Réflexion de votre blogueur

Réflexion de votre blogueur

Quand ce blogue a été créé initialement, elle avait un but bien précis discuté de l'immobilisme du Québec avec le temps les sujets se sont élargis.

Le Québec

Possède une particularité assez unique démocratiquement, elle a subi depuis des décennies un débat éternel entre le fédéralisme et le séparatisme, des sujets comme l’économie et l’efficacité de l’État ont été mis au second rang.

Au cours des trois dernières décennies, les séparatismes ont accordé aux syndicats des privilèges pour les influencer avec l'option séparatisme, les libéraux pour favoriser l'option fédéralisme ont maintenu ces privilèges pour ne pas perdre des appuis, créant un déséquilibre de force entre l'employé et l'employeur.

Ajoutés une surenchère de services accordés à la population par les deux partis pour favoriser leurs positions respectives, malheureusement la richesse n’était pas au rendez-vous pour la supporter, conséquence : 225 milliards de dettes publiques pour une population de 7.8 millions d'habitants, une province qui a certainement gagné un oscar sur le thème ‘ Un pays et une cigale'.

Ce blogue est avant tout un blogue informatif sur la bonne gouvernance de l'État. Il possède un bon éventail de sujets, les différents types de système de santé dans le monde, les tendances dans le monde vers un meilleur système d'éducation, la notion de liberté économique pour maintenir une industrie compétitive et des règles de bonnes gouvernances pour appliquer une saine démocratie.

Ce n'est pas un blogue qui est très spécialisé, mais couvrent assez d'éléments pour comprendre les principes de bonnes gestions d'État appliqué dans le monde, un excellent blogue de référence pour la population en général, la table des matières qui est maintenue à jour, permet d'accéder rapidement un sujet en particulier.

De plus toutes les sources sont gardées si l'individu veut approfondir un sujet.

Pourquoi les blogues ?

Je pense que les blogues sont d’une nécessité, car la qualité des médias particulièrement ceux du Québec sont souvent superficiels ou cloisonnés par les groupes d’intérêts.

Certainement pas unique au Québec, mais le Québec a un sérieux problème de gouvernance, où les groupes d'intérêts ont la mainmise sur le pouvoir politique depuis des décennies.

Par conséquent, malgré les progrès réalisés depuis des années, leur savoir économique demeure parsemé de failles significatives, selon une étude divulguée aujourd'hui par le Cirano, un réseau interuniversitaire de recherche en économie.

 

Selon M. Montmarquette, un tel écart entre la perception et la réalité de certains éléments de l'économie découle d'une couverture plus superficielle dans les médias les plus consultés.

 

«La télévision et, dans une moindre mesure, l'internet sont devenus les principales sources d'information des Québécois.

 

Or, ces médias font de plus en plus dans les débats polémiques et superficiels, au lieu de l'information mieux expliquée que l'on retrouve habituellement dans la presse écrite»,

selon Claude Montmarquette(1).

 

Par contre, il y a des sujets tabous que les médias traditionnels n'osent franchir, même mondialement,  sujet trop délicat et peut avoir des répercussions sur sa survie.

D'autres sujets les laissent indifférents, car ils savent qu'ils ne subiront pas une augmentation de leur tirage ou leur cote d'écoute, ou tout bêtement à cause de la consolidation des médias depuis quelques années, ils font partie de ces mêmes groupes d'intérêts qui influencent les politiciens pour avoir des avantages fiscaux entres autres.

Baisse de confiance dans les médias traditionnels
-selon plusieurs sources, seulement 50%s% des Américains
jugent les médias traditionnels fiables contre 72% vingt ans plus tôt.

 

Le blogue est la suite logique du débat, car il n'a pas besoin d'un support financier pour survivre, il est de pensée libre.

De plus,  ils ne subissent en général pas les contraintes habituelles des médias: ils ne sont soumis à aucun objectif d'audience, n'écrivent pas en fonction de l'audience qu'ils sont susceptibles de générer, et peuvent couvrir des sujets réputés n'avoir pas d'audience.