ADQ - PRIVATISER LA SOCIÉTÉ DES ALCOOLS DU QUÉBEC (SAQ) – Proposition 13

Tout à fait d’accord que la SAQ soit privatisé, ce n’est pas à l’État de s’occuper de la vente de boisson, quelle impose une taxe sur la vente sur l’alcool, cela suffit !

Pas convaincu, que la vente de la SAQ suffit à compenser les pertes du RRQ ?

Mais, peu importe la solution proposée, il fait réduire l’iniquité de distribution richesse intergénérationnel.


PROPOSITION 13 : PRIVATISER LA SOCIÉTÉ DES ALCOOLS DU QUÉBEC (SAQ)

Commission des Jeunes

Contexte

En raison de l’augmentation de l’espérance de vie, de la baisse du taux de natalité et des départs hâtifs à la retraite, le Régime des rentes du Québec est devenu inefficace. En plus de poser un important problème d’équité intergénérationnelle, les hausses de cotisations n’arriveront pas à éponger les pertes de la Caisse de dépôt et de placement du Québec. Si rien de plus n’est fait, il est prévu qu’en 2037, le fonds auquel auront cotisé les jeunes travailleurs québécois sera à sec.

Enjeux

Une des solutions qui s’offrent au peuple québécois est de passer graduellement d’un régime des rentes public à un régime privé. Ce faisant, le gouvernement règlerait un grave problème d’équité intergénérationnel, puisque le régime actuel défavorise grandement les jeunes.

Cependant, à mesure que les travailleurs québécois quitteront le régime public pour se tourner vers le privé, il sera toujours plus difficile pour le gouvernement de verser les prestations promises aux travailleurs déjà retraités qui auront cotisé au régime public toute leur vie. Voilà pourquoi la vente graduelle d’une société d’État devient nécessaire afin que la transition ne désavantage pas la génération précédente au profit des jeunes.

Proposition

La Commission des jeunes propose qu'un gouvernement de l’Action démocratique du Québec appuie la transition d’un régime des rentes public vers un régime privé de la façon suivante :

a) Selon le contexte et les besoins prévus, il privatisera graduellement la SAQ et utilisera les profits réalisés pour verser les prestations promises aux travailleurs retraités ayant cotisé toute leur vie au régime public des rentes du Québec.

b) Il conservera le monopole du contrôle de la qualité des produits, afin de garantir la sécurité du public.


Lectures complémentaires :

1.      La SAQ vit sur une autre planète

2.      L'insatiable soif de la SAQ

3.      Prisonniers de la SAQ


 

  1. gravatar

    # by Anonyme - 24 mai 2011 à 00 h 45

    C'est brillant, on garde ce qui n'est pas payant ,soit le contrôle dem la qualité...
    On ira loin avec des idées comme celle là.