La dette américaine en folie


Extrait de : La dette américaine en folie, Jean-Marc VITTORI, Les Echos, 04/03/11

L'Amérique va se cogner la tête, ou plutôt la dette, dans le plafond. Car, au coeur de cette vraie démocratie parlementaire que sont les Etats-Unis, les élus du peuple, dans leur grande sagesse, fixent depuis 1917 un plafond à la dette publique. Depuis dix ans, ils l'ont rehaussé chaque année. Le dernier mouvement remonte au 12 février 2010. La limite a été relevée à 14.294 milliards de dollars. Or, lundi dernier, la dette était à moins de 100 milliards en dessous de cette limite. Mardi, les députés ont voté fissa une loi repoussant le choc qui aurait pu se produire dès aujourd'hui. Mercredi, les sénateurs ont suivi. Le problème a été provisoirement repoussé jusqu'au 18 mars. Même si l'administration Obama peut tirer sur des ficelles, elle ne pourra pas continuer longtemps dans ces conditions. D'ici au 31 mai, selon les calculs minutieux du Trésor, le Congrès devra avoir voté un nouveau plafond.

Sinon, ce sera l'apocalypse financière dans un pays où la raison d'Etat ne saurait l'emporter sur la puissance de la loi : des fonctionnaires à la rue, des pauvres et des retraités privés de prestations, et le premier défaut de l'Amérique sur sa dette en plus de deux siècles d'histoire. La bataille promet d'être acharnée entre des républicains qui entendent sabrer dans les dépenses publiques et les démocrates qui veulent préserver l'Etat providence.

Cette bataille du plafond pourrait relever du seul rituel politique américain, comme les flonflons des élections primaires ou le discours sur l'Etat de l'Union. Seulement voilà : il y a un vrai problème sur la dette publique américaine. Elle explose. Bien sûr, son niveau n'est pas très différent de celui de l'Europe - elle devrait dépasser 100 % du PIB l'an prochain, contre 88 % dans la zone euro (prévisions de la Commission européenne).

Evidemment, elle a augmenté encore plus vite dans des petits pays durement frappés par la crise, comme la Grèce ou l'Irlande. Mais, quand on regarde des ensembles de taille équivalente, la différence saute aux yeux. En cinq ans, le poids de la dette publique dans le PIB aura progressé de 40 points aux Etats-Unis, deux fois plus que dans la zone euro. Ce n'est pas la faute à la crise. C'est la faute à la réaction à la crise.

Dans les pays de l'euro, le déficit a culminé deux années durant à peine au-dessus de 6 % du PIB. Même en France, qui n'est pas un parangon de vertu budgétaire, le déficit est resté à moins de 8 % l'an dernier. En Amérique, au contraire, le déficit a dépassé 11 % du PIB en 2009 et 2010. Il devrait de nouveau approcher ce niveau en 2011. Le président Barack Obama a proposé un plan de réduction du déficit pour les dix ans à venir, en affichant un montant total d'économies de 400 milliards de dollars. Il n'a pas convaincu.

Cette prodigalité pourrait s'expliquer par un « policy mix », un réglage de la politique économique, différent des deux côtés de l'Atlantique :

·         un budget contenu en Europe, pour laisser des taux d'intérêt très bas et ainsi permettre aux banques de se refaire une santé car elles ont des comptes moins reluisants que leurs consoeurs américaines,

·         une politique budgétaire généreuse aux Etats-Unis, accompagnée d'une politique monétaire plus ferme.

Mais ce n'est pas le cas. Ben Bernanke, le président de la Réserve fédérale des Etats-Unis,

·         prête de l'argent à un taux d'intérêt plus bas que son collègue Jean-Claude Trichet, de la Banque centrale européenne.

·         Et, surtout, il a relancé fin 2010 la machine à billets pour acheter des centaines de milliards de dollars d'obligations émises... par le Trésor américain.

Autrement dit, trente mois après le paroxysme de la crise marqué par la chute de la banque Lehman Brothers, l'Europe relâche la pression alors que les Etats-Unis gardent le pied à fond sur l'accélérateur. Au risque de partir dans le décor budgétaire, comme l'ont signalé les agences de notation, pour la première fois de l'histoire.

D'où vient, alors, cette divergence sans précédent entre les deux côtés de l'Atlantique ? Il y a au moins sept explications, non exclusives les unes des autres.

Un : la différence de diagnostic. Les dirigeants des Etats-Unis estiment qu'il faut une troisième année de gros déficit pour faire la soudure entre la crise et la reprise, ceux de l'Europe estiment que c'est inutile.

Deux : l'Amérique, plus jeune que le Vieux Continent, met davantage l'accent sur la croissance. C'est évident quand on compare les politiques menées depuis deux décennies. Cette fois-ci, l'accélérateur américain semble cependant enrayé. L'Amérique est repartie plus vite que l'Europe après le choc financier, avec une croissance qui pourrait dépasser cette année toutes les prévisions. Mais le rebond a été acheté à crédit. Et le rendement est médiocre. Pour l'écart d'endettement public avec l'Europe, de 20 points entre 2007 à 2012, déjà évoqué, l'Amérique aura eu un écart cumulé de croissance sur la même période limité à 4 ou 5 %.

Trois : l'Europe manque d'audace. Mais, quand on voit les doutes des investisseurs sur la dette de certains pays, ce point de vue peut paraître téméraire.

Quatre : chacun fait au mieux en fonction de ses contraintes. L'Amérique use et abuse du « pouvoir exorbitant » d'imprimer la monnaie mondiale ; la zone euro ne peut pas en faire autant.

Cinq : l'économie des États-unis va, en réalité, plus mal qu'on veut bien nous le dire, et il lui faut donc des remèdes de cheval.

En fait, toutes les économies des pays industriels vont mal, autres que quelques exceptions, et personne n’osent parler du sujet, libre-échange non équitable qui crée du dumping social.

Six : les dirigeants américains sont inconscients des périls.

Sept : ils n'ont pas la même mémoire que les Européens, qui ont connu la douloureuse hyperinflation (Allemagne des années 1920) ou le pénible enlisement dans l'impuissance budgétaire (France des années 1950).

Il est trop tôt pour savoir qui de l'Amérique ou de l'Europe a fait le bon choix. Mais il est clair que l'Amérique est sur une trajectoire insoutenable. Elle devra en changer. Si possible avant de se cogner la tête dans le mur.

Comme maintenir l’euro d’ailleurs !