MEQ : L’avenir se construit aujourd’hui

MEQ - L'avenir se contruist aujourdh'hui

Cahier spécial : L’avenir se construit aujourd’hui : accélérer la baisse de la dette et la croissance du PIB (certains extraits).

Positionnement de MEQ dans le cadre des consultations prébudgétaires 2011-2012


La mise à niveau de la compétitivité fiscale permettra un regain d’optimisme et de confiance au sein de la communauté d’affaires en envoyant le signal fort et clair d’une volonté politique pour une amélioration concrète des conditions d’affaires.

Du fait de l’intensification de la mondialisation et des mouvements démographiques, l’impasse budgétaire ne pourra en aucun cas être résolue par une simple réorganisation comptable des postes de dépenses et une hausse du fardeau fiscal.

Mondialisation

·         La mondialisation a tout changé. L’intensité de la concurrence internationale a d’abord pénalisé la position privilégiée des producteurs canadiens sur le marché américain.

·         L’évolution de la concurrence est radicale et notre réponse, si l’objectif consiste en un positionnement industriel solide, doit nécessairement s’insérer dans une vision à long terme d’une compétitivité renforcée et de conditions d’affaires franchement avantageuses.

Crise économique

·         Dans le contexte de crise et d’instabilité qui a marqué les dernières années, le soutien apporté par les politiques du gouvernement s’est concentré sur le maintien de l’activité économique mais sans vraiment mettre en place les bases d’une nouvelle compétitivité.

Fiscalité

·         En particulier, le régime fiscal appliqué aux entreprises, trop longtemps pénalisant par la taxation du capital physique, reste toujours très pénalisant par la taxation du capital humain.

·         La concurrence internationale incite fortement les gouvernements à simplifier le système fiscal et à proposer une politique économique globale qui aide l’ensemble des entreprises, avant de mettre en place une série de programmes d’aide parfois très pointus et dont seulement un nombre limité d’entreprises peut bénéficier.

Efficacité de l’État

·         Toutes les économies occidentales sont confrontées à la remise en cause de leurs modes d’intervention.

·         Celles qui en ressortiront gagnantes seront celles dont l’engagement politique ira à l’encontre des diverses rigidités institutionnelles, en particulier celles contraignant la réduction de la taille de l’État et la recherche de gains d’efficacité au sein de l’appareil gouvernemental.

·         Nous en sommes en effet à l’heure des réformes : les marges financières pour débloquer la situation se trouvent entre autres dans de vraies réformes des divers programmes de l’État et la recherche obstinée de gains d’efficacité au sein de l’appareil gouvernemental (faire plus avec moins).

Plan de retour à l’équilibre budgétaire

·         Le service de la dette représente une part grandissante des budgets annuels de l’État, ce qui signale que le Plan de retour à l’équilibre budgétaire est possiblement insuffisant.

·         Nous pensons que la baisse de la dette publique ne peut rester que très hypothétique sans des réformes plus profondes des programmes gouvernementaux et un engagement plus résolu en faveur de la performance de notre économie.

L’avenir du Québec se construit aujourd’hui

·         La qualité de la croissance économique est déterminante. Elle est depuis quelques années assise sur la consommation et les dépenses publiques et, en ce sens, ne garantit pas la capacité du Québec à connaître un développement économique assez solide pour contrebalancer

a)      les déséquilibres démographiques

b)      et l’impasse des finances publiques.

·         Il s’agit en effet d’une croissance maintenue par les dépenses et donc potentiellement par l’endettement.

·         Il faut améliorer la qualité de la croissance par la hausse de l’investissement des entreprises et des exportations.

La réalité est têtue

·         Nous ne pouvons pas contourner les effets de la mondialisation et du vieillissement de la population sur le potentiel économique du Québec et sur les finances publiques.

Ø  Nous nous avons un vrai devoir : celui de gagner en compétitivité.


Tables des matières :

MEQ : L’avenir se construit aujourd’hui

1)       Mondialisation

2)       Crise économique

3)       Fiscalité

4)       Efficacité de l’État

5)       Plan de retour à l’équilibre budgétaire

6)       L’avenir du Québec se construit aujourd’hui

7)       La réalité est têtue

Les finances publiques du Québec restent-elles plongées dans une impasse ?

1)       Pas de soutenabilité sans baisse de la dette

2)       Des dépenses élevées et peut-être mal réparties

La limite de notre capacité fiscale est atteinte

1)       L’impact des prélèvements fiscaux sur la croissance économique

Le Plan de retour à l’équilibre budgétaire : des efforts nécessaires, des résultats insuffisants

Les principes d’une solution dynamique et durable

1)       La promotion de la productivité et de l’efficacité de l’appareil gouvernemental tant sur le plan opérationnel et administratif que dans la structure des dépenses

2)       L’augmentation effective du potentiel économique du Québec avec une nouvelle politique industrielle.

Investissement privé et balance commerciale

1)       Investissement privé défaillant

2)       Déficit commercial et déficit de compétitivité.

Le secteur manufacturier est la colonne vertébrale de ton économie

1)       Délocalisation du savoir vers l’Inde

2)       Pourquoi l’Allemagne réussie très bien en pleine crise économique ?

Statistiques Québécoises de notre système manufacturier

1)       Pourquoi une priorité manufacturière ?

Améliorer la compétitivité fiscale

1)       Le régime fiscal du Québec n’est pas compétitif

2)       Taux d’imposition nul pour les PME

Taxe sur la masse salariale

Conclusion : L’avenir se construit aujourd’hui