Huawei ordonné de se séparer de 3-Leaf

Extrait de : Huawei ordonné de se séparer de 3-Leaf, QPL, Mise à jour 21.02.2011

Le plus grand fabricant chinois de matériel de télécommunication a été ordonné par une commission d'abandonner la société américaine 3-Leaf, acquise l'année dernière. Le ministère chinois du Commerce a appelé à un traitement équitable des investissements chinois aux Etats-Unis.

En mai 2010, Huawei a fait l'acquisition de la société de serveur technologique, 3-Leaf pour la somme de deux millions de dollars américains.

En septembre dernier, Huawei a soumis sa demande au bureau américain de l'industrie de la sécurité pour finaliser la transaction.

A l'époque, le bureau avait indiqué que Huawei n'avait pas besoin d'autorisation pour exporter les biens technologiques de 3-Leaf.

Mais après révision du dossier, le Comité américain pour les investissements étrangers a déclaré que Huawei devait volontairement se défaire des biens technologiques de 3-Leaf.

Cette annonce a été faite le 11 février dernier après que des législateurs américains ont déclaré que la transaction était effectuée par une société basée à Shenzhen, menaçant la sécurité nationale.

Huawei, 3ème plus grand fabricant mondial d'équipement de réseau télécom, fait de la résistance face à la décision en arguant que la réputation de la société était en jeu.

L'affaire est maintenant entre les mains du président américain, Barack Obama. Il doit se prononcer sur la décision de la commission sous 15 jours.

Voir la décision à la fin du carnet

De son côté, la Chine appelle les Etats-Unis à plus de transparence dans son rapport sur l'influence des investissements chinois sur la sécurité nationale.

Yao Jian, porte-parole

Ministère chinois du Commerce

"Le comité refuse l'investissement car il pense arbitrairement que toutes les sociétés chinoises sont étatiques.

Ce qui est faux. Nous espérons que le comité traite toutes les sociétés chinoises de manière équitable, peu importe si elles sont privées ou publiques, ou côtées en Bourse.

Bien sûr !, prend nous pour des imbéciles !

 Les facteurs politiques ne devraient pas rentrer en compte dans leur prise de décision. Cela n'aide pas la coopération économique entre les deux pays."

Commence à réévaluer ta monnaie et l’on va sérieusement discuté

De son côté, Huawei a indiqué que la société manquait la meilleure occasion de pénétrer le marché nord-américain. Mais la société espère toujours accéder au marché du réseau des communications.

Le plus grand fabricant chinois de réseau téléphonique a aussi souligné que le cas de 3-Leaf n'était pas isolé. En 2008, il avait déjà cherché à acquérir 3-Com Corp., mais s'était aussi heurté à la question de la sécurité nationale.


HUAWEI, China's biggest maker of telecoms equipment, reversed course and accepted the recommendation of the Committee on Foreign Investment in the United States that it revoke its acquisition of assets owned by 3Leaf, an American technology company.

Huawei had already bought the assets, but officials at the Pentagon asked the CFIUS, which considers the national-security implications of takeovers, for its opinion.

If Huawei had persisted, the White House would have had to rule on the deal.