Stephen Jarislowsky : une taxe sur les déséquilibres salariaux peut s'imposer rapidement

Mondialisation international

Selon Stephen Jarislowsky, une taxe sur les produits visant à rééquilibrer les écarts de salaires entre les différents pays pourrait s'implanter en quelques années. Selon lui, la situation est si urgente que plusieurs pays pourraient s'y rallier rapidement. Voyez, en vidéo, les explications de M. Jarislowsky.

Source: Stephen Jarislowsky : une taxe sur les déséquilibres salariaux peut s'imposer rapidement, lesaffaires.com,  lesaffaires.tv , 14-01-2011


J’ai inséré cette vidéo dans le cahier spécial «Le dérapage de la mondialisation».

Si les règles de la mondialisation n’avantagent qu’un seul parti, alors il est temps que l’on change les règles.

Le constat de M. Jarislowsky est tout à fait juste, l’expertise des pays émergents s’approche du niveau des  pays industriels, sauf que leur masse salariale est nettement inférieure à la nôtre, ce qui nous désavantage concurrentiellement.

Donc, il faut trouver une mécanique pour rééquilibrer la situation, sans cela les pays industriels vont se retrouver à ne plus produire grand-chose, sauf exporter de la matière première.

En fait, les politiciens américains font exactement ce qu’ils doivent faire, protéger leurs peuples et leurs industries en faisant pression sur la Chine, pour maintenir une mondialisation plus équitable.

Les autres pays industriels devraient aussi faire pression, pour corriger la situation, sinon avec toutes les dettes et les engagements que les pays industriels ont contractés, on risque de faire défaut de paiement à nos propres engagements à cause d’une économie anémique.


De plus, j’ai constaté dans le cahier spécial à la page Source, certains liens ne correspondaient pas, ils ont été corrigés.


  1. gravatar

    # by Louis Douglas - 20 janvier 2011 à 01 h 20

    Hep boy, tant mieux si on a plus de produits à meilleurs prix, comme ça on va pouvoir travailler moins tout en ayant autant non?! Pourquoi me rajouter une autre taxe, mieux les baisser me semble. Payer une taxe pour que les autres, au lieu de nous, achètent nos produits est curieux. Sinon qu'on arrête d'augmenter inutilement nos salaires lorsque pas de hausse de productivité des employés et grâce aux progrès on va produire à meilleur prix et on sera plus compétitif. Il semblerait que ce que les gens aime dans le travail n'est que le travail et non les produits qu'on puisse se procurer. Rien ne ressemble plus au cuir que le cuir! Ça ressemble à la lutte au progrès pour du travail superflu et surpayé. Une sorte de protectionnisme, ouain en plein ça! Alors rétablissons des frais de douanes envers les produits chinois. Quelle absurdité. Ils veulent nous faire la "charité", tant mieux les cons! D'autres industries verront le jour, plus d'hôpitaux, d'écoles, de centres de loisirs, de recherches...

  2. gravatar

    # by Un Québec de Droite - 20 janvier 2011 à 08 h 16

    Si tu veux sacrifier 2 à 3 générations dans les pays industriels pas de problème,on a juste à continuer comme cela. Et dans 20 à 30 ans, il va voir un équilibre entre la masse salariale des pays supposément industriels avec les pays émergents.

    Mais, qui va payer pour les services entre temps, s’il y a moins en moins d’emplois, regarde le taux chômage dans les pays industriels, penses-tu réellement ça va s’estomper, car ont transfert notre savoir-faire, pour du gain à court terme.

    Actuellement, nos pays survivent par endettement, penses-tu que l’on puisse continuellement fonctionner en cumulant constamment des déficits.

    Regarde l’exemple du TGV chinois qui concurrence le TGV traditionnel, ça rapporte à qui au Chinois ou aux Européens ?

    La plupart des gens sont d’accords pour la mondialisation, par contre tout le monde doit jouer les mêmes règles.

    Mondialisation, oui, mais équitable !

    http://www.quebecdroite.com/2011/01/declin-americain-ou-pas.html

  3. gravatar

    # by Louis Douglas - 20 janvier 2011 à 13 h 47

    Sacrifier des générations? On a plus de produits pour moins de travail,yé où le sacrifice. Dans le passé, un pays qui a plein de fabricants de chandelles et d'allumeurs de réverbères devait-il se plaindre de l'émergence de l'électricité chez son voisin et d'une hausse du taux de chômage temporaire chez lui? Vite vite protectionnisme et subvention! En Chine, train ultra rapide, avant en URSS premiers dans l'espace, so what? L'année prochaine ça sera un autre pays. En plus que des régimes communistes, ils ont dû gaspiller beaucoup de ressources pour impressionner, car la population vie dans la misère (faible PIB/hab). De la frime, on parle de ce qu'on voit, mais pas de ce qu'on ne voit pas. (Bastiat) Vous mélangez les affaires avec la guerre: "Combattons à armes égales". Et on oublie les consommateurs dans la formule. Dans les échanges, les 2 sont gagnants.

    Et si on est en crise, pas la faute de la Chine (et autres pays qui produisent certains produits à meilleurs prix). En plus qu'ils doivent faire très attention à l'inflation.

  4. gravatar

    # by Un Québec de Droite - 20 janvier 2011 à 19 h 53

    C'est bien beau de belle théorie économique, que les économistes raffolent.

    Mais, il va rester quoi à produire si tous se délocalise ?

    Si tu n'as pas de cie, pas de revenus, tu n'as pas d'impôts et pas de service.

    L'argent ne pousse pas dans les arbres ( à moins que tu fais comme les américains, tu en imprime)

    A moins que tu accepte que tous les pays industriels deviennent au même salaire que les chinois, donc on serait concurentiel.

    La réponse de Jarislowsky répond a un problème industriel, comme je suis d'ailleurs, pas sur une principe économique utopique.

  5. gravatar

    # by Louis Douglas - 22 janvier 2011 à 00 h 52

    Mais l'utopie est justement ne pas vouloir suivre les théories économiques basées sur les faits. J'avais cru que ceci était un site sur la "droite" économique et non nationaliste avec son protectionnisme.

    Je ne vois pas en quoi il faudrait s'empêcher d'acheter à autrui ce qu'il coûte plus cher à acheter à soi-même. Est-ce que l'agriculteur fait ses habits? Pourquoi devrai-je sacrifier une journée de plus de travail pour avoir le même produit? Faudra-t-il que les citoyens de Québec cessent d'acheter ce qui vient de Montréal et vice-versa, parce qu'à meilleur prix et fait "perdre" des emplois? Devrait-je tout fabriquer moi-même, pour le simple plaisir de travailler en double afin d'avoir la même quantité de produits? Va-ton exiger de fermer nos rideaux all the time, parce que le Soleil met au chômage les fabricants de chandelles? Devrais-je manger plus de patates pour économiser, afin d'acheter des bananes ultra-chères d'ici?

    Le temps qu'on économise à ne pas fabriquer ses clous, on le gagne en fabriquant plus de maisons, où est le problème? Ce n'est pas une industrie du fer qu'il nous faut, mais du fer! En plus que non seulement ça se plaint d'avoir plus de produits à meilleurs prix et nous faire économiser du temps, ça se plaint de ne pas plus vendre (pour certains), pour ensuite s'indigner qu'on nous achète, ya une contradiction.

    Ce qu'on achète on fini par le payer en produisant autre chose en retour, c'est de l'échange. Tant mieux si ailleurs les tomates poussent plus vite, on économise en main d'oeuvre pour fabriquer par exemple plus de fromages et autres. Ce n'est donc pas moi qui tombe dans l'abstraction et préconise l'extorsion, tout en empiétant sur mes liberté avec du protectionnisme. Faudra-t-il que je passe mon temps à travailler, vendre et à ne pas acheter et payer plus de taxes?

    Toujours la même histoire, la disette crée la richesse. Il faut élever les prix pour que nos producteurs et travailleurs gagnent plus, donc on diminue l'offre ce qui crée de la disette. Et à quoi ça sert d'avoir plus d'argent si c'est pour avoir moins de produits?

    Le problème avec la Chine est l'espionnage industriel qui fait perdre des milliards aux industries d'ailleurs. Je ne vois pas en quoi instaurer une taxe changerait de quoi. Sans doute des peines plus sévères qu'il faut.

    Jarislowsky milite pour ça propre paroisse, ses placements dans des compagnies n'ont pas rapportés autant qu'il l'aurait voulu; et il demande aux gouvernements de nous taxer plus pour faire des "économies" de coûts à ses compagnies. La concurrence c'est bon pour les consommateurs, mais les travailleurs et compagnies aiment bien nous rançonner sous différentes propagandes protectionnistes, comme le "travail national". Des compagnies ils s'en créent à longueur d'année et pleins d'endroits qui manquent de personnels. Tout travail épargné peut être employé à autre chose, à de la satisfaction nouvelle, comme plus de nourritures, de loisirs, de livres... Voilà ce que vous oubliez.

  6. gravatar

    # by Un Québec de Droite - 22 janvier 2011 à 11 h 01

    Je pense qu'on tourne en rond dans notre discusssion.

    Si tu n'as plus de compagnie, donc aucun revenus, tu vas faire quoi ?