Les livraisons et les prévisions de Bombardier Aéronautique font des heureux

Petite question à Bombardier

Quand un avion est assemblé à Montréal, quel est le % de contenu canadien et des pays émergents ?

Juste pour vérifier, si on fait juste un packaging canadien, pour profiter des généreuses subventions et crédits d’impôt du Québec et du Canada.

Réponse qui pourrait être appréciée par les contribuables


Extrait de : Les livraisons et les prévisions de Bombardier Aéronautique font des heureux, Sylvain Larocque, La Presse Canadienne, 17 février 2011

Bombardier Aéronautique a dévoilé jeudi des prévisions supérieures à ce qu'attendaient les analystes financiers pour 2011, ce qui a réjoui les investisseurs.

Au cours de son exercice, qui a pris fin le 31 janvier, Bombardier [[|ticker sym='T.BBD.B'|] a livré 244 appareils, dont 143 avions d'affaires. C'est 19 pour cent de moins que l'année dernière, alors que l'avionneur québécois avait livré 302 appareils, dont 176 jets d'affaires.

Dans un communiqué, l'entreprise a indiqué que ces chiffres correspondaient «sensiblement» à ses prévisions. La société avait prédit une baisse de 15 pour cent de ses livraisons d'avions d'affaires et de 20 pour cent de celles de ses avions commerciaux. Le recul s'est finalement chiffré à 20 pour cent dans les deux segments.

Bombardier a qualifié cette performance de «solide» compte tenu de la lenteur de la reprise économique.

La société a d'ailleurs terminé l'année sur une bonne note en enregistrant pas moins de 74 commandes d'avions d'affaires au cours de son quatrième trimestre.

Pour l'ensemble de l'exercice, Bombardier a enregistré un total de 201 commandes, tous segments confondus, comparativement à seulement 11 l'année précédente.

En 2011, le constructeur prévoit livrer 150 avions d'affaires (une augmentation de huit pour cent) et 90 avions commerciaux (une hausse de sept pour cent), soit davantage que ce à quoi les analystes s'attendaient.

Le marché a bien réagi: l'action de Bombardier a bondi de six pour cent jeudi pour clôturer à 6,50 $, à la Bourse de Toronto. Il faut remonter à 2008 pour retrouver un cours de clôture aussi élevé.