Taxe de solidarité intergénérationnelle


Extrait de : Pension municipale, transfert de compte, faillite, Michel Girard, La Presse, 30 mars 2011

À la suite de votre article sur le fait que tous les Québécois contribuent à la caisse de retraite des employés de la Ville de Montréal, je me demande si je peux déduire cette contribution de mon revenu pour réduire mes impôts. La question peut sembler farfelue, mais compte tenu du fait que les fonctionnaires peuvent réduire de leurs revenus imposables l'argent qu'ils mettent dans ledit fonds, je ne vois pas pourquoi je ne pourrais pas faire de même.

Après tout, il s'agit du même fonds dans les deux cas. Y aurait-il des règles d'imposition différentes selon qu'on est fonctionnaire ou travailleur? Je crois qu'il y aurait lieu d'imposer aux fonctionnaires de la Ville une taxe spéciale. On pourrait l'appeler Taxe de partage et de solidarité (TPS): elle servirait à offrir des avantages sociaux équitables à tous les travailleurs (vacances, retraite, maladie, etc.).
Gilles St-H.

R - La récente chronique «Québec doit-il contribuer aux caisses de retraite municipales?» a vraiment piqué au vif un grand nombre de lecteurs.

Ils n'ont pas digéré la décision du gouvernement Charest (prise en 2004) de financer à même les impôts de tous les contribuables québécois l'emprunt obligataire que la Ville de Montréal a contracté pour réduire le déficit actuariel des caisses de retraite de ses employés. Cet emprunt va coûter aux contribuables québécois la somme astronomique de 460 millions, au terme de l'entente en 2025. Ainsi, tous les contribuables de la province payent pour les régimes de retraite des employés de la Ville de Montréal. Et le gouvernement Charest a également conclu une entente de remboursement du déficit actuariel des régimes de retraite des employés municipaux de la Ville de Québec, nous refilant une facture additionnelle de 32 millions de dollars.

Quand on sait que les deux tiers des travailleurs ne bénéficient d'aucun régime de retraite d'employeur, il est choquant de voir qu'on prend les impôts de ces mêmes contribuables (et de tous les autres) pour financer les généreux régimes de retraite des employés des villes de Montréal et de Québec. 

Je trouve que ce serait effectivement une bonne idée de nous verser une sorte de compensation fiscale pour notre générosité envers les employés municipaux des deux grandes villes. Dommage qu'une si bonne idée ne puisse être retenue par les bonzes du gouvernement!


Comme nos politiciens aient préféré de choisir la paix syndicale que le bon sens économique en accordant des retraites dorées qui sont insolvables, par simple copinage entre le pouvoir syndical et le pouvoir politique.

Malheureusement, le Québec ne pourra pas éternellement augmenter sa dette publique de 13 milliards par année, il faudra que les politiciens redeviennent responsables ou d’autres vont nous obliger à le faire.

Taxe de solidarité intergénérationnelle :

Certains gouvernements ont été obligés d’assainir les finances et de rééquilibrer la distribution de richesse, une nouvelle taxe est apparue, taxe de solidarité intergénérationnelle.

Cette taxe est une taxe sur les retraites pour tous les employés à caractère public (gouvernement, municipalités, entreprises d’État).

Elle permet de rééquilibrer la distribution de richesse entre le secteur public et le privé et les futures générations.