UE-27 : une étrange puissance économique et commerciale


Extrait de : UE-27 : une étrange puissance économique et commerciale par Pierre Verluise, Directeur de recherche à l’IRIS, Directeur du site géopolitique www.diploweb.com

L’Union européenne à 27 est souvent présentée comme une « puissance économique et commerciale ». Cette affirmation – flatteuse – mérite d’être questionnée afin d’approcher une réalité toute en nuances. Sans prétendre à l’exhaustivité,

·         considérons successivement le PIB,

·         le PIB par habitant,

·         le commerce intra et extra UE-27 puis son évolution.

1. UNE PUISSANCE ÉCONOMIQUE… RELATIVE

Recourons aux données consolidées publiées par Eurostat dans son annuaire le plus récent2.3

A la différence d’Eurostat, nous utiliserons l’expression «espace UE-27» pour désigner l’ensemble de pays formé par les 15 anciens États membres et les 12 candidats à une date antérieure à leur adhésion effective, le 1er mai 2004 ou le 1er janvier 20074.

Commençons par le graphique « Espace UE-27, UE-27, zone euro, Japon et Etats-Unis: PIB aux prix courants du marché de 1998 à 2008, en milliards d’euros.5» Celui-ci offre la vision classique d’une UE « championne du monde ».

 PIB aux prix courants du marché

Espace UE-27

Alors que le Japon affiche des performances à la baisse depuis l’an 2000 et que les Etats-Unis présentent une courbe avec des hauts et des bas, l’espace UE-27 puis l’UE-27 offre l’image d’une croissance du PIB quasi régulière de 1998 à 2008, avec cependant un tassement sur la dernière année. Le PIB aux prix courants du marché de la zone considérée passe de 8162,3 milliards d’euros en 1998 à 12 512,1 en 2008. Soit une augmentation de 4 349,8 milliards d’euros. Chacun aura noté qu’à compter de 2003 les performances de l’espace UE-27 (10 108,2 milliards d’euros) sont supérieures à celles des Etats- Unis (9 849,8). Cinq ans plus tard, en 2008, la différence entre l’UE et les Etats-Unis est de 2 693,4 milliards d’euros, presque le PIB du Japon à cette même date (3 329,3).

Comme une douche froide

Considérons ensuite le graphique « PIB par habitant aux prix courants du marché en 2008, UE-27 base 100, en euros et en standards de pouvoir d’achat 6»7 . Ce graphique fait l’effet d’une douche froide.

Europe - PIB par habitant

Sur la base d’un PIB par habitant aux prix courants du marché en 2008, UE-27 base 100, le Japon se place à 104 en euros et 111 en standards de pouvoir d’achat. Sur ce même paramètre, les Etats-Unis se situent à 128 en euros et à 154 en standards de pouvoir d’achat.

Autrement dit, un habitant des Etats-Unis dispose d’un pouvoir d’achat 1,54 fois supérieur à celui d’un habitant de l’UE.

Un différentiel existait déjà à l’époque de l’ex-UE-15 mais les élargissements de 2004 et 2007 ont creusé le fossé entre le niveau de vie moyen de l’UE et celui des Etats-Unis, de l’ordre de 11 points de pourcentage.

Ce qu’on se garde généralement de faire observer. Chacun aura d’ailleurs remarqué que ce graphique d’Eurostat ne présente pas la configuration « ex-UE-15 ». Pour le dire d’une manière abrupte, les habitants de l’UE-27 sont donc de manière relative « les pauvres de la Triade ». Etrange pour une puissance économique…

Même technique, pour déterminer le poids de la dette d’un pays,  prenez le ratio dette /habitant qui est beaucoup plus juste, car elle est le poids de la dette sur chaque contribuable.

On a tendance à utiliser dette/PIB, malheureusement un fort PIB ne veut pas dire que c’est rentable pour l’État, exemple pour le Québec, vendre des boulettes de fer c’est loin d’être rentable.

2. QUELLE PUISSANCE COMMERCIALE ?

Considérons le deuxième volet de l’assertion commune : « l’UE puissance commerciale ». Observons d’abord le graphique « UE-27 et pays membres: commerce intra et extra UE-27, 2008, (Importations et exportations en % du commerce total) »

Chacun se souvient que la Communauté économique européenne fonde en 1957 un « Marché commun ». L’idée est d’abaisser les barrières douanières entre pays de la zone afin d’y faciliter les échanges et de mettre en place une barrière douanière commune avec « le reste du monde ».

Dans une large mesure, il s’agit d’un succès. Qu’on en juge : en 2008 l’UE-27 réalise 65% de son commerce en intracommunautaire.

Il ne « reste » donc que 35% pour l’extra-communautaire, soit tout de même quelques 6 milliards d’habitants… Il existe cependant d’importantes différences entre pays membres. Le Royaume-Uni ne réalise que 54,7% de son commerce en intra communautaire, soit 45,3% pour l’extra-communautaire.

Europe Intra Extra

Les cinq pays membres les moins dépendants du marché intra-communautaire en la matière sont le Royaume-Uni, l’Italie, la Bulgarie, la Lituanie et la Finlande.

Les cinq pays membres les plus dépendants du marché communautaire en matière de commerce sont l’Autriche, l’Estonie, la Slovaquie, la République tchèque et le Luxembourg. En effet, le Luxembourg réalise 81,5% de son commerce en intra-communautaire et seulement 18,5% en extra-communautaire.

Pour mieux apprécier les performances commerciales de l’UE, considérons enfin le graphique « Espace UE-27 et UE-27: développement du commerce extérieur, en milliards d’euros, de 1999 à 2008 ».

Commerce extérieure

Pour mieux apprécier les performances commerciales de l’UE, considérons enfin le graphique « Espace UE-27 et UE-27: développement du commerce extérieur, en milliards d’euros, de 1999 à 2008 »

Europe - commerce extérieure

De 1998 à 2008, le commerce extérieur de l’espace UE-27 puis de l’UE-27 a été régulièrement déficitaire.

Depuis 2002, le déficit se creuse même de plus en plus.

Etrange puissance commerciale dont la balance hors zone s’avère
structurellement déficitaire…

Les déficits les plus importants sont réalisés, par ordre décroissant, avec la Chine, la Russie et le Japon.

Conclusion

Ainsi, l’Union européenne à 27 s’avère une étrange puissance économique et commerciale.

·        Si son PIB est plus élevé que celui des Etats-Unis et du Japon, c’est d’abord parce qu’elle est plus peuplée.

·        L ’étude de son PIB par habitant démontre que les habitants de l’UE sont de manière relative « les pauvres de la Triade ».

·        L’UE ne compte qu’une seule véritable puissance commerciale exportatrice extra-communautaire : l’Allemagne.

Donc, à qui profite la mondialisation en Europe ?
l’Allemagne, le reste souffrez !

La performance de ce pays ne peut suffire à cacher la réalité de l’ensemble : la balance commerciale extra-communautaire de l’UE est systématiquement déficitaire.

Les importations de produits industrialisés chinois et de produits énergétiques russes jouent ici des rôles déterminants.

Il serait possible d’ajouter au nombre des éléments qui font de l’UE une étrange puissance économique et commerciale que 10 pays sur 27 ne font pas partie de la zone euro à la date du 1er juin 2011… Et que la gouvernance économique de cette dernière n’a pas atteint le niveau de coordination de sa gouvernance monétaire.

Autrement dit,les membres de la zone euro ont admis un fédéralisme monétaire, puis sous pression de la crise une forme de fédéralisme budgétaire mais ils hésitent encore – à tort ou à raison – à franchir le pas d’un fédéralisme économique qui porte en lui un fédéralisme politique.

Le tout sans véritable débat, puisqu’à son déficit commercial l’Union européenne ajoute depuis plus longtemps encore un déficit démocratique. Mais ceci est une autre histoire.