La confiance dans les politiques monétaires s’amoindrit


Extrait de : La confiance dans les politiques monétaires s’amoindrit, Par Eberhardt Unger, Money Week, le 24 mars 2011

Depuis début 2009, avec leurs politiques monétaires ultra-expansives, les principales banques centrales du monde essaient de sortir les économies de la plus grande crise économique et financière que le monde ait connue depuis 1930.

Elles ont ramené les taux d’intérêt directeur à près de 0% (ZIRP – Zero Interest Rate Policy) et elles injectent de la liquidité sur les marchés (quantitative easing).

La grande question que se posent les marchés actuellement est de savoir si ces injections en masse de liquidités ont déjà eu l’effet escompté, ou ont déjà échoué.

Le doute s’installe, et les marchés perdent, petit à petit, confiance dans les politiques monétaires.

Des taux de crédit maintenu trop longtemps à près de 0% deviennent contre-productifs et attisent les dangers d’inflation. D’autant plus que dans le même temps, les gouvernements des pays industrialisés ont entraîné certaines banques centrales à supporter des niveaux de dette absurdement élevés et que ces dernières sont devenues incapables d’agir pour éviter ce danger, à commencer par la Fed.

L’endettement de tous les secteurs aux États-unis, par exemple,
a atteint au début de cette année 52 636 milliards de dollars.

Une augmentation du taux d’intérêt de 1% serait, pour l’économie américaine, une charge supplémentaire de 526 milliards de dollars (en comparaison, le déficit budgétaire des Etats-Unis est de1 421 milliards de dollars).

clip_image002

La gravité du problème est similaire dans les pays de la périphérie de la zone euro, en Grande-Bretagne et au Japon. Et quand une banque centrale n’a plus de marge de manoeuvre, comment peut-elle combattre les risques d’inflation ?

La Banque des règlements internationaux (BRI) souligne, dans son dernier rapport trimestriel, que l’incertitude des marchés est la plus grande quand il s’agit de l’estimation des risques d’inflation à long terme.

Les marchés risquent de perdre confiance dans les banques centrales s’ils venaient à estimer qu’elles seront incapables de réagir suffisamment vite en cas de hausse inattendue de l’inflation. Cela pourrait même conduire à une hausse très rapide des prévisions d’inflation à long terme.

Une importante tâche des banques centrales consiste à maîtriser l’inflation.

Actuellement, les prévisions sur l’inflation sont de plus en plus incertaines. La politique monétaire ultra-expansive pourrait accentuer la hausse des prix sur le long terme.

Conclusion : l’investisseur devrait éviter le moyen et long terme