Notation : le monde selon Dagong


Extrait de : Notation : le monde selon Dagong, Alternatives Economiques, n° 304 - juillet 2011

Voici un an que l'agence de notation chinoise Dagong s'est lancée dans le rating des dettes souveraines, pour faire entendre la voix chinoise dans un concert dominé par Standard and Poors, Moody's et Fitch.

Le regard de Dagong bouleverse sensiblement l'ordre du monde établi par les grandes agences de rating, particulièrement le haut de la hiérarchie. Alors que les Etats-Unis, le Royaume-Uni ou la France bénéficient toujours selon les agences occidentales de la note AAA, représentant la sécurité maximale pour les investisseurs, Dagong est plus avare de ses très bons points.

Seuls sept pays sont gratifiés d'un AAA pour leur dette en monnaie locale (Norvège, Danemark, Luxembourg, Suisse, Singapour, Australie et Nouvelle-Zélande).

Même l'Allemagne n'en est pas jugée digne, mais elle arrive dans le groupe juste derrière (AA+), où elle voisine avec… la Chine.

La dette de la France est nettement moins bien notée (AA-) et a été placée sous " observation négative " par Dagong le mois dernier. Quelques jours auparavant, l'agence chinoise avait abaissé la note du Royaume-Uni de AA- à A+, comme elle l'avait fait quelques mois plus tôt pour celle des Etats-Unis.

Si ces annonces n'ont guère ému les marchés, le point de vue de Dagong n'est pas à prendre à la légère.

Parce qu'il est étayé par de solides arguments en termes de niveau et d'évolution de la dette et de croissance potentielle, comme le souligne Patrick Artus. Mais aussi parce que la Chine est un des principaux créanciers de la planète.


Table 1 Release of Dagong Surveillance Ratings

Credit Ratings for 50 Countries and Regions by Dagong

 


Table3 Credit Ratings for 67 Countries and Regions

Je suis d’accord avec Dagong pour le classement du Canada (AA+), le gouvernement fédéral se gargarise qu’il contrôle ses  déficits, mais ils les  camouflent sur le dos des provinces qui cumulent des déficits structurels.

Ex : La santé est sous juridiction provinciale, les provinces cumulent des déficits à cet égard, tandis que le fédéral ne fait qu’un transfert de fonds inférieur aux besoins réels.

De plus, le secteur manufacturier canadien est pris en souricière, les Chinois qui produisent à moins chers et les Américains qui sont les plus productifs au monde et font du protectionniste.

C’est pourquoi quand vous examinez la dette/habitant des Canadiens, elle est une des plus élevées au monde, donc elle ne mérite pas plus que AA+.