Commentaire sur le congrès de l’ADQ !

Toujours un excellent congrès.

Les gens de l’ADQ savent que mes convictions auront une tendance plus à droite que la moyenne, d’autres adéquistes seront plus centrés. Et c’est parfait comme cela, pour avoir un bon débat, il faut avoir des gens ayant différentes positions. Dites-vous bien, si tout le monde pense pareil, la réflexion ne vole pas haut, ce qui est important c’est que la résultante donne une position centre-droite.

On sait tous, si on ne corrige pas sérieusement nos  finances et notre compétitivité, le Québec se dirige inexorablement dans un mur, si personne n’ose le dire à forte voix, on risque de se faire avertir sérieusement par les agences de notations ou se faire décoté.

Sous tutelle financière, les décisions prises par les financiers étrangers vont vous semblez drôlement plus extrêmes droites que celle proposée par l’ADQ dans ce congrès.

Ce que je déplore, c’est le temps accordé pour amender les propositions en atelier, l’atelier que j’ai choisi avait 8 propositions, ce qui donne en moyenne  15 minutes par proposition, 3 à 4 interventions et le temps est déjà écoulé, ce qui est nettement insuffisant,  conséquence les propositions sont mal ficelées et en plénières, ils risquent d’être renvoyé à la commission politique.

De plus, certaine proposition ont un impact majeur sur la société, accordée 15 minutes, ça revient plus à dire à une discussion d’opinion, qu’une discussion ayant de la rigueur et de l’objectivité. C’est comme quelqu’un qui tente de vous vendre un plan d’affaire en 15 minutes impliquant des milliards, pour la prochaine fois, il faudra faire plus attention sur le nombre de propositions par atelier.

La proposition qui m’intéressait le plus, c’est celle :

6. REVOIR LA GESTION DES CAISSES DE RETRAITES DU SECTEUR PUBLIC

Un gouvernement de l’Action démocratique du Québec :

·         Modifiera la composition du conseil d’administration de la CARRA de façon à ce qu’il soit représentatif des bénéficiaires des régimes de retraite de la fonction publique;

·         Confiera à la CARRA la gestion complète des caisses de retraite des employés du secteur public québécois;

·         Fixera dans une loi le taux de cotisation que l’État sera tenu de verser pour financer sa part des coûts de ces régimes;

·         S’assurera que l’État respecte ses engagements à l’égard du déficit actuariel qui existera au moment de l’entrée en vigueur de ces dispositions.

Mon but était d’éliminer le dernier paragraphe, ‘ s’assurera que l’État respecte ses engagements à l’égard du déficit actuariel ’, car tous ceux qui connaissent le dossier des régimes de prestations déterminées savent que c’est insolvable.

J’ai expliqué ma position sur l’accroissement des déficits actuariels qui vont être insoutenables financièrement.

1.      Pas assez de cotisants.

2.      Un rendement inférieur du  marché

3.      Une plus grande longévité

4.      Et une pleine pension qui est accordée dans un délai beaucoup trop court, 30 à 32 ans.

En éliminant le 4e paragraphe, on éliminait la notion, ‘respecte ses engagements à l’égard du déficit actuariel’.

Dus au nombre de minutes accordé, la dernière intervention étant dans ce style.

‘On ne fera pas comme Lucien Bouchard d’avoir coupé les salaires du secteur public de 25 %, nous on va respecter nos engagements.’

Remarquez, s’il y avait eu plus de temps, j’aurais pu lui dire que ce n’est pas lui qui a pris la décision, mais les financiers new-yorkais qui lui ont imposés, sans cela il se faisait décoté.

Je comprends très bien sa position, en politique, ouvrir cette boîte de Pandore, c’est tout probablement un suicide politique. Mais inévitablement, un jour ou l’autre, il faudra arrêter de jouer à l’autruche, car si on ne corrige pas la situation les agences vont nous obliger à la faire.

Par chance, la proposition 6 a été scindée en deux, et les trois derniers paragraphes ont été renvoyés à la commission politique, espérons que le dernier paragraphe ne se retrouve pas sur la nouvelle version.

Pour le reste très bon débat, et je félicite les jeunes qui ont à cœur l’intérêt du Québec et leurs propres intérêts, je vous supporte à 100 %.

Nous avons besoin de sérieux changements pour que le Québec de tel Congrès va dans la bonne direction.

Q.D.