Les syndiqués d'Hydro-Québec s'y opposent

Sans commentaire !


Extrait de : Les syndiqués d'Hydro-Québec s'y opposent, Charles Lecavalier, le Journal de Montréal, 19/07/2011

Alors qu’Hydro-Québec prévoit procéder prochainement à l’installation de compteurs contrôlés à distance, la société d’État devra d’abord convaincre le syndicat de ses employés, qui s’oppose fermement au projet.

Le Syndicat des employés de techniques professionnelles et de bureau d’Hydro-Québec (SCFP-2000) a annoncé mardi qu’il s’oppose coûte que coûte aux compteurs à distance que compte installer Hydro-Québec.

« Nous ne sommes pas contre le progrès, mais on trouve que de dépenser 1 milliard $ et de faire perdre 1000 emplois avec un projet [basé] sur une présomption, c’est inacceptable », a affirmé la présidente de l’aile québécoise du syndicat canadien de la fonction publique (SCFP-Québec), Lucie Levasseur.

Le syndicat demande ainsi à ce que la Régie de l’énergie tienne des audiences publiques sur le sujet puisqu’il doute de la rentabilité du projet.

« Hydro-Québec soutient qu’elle fera des économies de 300 millions $ en installant des compteurs à distance, mais nous croyons qu’elle sous-estime le coût du projet, et qu’elle surestime le coût du système actuel de compteurs manuels », a ajouté Pierre-Guy Sylvestre, économiste au SCFP-Québec.

Selon le syndicat, 800 emplois directs seraient en danger. Ginette Paul, présidente du SCFP-2000, admet toutefois que 500 d’entre eux seraient plutôt intégrés dans d’autres unités d’Hydro-Québec.

Hydro-Québec a récemment déposé à la Régie de l’énergie les détails de son projet de remplacement des 3,8 millions de compteurs électriques. Près de 50 % des compteurs électromécaniques ont dépassé leur espérance de vie utile de 25 ans.