Le Plan Nord va coûter cher


Extrait de : Le Plan Nord va coûter cher, dit Rio Tinto, Jean-François Cloutier,Argent, 6 avril 2011

L’un des plus grands employeurs dans le nord du Québec met en garde contre un excès d’enthousiasme relié au Plan Nord du gouvernement Charest, soulignant que les coûts de construction de nouvelles infrastructures pourraient s’avérer très élevés.

De passage devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, le pdg du géant britannique Rio Tinto, Tom Albanese, a dit qu’il y avait loin de la coupe aux lèvres avant que de nouveaux projets miniers voient le jour dans la foulée de la découverte de nouveaux gisements de métaux.

«J’ai longtemps été géologue et je puis attester que le sous-sol du nord du Québec est très riche. Cela dit, les sommes requises pour développer des projets miniers dans le Grand Nord sont considérables pour amener la ressource dans les mains des consommateurs », a-t-il expliqué.

M. Albanese a donné l’exemple d’une mine de diamants exploitée par Rio Tinto dans les Territoires du Nord-Ouest. «Cela n’est pas trop mal parce que nous sommes en mesure de transporter les diamants par avion. Mais si on découvre un gisement de fer ou de cuivre dans un territoire difficile d’accès, c’est une autre histoire», a-t-il mentionné.

Il faut construire la mine, des routes, établir des collectivités, a-t-il expliqué. «Ce sont des coûts énormes», a-t-il dit.

M. Albanese a ajouté que le Québec et le Canada étaient désavantagés par rapport à l’Australie, dans la mesure où le gros de la demande croissante pour les métaux provenait de l’Asie. Or, les importants coûts de transport par bateau font en sorte que les projets développés au Québec doivent être à la base plus rentables que les australiens pour intéresser Rio Tinto.

«Cela n’a guère de sens de construire de nouvelles mines de fer pour l’Europe ou l’Amérique du Nord, où la demande est stagnante, voire en baisse», a-t-il mentionné.

M. Albanese a aussi précisé que les conditions climatiques rendaient coûteuse l’implantation des minières dans le Grand Nord. « La saison où nous pouvons pleinement opérer est très courte », a-t-il souligné.

Les prix pourraient baisser

Le grand patron de Rio Tinto a également signalé que le prix très élevé des métaux entraînait l’intérêt d’acteurs non traditionnels, mais que cela ne durerait pas éternellement.

« Le marché est efficace. Pendant longtemps, le prix des métaux a été très bas. Maintenant il est élevé, mais il faut s’attendre tôt ou tard à ce que l’accroissement de l’offre vienne rétablir l’équilibre», a-t-il dit. M. Albanese a précisé que son groupe préférait se concentrer sur des projets de qualité qui seront rentables à long terme.

Donc la prudence est de mise.

Le site internet du Parti libéral du Québec parle du Plan Nord comme du plus ambitieux et important projet de développement de l’histoire du Québec.

Typiques des Libéraux, ils sont assez brillants d'emprunter pour construire des routes (pour satisfaire ces bons amis) pour des mines non rentables, exemple de La Romaine ou le coût d'opération est plus cher que le coût de vente de  l’électricité.

Annoncé par Jean Charest en septembre 2008, ce projet, qui est toujours sur la table à dessin, prévoit le développement d’un million de kilomètres carrés, situés au nord du 49e parallèle.