus denses. Ces parents seuls ont non seulement des revenus plus faibles, mais ils ont possiblement moins de temps à consacrer à faire la navette, l’entretien de la maison et du jardin, et ainsi de suite.

Selon une théorie économique classique, les personnes et les ménages « votent avec leurs pieds », c’est-à-dire qu’ils optent de vivre dans une municipalité qui offre pour eux le type d’environnement souhaité, mais aussi le meilleur rapport qualité-prix (un niveau et des types de services qui leur conviennent, à un coût jugé satisfaisant en taxes municipales).

Les personnes avec les revenus les moins et les plus élevés étaient moins susceptibles d’avoir migré vers les municipalités avoisinantes

Migration Montréal - 5

Outre l’âge et la situation familiale, le revenu familial est certainement un facteur clé pouvant influer sur la décision d’avoir migré : des revenus supérieurs permettent aux ménages et aux familles de choisir le type de logement qu’ils préfèrent et le lieu où ils veulent vivre. À l’inverse, le fait d’avoir des revenus trop faibles rend difficile l’achat d’un véhicule, souvent essentiel à la vie dans les secteurs de banlieue à faible densité.

Autant à Toronto qu’à Montréal ou à Vancouver, les personnes qui étaient les moins susceptibles de toutes d’avoir quitté la municipalité centrale vers une municipalité avoisinante étaient celles dont les revenus étaient les plus faibles (moins de 20 000 $ après impôts),(graphique 2).

Les nouveaux parents ayant un revenu supérieur à 50 000 $ sont particulièrement susceptibles d’avoir quitté la municipalité centrale en direction d’une municipalité avoisinante

Migration Montréal - 6

À Montréal, par exemple, l e s personnes dans cette fourchette de revenus de 70 000 $ et de 99 999 $ après impôts étaient environ 5 fois plus susceptibles d’avoir déménagé vers une municipalité avoisinante que celles ayant des revenus après impôts de moins de 20 000 $.

Si on limite l’analyse aux nouveaux parents (soit ceux qui ont eu un premier enfant ou plus entre 2001 et 2006), on constate à quel point l’impact de la « situation familiale » et du « revenu familial » sur la probabilité de quitter la municipalité centrale est important. Par exemple, à Montréal, parmi les nouveaux parents ayant eu leurs deux premiers enfants (ou plus) entre 2001 et 2006 et ayant des revenus familiaux après impôts se situant entre 50 000 $ et 99 999 $, c’est plus de 40 % d’entre eux qui avaient quitté la municipalité de Montréal en direction d’une municipalité avoisinante (graphique 3).

Les titulaires d’un diplôme d’études collégiales, d’une école de métier ou d’un baccalauréat sont plus susceptibles de quitter la municipalité centrale

Dans les trois régions métropolitaines, les personnes ayant terminé leurs études collégiales ou leur baccalauréat étaient plus susceptibles que les autres de quitter la municipalité centrale (tableaux A.2). Cette constatation demeurait la même en neutralisant l’incidence des autres facteurs, dont le revenu, l’âge et la situation familiale. Les nombreux avantages de l’éducation postsecondaire sont bien connus : des gains plus élevés, une meilleure sécurité d’emploi, de meilleures conditions de travail et, de façon générale, une meilleure santé. La plus grande propension des personnes ayant poursuivi des études postsecondaires vers les municipalités avoisinantes s’explique probablement par leurs revenus plus stables. En effet, bon nombre de logements disponibles dans les municipalités de banlieue nécessitent une bonne stabilité des revenus pour les acquérir.

D’autre part, et ce, autant à Toronto qu’à Montréal et à Vancouver, les plus scolarisés de tous avaient un peu moins tendance à quitter la municipalité centrale. Par exemple, à Montréal, lorsque l’on maintenait les autres facteurs constants dans la régression logistique, la cote exprimant la possibilité d’avoir quitté vers une municipalité avoisinante était de 49 % inférieure pour les personnes ayant complété une maîtrise ou un doctorat que pour celles ayant obtenu un diplôme d’études collégiales. Il se peut que les personnes plus scolarisées soient plus sensibles à certains attraits que l’on retrouve typiquement dans les villes-centres, comme les musées, les restaurants variés et les salles de concert. Ils seraient donc prêts à payer plus cher ou accepteraient de vivre dans un logement de qualité moindre afin de afin de demeurer à proximité de ceux-ci.

Dans la RMR de Montréal, les francophones sont plus susceptibles de quitter la ville de Montréal que les anglophones et les allophones

Les francophones, c’est-à-dire les personnes dont la langue maternelle était le français, représentaient en 2006 environ les deux tiers de la population de l’ensemble de la région métropolitaine de Montréal (65,7 %).

Leur poids relatif n’était cependant pas égal partout. Alors que les francophones sont légèrement minoritaires sur l’île de Montréal, ils sont nettement majoritaires sur les couronnes nord et sud.

Cette réalité s’explique en partie par le fait que les Montréalais francophones de 25 à 44 ans ont plus tendance que les anglophones et les allophones à quitter la ville de Montréal (17 % pour les francophones comparativement à 11 % pour les anglophones et les allophones, tableau A.2).

Lorsque la langue maternelle est prise en compte en conjonction avec la situation familiale et le revenu, les écarts entre les groupes sont encore plus prononcés. Ainsi, presque la moitié des nouveaux parents francophones ayant des revenus se situant entre 50 000 $ et 99 999 $ ont quitté la ville de Montréal pour une municipalité avoisinante entre 2001 et 2006 (45 %). Les proportions correspondantes étaient de 26 % pour les allophones et de 30 % pour les anglophones.

Les couples sans enfants plus portés à migrer vers la municipalité centrale

Jusqu’ici, l’accent a été mis sur les caractéristiques des personnes qui étaient plus ou moins susceptibles de quitter la municipalité centrale vers une municipalité avoisinante. Mais qui sont ceux qui, plus rares, effectuent le trajet inverse, c’est-à-dire qui quittent les municipalités avoisinantes au profit de la municipalité centrale?

Ce sont les personnes hors famille (la plupart vivant seules), les personnes plus jeunes et les couples sans enfants qui se montraient les plus portés à déménager d’une municipalité périphérique vers la municipalité centrale. Après avoir quitté le domicile parental, mais avant de devenir parents, plusieurs choisissent d’habiter près du centre-ville afin de compléter des études ou de commencer un premier emploi; pour ces derniers, la ville peut constituer un lieu de transition. Pour les célibataires, la vie dans les quartiers centraux peut être privilégiée pour toutes sortes de raisons, mais entre autres parce que cet environnement permet de faire des rencontres plus facilement et éventuellement de trouver un conjoint.

De façon plus générale, plusieurs autres raisons peuvent encourager des résidents des municipalités avoisinantes à déménager dans la municipalité centrale, par exemple, une réduction des distances de navettage ou un désir de changer de mode de vie. En effet, bon nombre de gens apprécient la vie urbaine et son offre culturelle, de même que la culture de rue qu’on y trouve dans certains quartiers, avec ses espaces publics, ses cafés et la grande diversité de sa population.

Ces éléments peuvent contribuer à attirer de nouveaux résidants mais peuvent aussi contribuer à retenir les personnes qui sont déjà établies dans les quartiers les plus cosmopolites de la municipalité centrale.

Migration Montréal - 3

Migration Montréal - 4

Source : Migration entre municipalité centrale et municipalités avoisinantes à Toronto, Montréal et Vancouver, Martin Turcotte et Mireille Vézina, Statistique Canada, 8 juin 2010