Le temps des papys voleurs au Japon

C’est exactement ce qui se produit, quand on ne prépare pas sa société à un problème de démographie sans voir les conséquences économiques.

Et vous risquez d’avoir le même problème au Québec, quand plus de la moitié des baby-boomers vont se retrouver sous le seuil de la pauvreté.


Extrait de : Le temps des papys voleurs au Japon, Lucie Haigneré, l’Express.fr, publié le 10/02/2011

De plus en plus de seniors japonais volent à l'étalage pour se nourrir, s'habiller ou même pour avoir un toit... en prison.

Le Japon est l'un des pays dont la population est la plus vieille au monde: 1 habitant sur 5 a plus de 65 ans. Or le système de retraite n'est pas particulièrement performant.  

Pour subvenir à des besoins essentiels tels que l'habillement et la nourriture, les seniors ont de plus en plus recours à une solution inhabituelle: ils accomplissent des vols à l'étalage. Selon la police, 26,1% des vols à l'étalage sont commis par des personnes de plus de 65 ans. A titre de comparaison, 27,1% le sont par des adolescents.  

Couvrir leurs besoins primaires n'est pas le seul objectif des seniors. Beaucoup vivent seuls, victimes de "l'éclatement" des cellules familiales, et commettent ces délits dans l'espoir d'être condamnés à la prison où ils seront logés, nourris et auront une vie sociale.  

Face aux agissements des ces retraités, l'administration pénitentiaire adapte l'aménagement de ses bâtiments carcéraux afin de subvenir aux besoins de ces personnes âgées: rampes pour les fauteuils roulants, infirmières, etc.  

Les autorités s'inquiètent de l'ampleur croissante du phénomène: elles publieront fin avril une liste de nouvelles sanctions contre le "crime gris".  


Extrait de : Explosion des vols à l’étalage chez les retraités, Adrien, Japon Infos.com, 31 janvier 2011

Un vol à l’étalage sur quatre au Japon est commis par une personne âgée, révèlent les statistiques de 2010 publiées par la police nationale jeudi. Une explosion de la délinquance due à la paupérisation des retraités.

Des retraités qui commettent presque autant de vols à l’étalage que des adolescents au Japon. Les statistiques de 2010 publiées par la police nationale du pays révèlent qu’un vol sur quatre dans l’archipel est commis par une personne âgée. Une délinquance qui s’explique par la paupérisation des retraités.

L’an dernier, les policiers ont interpellé 27.362 personnes âgées de 65 ans et plus en train de voler dans les magasins, soit 343 de plus qu’en 2009. Ce chiffre record représente 26,1% de l’ensemble des vols à l’étalage enregistrés au Japon et s’approche de celui commis par les jeunes, 27,1, a indiqué la Police Nationale.

Personnes âgées dans les rues de Tokyo le 26 décembre 2010 © AFP/Toru YamanakaCe phénomène inquiétant traduit, selon l’agence de presse Jiji, l’aggravation de la situation d’un nombre croissant de seniors sans famille et sans emploi. Plus de 70% des personnes interpellées ont déclaré voler pour leur propre consommation, les autres affirmant le faire par pauvreté ou par désoeuvrement.

La police a précisé qu’au total, le nombre de vols à l’étalage avait baissé l’an dernier de 1%, avec 148.375 cas recensés. Plus d’un Japonais sur cinq a désormais plus de 65 ans, et cette proportion va doubler d’ici le milieu du siècle si rien n’est fait pour enrayer le déclin de la natalité, selon des statistiques officielles.

Outre le vieillissement de la population, l’autre grand sujet qui inquiète les Japonais est le fossé grandissant entre riches et pauvres qui bouscule les fondements d’une société traditionnellement égalitaire. Les médias rapportent régulièrement les cas de personnes âgées nécessiteuses qui volent en espérant se faire condamner à la prison, où elles seront nourries et loges.