Bombardier célèbre en douce ses cinq ans au Mexique

C’est évident qu’on ne claironne pas dans le monde entier, la délocalisation.

Que reste-t-il au Canada ?

Un semblant de production en utilisant les composantes provenant des pays émergents et de la recherche et développement financé à même nos crédits d’impôt.

Qui sont les dindons de la farce ?


Extrait de : Bombardier célèbre en douce ses cinq ans au Mexique, Martin Jolicoeur . les affaires.com . 03-06-2011

Sans tambour ni trompette, Bombardier a célébré en grand, le mois dernier, son cinquième anniversaire d’activités au Mexique.

La cérémonie s’est déroulée à Querétaro, le 2 mai, en présence de dignitaires et des 1 600 employés de son usine mexicaine. Une cérémonie d’envergure donc qui  sera passée complètement inaperçue dans la presse financière nord-américaine.

Et pour cause. Un communiqué de presse, daté du 6 mai dernier (4 jours après l’événement), a été ajouté sur le site web de l’entreprise canadienne. Mais contrairement à son habitude, Bombardier n'a pas diffusé ce même communiqué sur les fils de presse (MarketWire, CanadaNewsWire CNW, etc.) auxquels sont abonnés les différentes entreprises de presse du Canada et des États-Unis.

Résultat : malgré l’importance de l’événement, bien peu de gens auront remarqué la croissance fulgurante que Bombardier connaît au Mexique. D’une équipe modeste de quelque 160 employés il y a cinq ans, l’usine de Querétaro a multiplié depuis par dix l’importance de son effectif mexicain.

Discrétion inhabituelle

Questionnée sur les raisons qui motivent cette discrétion , la porte-parole de Bombardier Aéronautique, Haley Dunne, jure qu’elle n’était en rien stratégique et qu’elle ne pourrait, de ce fait, faire partie d’une quelconque stratégie de communication visant à faire oublier sa présence grandissante en territoire mexicain.

« Cette discrétion n’était pas intentionnelle. Au contraire, a-t-elle dit, nous sommes très fiers de ce que nous accomplissons au Mexique depuis cinq ans. »

Après vérification, Bombardier a expliqué que le dossier avait été géré par le département des relations publiques de l’entreprise au Mexique. Ce dernier se serait occupé de diffuser la nouvelle aux journalistes du Mexique, mais ne l'aurait pas la diffusée sur les fils de presse de l’extérieur du pays, jugeant cette information d’intérêt trop local.

Shure …


Lectures complémentaires :

22/02/11

Eric Laurent, Le scandale des délocalisations, l'ouvrage montre que bien souvent, le choix de délocaliser n'est économiquement pas fondé et crée plus d'effets négatifs que d'avantages pour l'entreprise.  L'enquête révèle également comment des politiques, impuissants et dépourvus de courage, s'efforcent de cacher à l'opinion la gravité du phénomène, 1 x livre.

22/02/11

Destruction of an economic ecosystem, real industries are not abstract aggregates; they are complex ecosystems of suppliers and supply chains, skills and customer relationships, long-term investments and returns. Deindustrialization is thus a more complex process than is usually realized. It is not just layoffs and crumbling buildings;  industries sicken and die in complicated ways, 1 x livre + 1 graphique.

09/02/11

Querétaro (Mexique) : La mondialisation sauvage et la délocalisation du savoir, vous pensez que l’on délocalise seulement le manufacturing industriel, bienvenue dans la vraie vie, la phase 2 de la mondialisation, la délocalisation du savoir. 2 graphiques, coût emplois.

09/02/11

La stratégie de la terre brûlée - Mondialisation, la délocalisation permet non seulement d'exploiter un différentiel de coûts mais aussi de contourner les règles de protection sociale des pays occidentaux. La globalisation a ainsi créé une divergence dramatique entre l'intérêt des entreprises et celui des pays ou elle ont leur siège. Entre le profit des unes et l'emploi des autres, la messe est dite, très bon texte.