Canada's productivity lag puzzles U.S. economist

Voici un exemple classique d’un article qui ne va pas en profondeur sur le problème, pour lequel les entrepreneurs canadiens ne sont pas motivés à augmenter la productivité des entreprises.

Extrait de : Canada's productivity lag puzzles U.S. economist, Rita Trichur,  Globe and Mail, January 26, 2011


The reluctance of Canadian companies to bolster their sagging productivity despite years of nagging by policymakers is one of the great “mysteries” baffling economists.

Geoffrey Somes, a senior economist with State Street Global Advisors in Boston, says he is among those struggling to understand why Canadian businesses have been so slow to act -- especially now.

He notes the dramatic strengthening of the loonie is giving companies “strong incentives” to import high-tech machinery that is generally priced in U.S. dollars.

Moreover, there are signs that the U.S. economic recovery is gaining momentum -- a development that should seemingly buttress the confidence of Canadian exporters.

Nonetheless, companies north of the border still appear unenthusiastic to make the necessary investments to improve their competitiveness.

“It’s been one of the mysteries,” said Mr. Somes in a recent interview. “I think a lot of people are scratching their heads trying to figure out a good reason for it.”

Small and medium-sized companies, in particular, say they worry about making costly expenditures on high-tech machinery given the lingering risks to the U.S. recovery. They want to be sure the customers will be there -- 12 to 24 months from now -- if they take the plunge.

Imaginer, vous être un entrepreneur qui exporte aux États-Unis, vous avez une proposition sur la table qui vous coûte supposons 500,000 $ pour augmenter votre marge bénéficiaire de 7 %. Le problème, c’est que votre principal client sont les Américains, qui ne vous dit pas qu’ils ne feront pas un QE3 , et peut-être un QE4, qui va encore réduire la valeur du billet vert, tu risques d’avoir dépensé ½ millions inutilement.

C’est le plus gros danger du Canada, notre principal client sont les Américains, et il dévalue volontairement leurs argents pour être plus compétitif.

Alors, si j’étais une compagnie qui voudrait investir, peut-être, la solution la plus simple est de me délocaliser aux États-Unis, pour ne pas subir les guerres des taux de change, d’autant plus, ils ont déjà un bon bassin de population, je suis certain Electrolux a eu cette réflexion avant de se délocaliser.

But Mr. Somes argues that Canadian companies that fail to invest will be worse off in the long run because their competitiveness will continue to erode. That, in turn, poses a larger risk to the Canadian economy because the country’s quality of life will suffer.

“Unfortunately, it is not a recent phenomenon. The productivity in Canada has been absolutely abysmal -- and there is no other way to put that,” added Mr. Somes.

Ce que Roubini pense de la dette américaine

US - Roubini

Cet évident avec la dette abyssal des États-Unis, le billet vert va avoir de la difficulté à reprendre la valeur, risque même d’être encore dévaluer.

The pressure, however, is building for companies to take action. Last week, Bank of Canada Governor Mark Carney dialled up his rhetoric on the issue -- warning businesses to produce their products more efficiently or risk losing more market share abroad.

Mr. Carney’s warnings appear to have taken on a new sense of urgency this week. That’s because U.S. President Barack Obama stressed the need to improve U.S. competitiveness through innovation during Tuesday’s State of the Union address.

“It is not my role to be an apologist for your central bank governor,” said Mr. Somes. Still, he notes Canadian businesses should appreciate the full thrust of Mr. Carney’s message.

“I think one of the things he was talking about in investing was not simply to expand your capacity to meet greater demand -- it is also to change the nature of the business to become more efficient to be able to take advantage of what ever demand is out there.”


 

  1. gravatar

    # by Sébas - 27 janvier 2011 à 16 h 58

    Question:

    La Banque du Canada pourrait-elle -si elle le voulait- réduire la valeur du $ Canadien et ce, sans toucher aux taux d'intérêts?

    ;-)

  2. gravatar

    # by Québec de Droite - 28 janvier 2011 à 07 h 23

    Pas évident, seul le président de la Banque du Canada pourrait y répondre.

    Je sais que la Suisse tente de réduire la valeur de sa monnaie, sans trop de succès, car c'est une valeur de refuge.

  3. gravatar

    # by Sébas - 28 janvier 2011 à 10 h 10

    Pas évident, seul le président de la Banque du Canada pourrait y répondre.

    Nous aussi on peut y répondre:

    C'est OUI.
    ;-)

    Mais des "intérêts forts puissants" ne voudront JAMAIS.

    Le Canada a encore le pouvoir de créer de l'argent SANS PASSER PAR LES BANQUES PRIVÉES. Les plans de relance -en infrastructures- auraient pu être faits SANS CRÉER de déficit (ou de dettes).

    Le gvt canadien et plusieurs(sinon tous?), pays occidentaux faisaient cela AVANT les années 70. Nous c'était environ 30% de la masse monétaire qui était créé comme ça et ce, pour payer des infrastructures ou écoles. En ce moment 97% de la masse monétaire est créée par les banques privées AVEC INTÉRÊTS(pour le gvt ou pour les entreprises/consommateurs).

    La France a voté une loi en 1973 (La loi Giscard-pompidoupour (1)) pour cesser complètement cette pratique. Le Canada aurait arrêté de le faire à la même époque, car c'était une condition (d'inérêts puissants?), pour rentrer dans le G7 (devenu G8).

    Mais il y a 2 dangers:

    1/
    la création de beaucoup d'inflation. Mais si nous avions créé 50 milliards de $ SANS passer par les banques privées et ce, pour payer le dernier plan de relance, il n'y aurait PAS eu plus d'inflation qu'en ce moment.

    2/
    Que les collectivistes demandent plein de nouveaux programmes sociaux en utilisant cette méthode !


    En passant, presque tous ceux qui parlent de ça, se font traiter de "bérets blancs"
    ;-)



    (1)
    http://www.google.ca/search?hl=fr&client=firefox-a&hs=wJB&rls=org.mozilla%3Afr%3Aofficial&q=loi+1973++La+Loi+Giscard-pompidou&btnG=Rechercher&aq=f&aqi=&aql=&oq=

    p.s.
    Je peux vous donner d'autres pistes à explorer, si vous voulez.
    ;-)