4. Subventionner à 100 % les écoles privées

4.  Subventionner à 100 % les écoles privées

La Suède a systématisé et généralisé la coexistence d’écoles privées et publiques, en finançant totalement le privé.

Le principe est simple : le choix de l'école appartient aux parents et ils choisiront la meilleure école pour leurs enfants. Si l’école de quartier ne répond pas aux attentes des parents, ils peuvent opter pour une autre école, qu’elle soit publique ou privée.

En augmentant graduellement les subventions aux écoles privées du Québec, jusqu’à 100 % d’ici 5 ans, en contrepartie, ils auront l’obligation progressivement d’augmenter le nombre d’élèves en difficulté, au terme de 5 ans, ils ne pourront plus faire une sélection d’élève.

Le but rechercher est l’équivalent de la Suède, en subventionnant les écoles privées, la grande majorité des écoles publiques vont devenir des écoles autonome, ne pouvant pas compétitionner avec les écoles privés dans une structure bureaucratique et syndicale trop lourdes, ils seront obligés de se convertir en école autonome, sous peine de disparaître.

Automatiquement, il y a un d’écrémage naturel, les bons professeurs restent, les moins bons s’en vont, car la survie de l’école en dépendra.



 

La recette redoutable de Québec Droite en éducation en 5 étapes :

 

1.  Casser la formule RandÉducation réforme 5 étapes

2.  Instaurer les écoles autonomes

3.  Engager les professeurs contractuellement

4.  Subventionner à 100 % les écoles privées

5.  Donner des chèques d’éducations aux parents