Héroux-Devtek suit Bombardier au Mexique


Typique de la mondialisation, un autre se dirige vers le Mexique.

Avec la règle du jeu économique actuelle, la désindustrialisation est notre destin. A la place d'une économie, un désert..., des chômages persistants dans les pays industriels.

Depuis une trentaine d'années, les états ont lâché la bride aux entreprises et ont poussé comme des forcenés à l'ouverture des frontières, se ralliant au panache malsain de l'OMC, pendant que les coûts et les temps de transport baissaient massivement grâce au conteneur et qu'Internet fluidifiait le transfert d'information.

Les grandes entreprises ont très vite compris l'intérêt stratégique de la globalisation

1.      possibilité de baisser fortement les coûts de production en délocalisant dans les pays émergents, et,

2.      en un double effet kiss cool, possibilité de freiner voire de bloquer les hausses de salaire dans les pays occidentaux grâce à l'épée de Damoclès de ladite délocalisation.

La globalisation a boosté de façon formidable les profits des entreprises, et contribue à expliquer que la part des salaires dans la valeur ajoutée se soit rétrécie comme une peau de chagrin.

De plus en plus d'entreprises sont même devenues « fabless », ne s'encombrant plus d'usines et d'ouvriers, mais transférant leur production à des entreprises de pays émergents. Elles combinent ainsi prix de vente élevés, coûts faible, et souplesse totale de la production.

La délocalisation permet non seulement d'exploiter un différentiel de coûts, mais aussi de contourner les règles de protection sociale des pays occidentaux.

Même les entreprises éventuellement réticentes à délocaliser sont obligées de le faire pour ne pas perdre pied dans la concurrence internationale, nous avons le cas type de Héroux-Devtek .

La globalisation a ainsi créé une divergence dramatique entre l'intérêt des entreprises et celui des pays où elles ont leur siège. Entre le profit des unes et l'emploi des autres, la messe est dite. Une utopie mal intégrée, seul le profit compte, le reste est sans importance.

Elle brise le lien avec le pays qui la vus naître et aucune morale seul le profit compte, demander à Héroux-Devtek combien de pièces qui vont être fabriqué au Mexique et ont été développés au Canada, grâce au crédit d’impôt du Québec et du Canada ?

Il est grand temps d’avoir un protectionnisme raisonné et raisonnable
pour contrecarrer une mondialisation débridée.


Extrait de : Héroux-Devtek suit Bombardier au Mexique, Marie Tison, La Presse, 26 avril 2011

Héroux-Devtek est le premier fournisseur québécois d'importance à suivre Bombardier au Mexique, une décision qui inquiète les employés du fabricant de trains d'atterrissage et d'aérostructures.

«C'est insécurisant pour tout le monde», a lancé le représentant national des Travailleurs canadiens de l'automobile et des travailleurs de l'aérospatiale du Québec, Pierre Laberge, en entrevue avec La Presse Affaires.

Le président et chef de la direction d'Héroux-Devtek, Gilles Labbé, a annoncé hier la construction d'une usine de fabrication de pièces d'aérostructure à Querétaro, au centre du Mexique, «à distance de marche» de l'usine de Bombardier, mais aussi de celle d'un autre client, Messier-Dowty. Meggitt est installé dans le même parc industriel. Héroux-Devtek a déjà collaboré dans le passé avec ce fabricant de freins et de pneus pour offrir des ensembles complets aux clients. Eurocopter vient tout juste d'annoncer l'établissement d'une usine à Querétaro. D'autres clients actuels et potentiels sont installés ailleurs au Mexique, comme Bell Helicopter et Cessna, établis à Chihuahua, dans le nord du pays.

«Nous voulons croître avec les clients qui sont déjà là et ceux qui vont arriver bientôt, a déclaré M. Labbé au cours d'une entrevue téléphonique avec La Presse Affaires. Nous voulons leur offrir des produits à meilleurs coûts.»

Évidemment, que font nos politiciens qui sont en pleine campagne, rien !

Ah oui, M. Harper pense qu’en baissant de 1 % les impôts des grandes industries canadiennes vont rester ou venir au Canada.

M. Harper à la place de favoriser les profits gargantuesques des multinationales, pourquoi vous n’attaquez le problème à la source, une mondialisation débridée, peut-être? à moins bien sûr que votre caisse électorale bien garnie proviennent justement de ces tiers.

J’ai sérieusement besoin d’une Marine Le Pen canadienne pour faire brasser la cage devant nos politiciens oligarchiques.

Bombardier est un client particulièrement important: en février dernier, Héroux-Devtek a signé un contrat de 175 millions de dollars pour la fourniture de diverses pièces, comme des nervures et des longerons d'ailes, des cadres de fuselage et d'autres composants de structure. Ce contrat renouvelait certaines ententes existantes, mais il incorporait aussi de nouveaux programmes, comme la CSeries et le Learjet 85.

Investissement de 20 millions

Dans le cadre d'un investissement de 20 millions de dollars, Héroux-Devtek entreprendra la construction de son usine de 47 200 pieds carrés à Querétaro dès ce printemps. L'usine, qui devrait employer de 30 à 50 personnes, devrait fabriquer ses premières pièces au début de 2012. Héroux-Devtek espère agrandir l'usine plus tard pour faire passer sa superficie à 150 000 pieds carrés.

L'entreprise pourrait alors y fabriquer des trains d'atterrissage et y assembler des systèmes d'aérostructures.

«On savait que ça s'en venait pour une petite usine, mais ils ne nous avaient jamais parlé d'une possible expansion, a déclaré M. Laberge. Ça va prendre quelle ampleur? On ne sait pas, c'est inquiétant.»

Il a noté qu'Héroux-Devtek avait attendu la conclusion de conventions collectives avec les TCA-Québec à ses usines de Dorval et de Longueuil avant d'annoncer la construction de l'usine mexicaine. Selon lui, une telle annonce aurait pu avoir des conséquences sur les négociations.

«Il y aurait peut-être eu des demandes spécifiques pour conserver le maximum de travail au Canada», a-t-il déclaré.

Le PDG rassurant

M. Labbé a assuré que le transfert de production au Mexique ne se fera pas aux dépens des usines d'Héroux-Devtek au Canada et aux États-Unis.

Au départ, ce transfert touchera surtout de petites pièces et des pièces de taille moyenne actuellement produites à l'usine de Dorval.

«Nous allons remplacer ce travail par du nouveau travail, a soutenu M. Labbé. Ça ne diminuera pas le nombre d'emplois. D'après nous, ça va sécuriser l'emploi.»

Bien sûr ! prend le peuple pour des lanternes.

Il a expliqué qu'Héroux-Devtek avait de meilleures chances de remporter des mandats s'il fabriquait une partie des composants au Mexique.

Le manufacturier pourrait éventuellement construire une usine en Pologne, suivant ainsi l'exemple de Pratt&Whitney Canada.

«C'est encore quelque chose que nous étudions, mais ce n'est pas pour demain, a déclaré M. Labbé. Pour l'instant, nous avons beaucoup de boulot avec le Mexique.» 

Les analystes ont bien accueilli l'annonce de la société Héroux-Devtek, la qualifiant de manoeuvre stratégique.

Le marché s'est toutefois montré un peu tiède: le titre a perdu 5 cents pour clôturer à 8,25$ à la Bourse de Toronto hier.


22/02/11

Eric Laurent, Le scandale des délocalisations, l'ouvrage montre que bien souvent, le choix de délocaliser n'est économiquement pas fondé et crée plus d'effets négatifs que d'avantages pour l'entreprise.  L'enquête révèle également comment des politiques, impuissants et dépourvus de courage, s'efforcent de cacher à l'opinion la gravité du phénomène, 1 x livre.

21/02/11

Les constructeurs craignent le libre-échange, les dirigeants de l'industrie canadienne de l'automobile veulent qu'Ottawa mette un frein aux pourparlers de libre-échange avec l'Union européenne et la Corée du Sud, L'industrie serait menacée par la force du dollar et la compétition croissante de pays où les coûts de production sont moindres, comme le Mexique.

09/02/11

Querétaro (Mexique) : La mondialisation sauvage et la délocalisation du savoir, vous pensez que l’on délocalise seulement le manufacturing industriel, bienvenue dans la vraie vie, la phase 2 de la mondialisation, la délocalisation du savoir.

L'État de Querétaro au Mexique, GE Developpment, 2 x graphiques + 1 x vidéo. Coût comparatif entre un employé chinois et Nord américain.

03/02/11

Dumping social (Définition), les salaires et les prestations sociales des pays riches ne soient contraints à la diminution par la compétition considérée déloyale des pays aux plus faibles coûts du travail (dont le coût de la main-d'œuvre fait partie) et considérés comme les moins avancés en matière de protection sociale (concept occidental). Cette menace de dumping social qui pèserait sur les économies des pays développés entraînerait un phénomène de diminution massive de l'emploi pour l'industrie des pays développés.

01/02/11

Les conséquences de la mondialisation : dumping social, fiscal et environnemental, à compter du moment où le contrôle des changes a été supprimé, les détenteurs de capitaux ont pu décider librement de les transférer dans les pays les plus « accommodants », pratiquant une fiscalité faible et appliquant des règles sociales, Paysan Savoyard.