Pourquoi je vais voter pour Marine Le Pen en 2012

Si j’étais Français, vous auriez mon vote.


Un extrait de : « Pourquoi je vais voter pour Marine Le Pen en 2012 », AgoraVox, 22 mars 2012

2002 et enfin l'heure de Lionel et de Jean Marie. Enfin presque, l'un a raté le train et l'autre ne semblait pas vraiment disposé à composter son billet. C'est dur à vivre un rêve qui se réalise...

On est reparti pour 5 ans avec Jacques, avec la bénédiction de 82% de la population. Cette fois là, même pas besoin de promettre quoi que ce soit, il s'agissait avant tout d'un acte républicain pour empêcher l'autre de faire un résultat. Une sorte de blanc-seing pour continuer les...

2007  et deux nouvelles grandes ambitions, Ségolène et Nicolas. Les deux veulent notre bonheur mais nous proposent des chemins différents pour l'atteindre. Nous choisirons le plus court...

La suite vous la connaissez, à peine élu, direction le café du commerce pour retrouver les siens, les amis, les initiés...

   Et mon bonheur ? Encore baisé !

2012  approche et une nouvelle venue vient de faire une entrée fracassante sur la scène politique : Marine. « C'est le diable ! » Entend-on nous ici où là. A droite comme à gauche on tire à boulets rouges sur la blonde héritière. Les griefs sont toujours les mêmes : Racisme, xénophobie, antisémitisme, préférence nationale, incompétente etc. On nous promet le 4eme Reich et la réouverture de la ligne Maginot.

Et bien moi, j'ai bien envie de prendre le risque, histoire de voir...Trente ans que je regarde nos politiques de droite et notre gauche caviar nous prendre pour des cons, nous manipuler.

Alors, quitte à se faire baiser une fois de plus, j'aime autant qu'elle soit blonde et qu'elle ait les yeux bleus !

Patrice DEUMIE


Marine Le Pen contre le Nouvel Ordre Mondial 2

 


France cantonales


Extrait de : "L'idée de Marine Le Pen est de poser le FN comme seule force d'alternance", Le Monde.fr | 22.03.11

Dans un chat sur LeMonde.fr, Abel Mestre et Caroline Monnot, journalistes au "Monde", remarquent que contrairement à son père qui tenait un discours anti-étatique, Marine Le Pen fait de l'Etat le rempart à la mondialisation.

Hector : Quelles sont, à votre avis, les principales causes du vote Front national ?

Abel Mestre et Caroline Monnot : Ces causes sont de deux ordres. Il y a des causes conjoncturelles, politiques. Les scores enregistrés par le Front national apparaissent d'autant plus élevés que l'abstention a été forte. En nombre de voix, il n'y a pas eu de vague Front national.

Néanmoins, le fait que le Front national ait réussi à faire se déplacer des électeurs dans un contexte où les gens étaient peu enclins à voter s'explique par plusieurs raisons.

En premier lieu, le rejet de Nicolas Sarkozy et une déception marquée à l'égard de l'UMP. Ensuite, un climat marqué par un certain nombre d'affaires mettant à mal la "République irréprochable" promise par Nicolas Sarkozy : affaire Woerth-Bettencourt, affaire des vacances de Michèle Alliot-Marie en Tunisie.

Enfin, l'incapacité, pour le moment, de la gauche d'apparaître comme une alternative crédible faute de leadership.

Il y a cependant des raisons structurelles plus profondes, liées à la crise économique et à la mondialisation.

Alain S. : L'affaiblissement des syndicats explique-t-il une part de la montée du Front national ?

Le délitement du tissu social, l'éclatement du salariat, explique sans doute plus directement la montée du Front national.

Jean-Marc : La crise de la représentation politique n'entraîne-t-elle pas une incapacité du système des partis politiques "traditionnels" à traduire les inquiétudes, voire les angoisses, de catégories populaires fragilisées par la mondialisation libérale ?

On peut le penser. Beaucoup de Français ont le sentiment d'être abandonnés par les partis politiques traditionnels, de ne pas être écoutés.

Le FN s'adresse à eux en priorité. Il développe désormais des arguments anti-mondialisation libérale, ce qu'il ne faisait pas auparavant, et se veut le seul parti protecteur des "victimes de la mondialisation". Ceci ne peut sans doute prospérer que parce que la gauche lui a abandonné une partie de ce terrain.


Lecture complémentaire : FN : Sortir de l’euro créera du pouvoir d’achat