Le Monde en 2050

La crise financière mondiale accélère le transfert du pouvoir économique vers les pays émergents

Selon l’étude « The World in 2050 » publiée aujourd’hui par PwC, la crise financière mondiale a accéléré le transfert du pouvoir économique en faveur des pays émergents. 

Les économies émergentes « E7 » (la Chine, l’Inde, le Brésil, la Russie, le Mexique, l’Indonésie et la Turquie) dépasseront les économies du G7 (les États-Unis, le Japon, l’Allemagne, le Royaume-Uni, la France, l’Italie et le Canada) en 2017 selon la mesure de leur PIB à parité de pouvoir d’achat (PPA) et en 2032 selon la mesure de leur PIB aux taux de change du marché.  

La croissance de la part du PIB indien sera plus forte que celle de la Chine dans le PIB mondial d’ici 2050.  Le top 20 des économies mondiales intégrera le Vietnam et le Nigéria et perdra l’Australie et l’Argentine.

GNP - 2050

The investment bank Goldman Sachs peers into the time machine: China has soared above the United States. Europe, once the motor of industrialization, has fallen markedly behind -- even India is ahead. Resource rich Russia has reestablished itself as a global player

Un ordre mondial qui devrait s’inverser

En prenant comme mesure le PIB à parité de pouvoir d’achat (PPA)– l’analyse montre que les économies émergentes « E7 » (la Chine, l’Inde, le Brésil, la Russie, le Mexique, l’Indonésie et la Turquie)  dépasseront les économies du G7 (les États-Unis, le Japon, l’Allemagne, le Royaume-Uni, la France, l’Italie et le Canada) avant 2020.

Si nous utilisons comme mesure le PIB aux taux de change du marché (TCM), l’évolution de l’ordre économique mondial, quoique plus lente, est tout aussi inexorable, l’E7 devant prendre le pas sur le G7 vers 2032 selon les projections.

La Chine devrait également détrôner les États-Unis en 2032
pour devenir la première économie mondiale
sur la base du PIB aux taux de change du marché.

En revanche, en prenant le PIB à parité de pouvoir d’achat, cette situation risque de se produire avant 2020, et ce même en intégrant un ralentissement au fil du temps du taux de croissance de la Chine sous l’effet de sa politique de natalité, de l’obligation du pays de recourir davantage à l’innovation qu’à l’imitation pour générer une croissance plus soutenue au fur et à mesure qu’il comble la distance avec les États-Unis.

La France devrait glisser de la 8e à la 11e place en termes de PIB d’ici 2050 et sa croissance annuelle moyenne  ne devrait pas dépasser les 1,7 %. 

Pays

Dates de dépassement estimées sur la base du PIB à parité de pouvoir d’achat

Dates de dépassement estimées sur la base du PIB aux taux de change du marché

E7 / G7

2017

2032

Chine / États-Unis

2018

2032

Inde / Japon

2011

2028

Russie / Allemagne

2014

2042

Brésil / Royaume-Uni

2013

2023

Mexique / France

2028

2046

Indonésie / Italie

2030

2039

Turquie / Canada

2020

2035

Source : estimations de PwC (le Tableau 3 dans l’étude complète présente toutes les dates estimées, jusqu’en 2050, auxquelles les économies de l’E7 dépasseront celles du G7)

La croissance de la part du PIB indien sera plus forte que celle de la Chine dans le PIB mondial d’ici 2050

À l’heure actuelle, c’est l’Inde et non la Chine qui devrait enregistrer la hausse la plus significative de sa part dans le PIB mondial. En 2009, la part de l’Inde dans le PIB mondial sur la base des taux de change du marché s’établissait à seulement 2 %. D’ici 2050, cette part pourrait s’élever jusqu’à près de 13 %. L’Inde pourrait dépasser le Japon dès 2011 sur la base du PIB à parité de pouvoir d’achat, et pourrait même dépasser les États-Unis d’ici 2050 selon ce même critère. La progression du PIB de l’Inde sera nettement plus lente sur la base des taux de change du marché car au plan national ses prix restent nettement inférieurs aux niveaux actuels des prix des pays du G7, mais même en considérant le PIB aux taux de change du marché, l’Inde devrait dépasser le Japon d’ici 2030 et talonner de près les États-Unis d’ici 2050.

Le top 20 des économies mondiales integrera le Vietnam et le Nigéria d’ici 2050 et perdra l’Australie et l’Argentine

D’après l’analyse, l’Australie et l’Argentine pourraient être rayées de la liste des 20 principales économies mondiales d’ici 2050, tandis que le Vietnam et le Nigéria ont le potentiel leur permettant d’intégrer ce classement. En termes de PIB à parité de pouvoir d’achat, l’Indonésie pourrait passer du 16e rang en 2009 au 8e rang d’ici 2050, dépassant non seulement l’Italie mais également la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne au cours des 40 prochaines années. Selon la mesure utilisée, en 2050, le Royaume-Uni pourrait tout juste conserver sa place parmi les 10 premières économies mondiales, se classant au 9e rang sur la base du PIB aux taux de change du marché, et au 10e rang en termes de PIB à parité de pouvoir d’achat.

À propos de l’étude « Le Monde en 2050 – au-delà des BRIC »

Cette étude conduite par le centre d’intelligence économique de PwC  met à jour les prévisions du PIB pour les économies du G20 ainsi que le Nigeria et le Vietnam. Il s'agit notamment de la composition actuelle du G7 (Etats-Unis, Japon, Allemagne, Royaume-Uni, France, Italie et Canada), à laquelle s’ajoutent l'Espagne, l'Australie et la Corée du Sud parmi les économies avancées. Il comprend également les sept plus grandes économies des marchés émergents que l’étude  nomme collectivement les «E7 (Chine, Inde, Brésil, Russie, Indonésie, Mexique et Turquie), ainsi que l'Afrique du Sud, Argentine, Arabie Saoudite, le Nigeria et le Vietnam.  L’analyse suggère que ce groupe de pays devrait figurer parmi les 20 plus grandes économies du monde d’ici le milieu de ce siècle, même si bien sûr  des incertitudes considérables  subsistent quant aux projections à long terme.

Pour chacun de ces pays, les évolutions des PIB  s’appuient sur  4 indicateurs : la croissance de la population active, l’évolution des niveaux d’investissement, d’éducation et de technologie sur la base des projections de l’ONU et la Banque Mondiale. Au-delà de ces projections en terme de PIB, l’étude utilise deux autres indicateurs. Le premier permet une comparaison des niveaux de vie, il s’agit du PIB calculé en fonction de la parité des pouvoirs d’achat de chaque pays (PPP). Le second estime la valeur réelle de la demande interne d’un pays (pour les investisseurs et les exportateurs) pour lequel le PIB est calculé en fonction des taux de change des marchés (MER).

Source : Le Monde en 2050 : La crise financière mondiale accélère le transfert du pouvoir économique vers les pays émergents, PWC, le 10 janvier 2011