Séoul, G20 - Mondialisation

Cahier spécial : Le dérapage de la mondialisation

Séoul, G20

Constatant l’intransigeance des Chinois, qu'elle ne cédera pas sur la pression et que la réévaluation du yuan prendra du temps.

Les Américains se sont dirigés vers le G20 au rendez-vous de Séoul, pour influencer les pays industriels démocratiques à faire pression sur la Chine à réévaluer le yuan, qu’ont ne pouvait continuer dans cette voie.

Inexorablement  le secteur manufacturier des pays industriels se déplacera vers les pays émergents à cause des bas tarifs salariaux.

Echec pour Washington et réussite pour Pékin au G20 selon les médias américains

 

Le sommet du G20 s’est achevé hier à Séoul. Après ce grand rendez-vous des dirigeants des pays riches et des grandes nations émergentes, les médias américains ont commenté les résultats des travaux. Selon eux, la Chine a réussi à résister à la pression exercée sur elle pour réévaluer sa monnaie et les Etats-Unis n’ont en revanche rien gagné.

 

L’agence AP a précisé que les Etats-Unis n’ont pas pu convaincre la Chine de s’engager à réévaluer le yuan et les pays du G20 de promettre de limiter à 4 % de leur PIB leur excédent ou déficit de la balance des comptes courants. Ils ont souligné aussi que Washington n’avait pas non plus mis un terme aux négociations en vue de régler les points litigieux de l’accord de libre-échange avec Séoul. Dans la foulée, les médias américains ont qualifié de défaite de Barack Obama les résultats du sommet de Séoul.

 

Toujours selon les médias américains, le président chinois Hu Jintao a quant à lui réussi à neutraliser les attaques des autres pays en réagissant avec sang-froid à la demande des Etats-Unis et de l’Europe, qui ont exigé de Pékin qu’il apprécie sa monnaie, (15).

Évidemment, l’Allemagne s’est opposée fortement, elle a raison sur le principe qu’ils ont été insouciants, par contre elle a tort sur le moyen terme, il ne sera pas dit, d’ici quelques années que les Chinois ne seront pas capables de duplicater des Mercedes et des BMW mais cette fois à la saveur chinoise.

Un bel exemple, durant le voyage du secrétaire US de la défense de M. Gates le 8 janvier, les Chinois lui ont présenté un chasseur chinois à capacités furtives J-20. Alors s’ils sont capables de faire un avion furtif, ils sont certainement  capables de faire une Mercedes luxueuse.


Cahier spécial : Le dérapage de la mondialisation

Table des matières

Le dérapage de la mondialisation

Le monde dans lequel nous vivons doit-il changer ?

La deuxième phase de la mondialisation

Les bienfaits de la mondialisation provenant de notre élite intellectuelle

Que doit-on faire ?

Deux positions différentes et tous deux ont raison, que fait-on ?

La mondialisation, un vice de forme

Séoul, G20

Les États-Unis

La solution proposée par M. Jarislowsky

L’Europe

Le Canada

Les exportations

La dette du pays

Une crise immobilière

En résumé :

Le Québec

Source

Version PDF : Le dérapage de la mondialisation