En Grèce les banques exigent des mesures d’austérité brutales


Extrait de : En Grèce les banques exigent des mesures d’austérité brutales, Patrick O’Connor, WSWs, 2 juin 2011

Des responsables de la Banque centrale européenne (BCE), du Fonds monétaire international (FMI) et de l’Union européenne (UE) ont été envoyés cette semaine à Athènes afin de mettre au point avec le gouvernement grec des plans pour une nouvelle série de mesures d’austérité brutales.

La première série d’une vague de licenciements dans le secteur public, de réduction des salaires et de destruction des programmes de santé et d’infrastructure sociale a appauvri de vastes couches de la population grecque sans réussir pour autant à satisfaire les banques européennes. Celles-ci exigent à présent le contrôle de l’économie du pays avec pour ce faire des représentants de la BCE, du FMI et de l’UE (qu'on appelle la troïka) désignés pour gérer directement un programme de privatisation qui fera que les biens publics de la Grèce seront liquidés et leurs recettes transférées aux banques.

Grèce - AustéritéLa préoccupation principale de l’Union européenne et du gouvernement social démocrate grec du premier ministre George Papandreou est de parachever les termes du financement complémentaire – apparemment de 12 milliards d’euros (17 milliards de dollars) d’ici la fin du mois – nécessaire au remboursement du service de la dette pour éviter toute défaillance. Un autre financement d’environ 30 milliards d’euros sera nécessaire l’an prochain et davantage encore en 2013. La Grèce n’avait pas atteint les objectifs budgétaires fixés l’année dernière lorsque le FMI et les gouvernements de la zone euro avaient fourni une enveloppe de prêts s’élevant à 110 milliards d’euros. On s'attendait à ce que le pays réintègre d’ici 2012 les marchés obligataires privés mais ceci ne peut plus être considéré comme étant réaliste.

La pièce maîtresse du nouveau plan de sauvetage est une poussée de privatisations qui devrait recueillir 50 milliards d’euros d’ici 2015. Les entreprises de service public de l’eau et de l’énergie, des ports, des banques, l’ancien monopole des télécommunications, les entreprises ferroviaires et autres telles l’Opap, la plus importante société européenne de loterie et de paris sportifs, seront compris dans la vente. Il y aura de plus d’autres réductions considérables des dépenses – plus de 6 milliards en l’espace de douze mois, l’équivalent de 2,8 pour cent du produit intérieur brut grec – et des hausses d’impôts régressives ciblant la classe ouvrière.

Le Financial Times a rapporté dimanche que les nouveaux prêts seraient conditionnels à une « intervention extérieure sans précédent dans l’économie grecque y compris une participation internationale dans la perception des impôts et la privatisation des actifs de l’Etat. » Hier, le quotidien grec Kathimerini a ajouté: « La troïka a insisté pour que ses représentants aient leur mot à dire dans les décisions [de l’agence mise en place pour l’application des privatisations] et qu’ils soient en mesure de bloquer toute action qu’ils désapprouvent. Ils ont également exigé qu’aucun représentant du gouvernement ne soit autorisé à participer à l’agence et que toutes les décisions prises par elle soient protégées par la loi de manière à ce qu’elles ne puissent être annulées plus tard par un autre gouvernement. »

Ici, on a affaire à une pure tutelle de l’économie Grec par la troïka

Ces développements extraordinaires montrent clairement que l’oligarchie financière européenne se dispense de tout semblant de normes démocratiques fondamentales et du principe de souveraineté nationale en Grèce.

La population est massivement opposée aux mesures proposées. Au cours de cette dernière semaine, de jeunes étudiants et des travailleurs se sont rassemblés devant le parlement grec. Se décrivant eux-mêmes comme des « indignés », pour reprendre le mouvement de protestation espagnol « Los Indignados », les jeunes se sont organisés indépendamment des syndicats et des partis politiques parlementaires au moyen des sites internet et des réseaux sociaux.

Grèce - Austérité - 1L’on estime à 50.000 le nombre de personnes qui ont manifesté dimanche à Athènes. « Les quelques banderoles visibles dans la foule portaient des slogans qui ne faisaient aucune allégeance à un parti politique et qui soulignaient l’absence de syndicats et d’associations organisant d’habitude les protestations en Grèce, » a remarqué un article paru dans Kathimerini. Depuis, plusieurs dizaines d’étudiants et de chômeurs occupent un campement de tentes sur la place centrale de la ville.

Les syndicats ont joué un rôle crucial dans l’application des mesures d’austérité UE-FMI en contribuant à désamorcer l’opposition de masse existant au sein de la classe ouvrière contre le gouvernement Papandreou. Une série de grèves générales de 24 heures avaient été organisées l’année dernière par les syndicats. Celles-ci avaient été prévues comme des gestes symboliques permettant aux travailleurs d'exprimer leur colère sans pour autant affecter l’application des coupes sociales.

De nouvelles grèves sont prévues en juin, avec le syndicat de la fonction publique ADEDY appelant à une manifestation samedi prochain. Le chef d’ADEDY, Ilias Iliopoulos, a expliqué ouvertement que son souci majeur est d’empêcher l’émergence d’un mouvement de la classe ouvrière dépassant le contrôle des syndicats. « Le pays va exploser s’ils poursuivent cette politique incluant toutes ces mesures à l’encontre des gens, » a dit Iliopoulos la semaine dernière sur le site internet EuroNews.

« Il y aura une résistance publique, une réaction à l’issue incontrôlable. »

Tout à fait d’accord, le peuple n’embarquera pas juste pour sauver la peau des banques étrangères, surtout sans une issue économique réelle.

Grèce - Austérité - 2

Le premier ministre a lancé un appel à l’establishment politique leur demandant de serrer les rangs derrière le programme d’austérité. Ces derniers jours, Papandreou a tenu des réunions avec les dirigeants de la plupart des partis parlementaires grecs dont le chef de l’opposition, Antonis Samara, du Nouveau parti démocrate droitier ainsi qu’avec ceux du Parti communiste stalinien et du parti d’extrême-droite LAOS. Samaras a déclaré qu’il ne soutiendra pas les mesures du gouvernement au motif qu'il accepte la rigueur mais s'oppose à l’augmentation des impôts. Il recommande au contraire de ramener l’impôt sur les sociétés à 15 pour cent.

Samaras subit la pression des banquiers européens pour appuyer de façon inconditionnelle la politique de Papandreou, avec le commissaire européen aux Affaires économiques, Olli Rehn, déclarant qu’il était « essentiel » que toutes les parties se mettent d’accord.

La crise révèle ainsi davantage les divisions profondes qui existent entre les puissances européennes. Le gouvernement allemand fait pression pour le versement de prêts supplémentaires à la Grèce qui soient subordonnés à une forme de restructuration de la dette en incluant une modification des termes de remboursement pour les créanciers privés. La Banque centrale européenne s'y oppose, mettant en évidence les mises en garde des agences de notation, à savoir que toute restructuration serait taxée d’« événement de crédit », c’est-à-dire correspondant potentiellement à un défaut de paiement.

Le Wall Street Journal a rapporté: « La BCE a mis en garde haut et fort qu’une restructuration de la dette, aussi modérée soit-elle, pourrait causer un effondrement du système bancaire de la Grèce et semer la panique financière dans les pays endettés de la périphérie en Europe. »

Les responsables de la BCE ont vivement critiqué les responsables allemands. Le membre du directoire de la Banque centrale européenne, Lorenzo Bini Smaghi, a dit au Financial Times qu’une « restructuration de dette ou une sortie de l’euro serait comme une condamnation à mort – une peine que nous avons abolie dans l’Union européenne. » Qualifiant une restructuration « ordonnée » de la dette grecque de « conte de fée », Bini Smaghi a ajouté que tous ceux qui avaient à la mi septembre 2008 imaginé que l’impact serait gérable étaient comme « ceux qui à la mi septembre 2008 disaient que les marchés avaient été pleinement préparés pour la faillite de Lehman Brothers. » 

La BCE et les banques françaises figurent parmi les plus exposées à une restructuration de la dette grecque alors que les banques allemandes seraient exposées à une perte bien moindre (« hair cut », le non remboursement d’une partie de la dette) et qui, plus est, s’attendraient fort probablement à être subventionnées pour toute perte encourue par le gouvernement de la chancelière Angela Merkel. L’avantage escompté par une restructuration grecque en ce qui concerne l’Allemagne et ses alliés plus petits de la zone euro est que la démarche pourrait potentiellement réduire le montant de leurs fonds publics canalisés vers les banques françaises et d'autres puissances rivales.

Les différends entre BCE, France, Allemagne, ne sont pas pour ramener une croissance économique au Grec pour s’en sortir, mais pour sauver leurs banques.

L’on ne s’attend pas à ce que ces différends puissent être résolus avant les réunions clé du 20 juin impliquant les ministres des Finances de la zone euro et celles, des 23 et 24 juin, impliquant les chefs d’Etat et de gouvernements de l’UE.

Aucune des puissances rivales ne dispose d’une réponse à la crise du système bancaire européen qui va en s’aggravant. Les craintes se multiplient pour les dettes en Irlande, au Portugal, en Espagne et dans d’autres économies avec des appels de plus en plus nombreux en faveur de nouvelles mesures d’austérité s’ajoutant à celles qui ont déjà produit un déclin historique des salaires et des conditions de vie de la classe ouvrière.

Quelles que soient leurs différends, les principales puissances sont toutes d’accord sur la nécessité que la classe ouvrière européenne paie la crise économique. L’offensive menée par l’oligarchie financière se heurte à une résistance croissante partout en Europe, avec le mouvement anti-austérité espagnol qui s'est inspiré des soulèvements arabes, déclenchant à son tour des actions identiques dans plusieurs pays européens.

Et l’histoire ne fait que commencer !


  1. gravatar

    # by Anonyme - 5 septembre 2011 à 17 h 24

    I needed to thanks for this wonderful examine!! I surely taking pleasure in every single tiny little bit of it I've you bookmarked to verify out new things you post…