Apple a plus de liquidités que les États-Unis

Bel exemple de la mondialisation sauvage.

Les multinationales sont assises sur plus de 1.7 trillion de profits qu’ils ne veulent pas rapatrier aux États-Unis, car ils ne veulent pas payer d’impôts.

Entre temps, Apple fait des milliards de profits en délocalisant, pour 25,000 employés aux États-Unis, ils en font travailler 250,000 en Chine, moins quelques-uns qui se sont suicidés entre temps en Chine.

Foreign investment need not come at the expense of American jobs, but it makes it harder for American workers to bargain for higher wages when the same job can be done for far less abroad

Oui, c’est vrai, vous pouvez acheter un IPAD à 400 $, mais à quoi ça sert si vous êtres au chômage ou de plus en plus pauvres, car vous être le dernier dindon de la face qui paient des impôts, entre temps, grâce à la libéralisation des marchés, les multinationales font du chantage fiscal ou de l’évasion fiscale pour payer le minimum d’impôts, oui, belle société en perspective !


Extrait de : Apple a plus de liquidités que les États-Unis, Par Guillaume Errard, Le Figaro,  30/07/2011

Alors que les Etats-Unis sont embourbés dans une crise de la dette, le géant informatique américain, nouveau numéro un des smartphones, bénéficie d'une trésorerie de 75,8 milliards de dollars contre un peu plus de 73 milliards pour Washington.

La puissance financière semble clairement du côté des entreprises plutôt que des États. Illustration de l'état désastreux des finances américaines, le nouveau numéro un des smartphones, Apple, dispose de près de 76 milliards de dollars de liquidités et les États-Unis, de 73 milliards. Cette somme représente ce que la première puissance économique mondiale peut encore dépenser avant d'atteindre la limite de la dette fixée par les parlementaires américains (14.294 milliards de dollars).

Apple vient de réaliser un trimestre record avec des hausses de 125% de son bénéfice et de 82% de ses revenus. Avec une capitalisation boursière de 362 milliards de dollars, le groupe «à la pomme» s'affiche comme la deuxième plus riche entreprise du monde en Bourse derrière le pétrolier Exxon Mobil et ses 395 milliards de capitalisation boursière.

Alors que les républicains et les démocrates se déchirent de plusieurs semaines sur la question de la dette, les entreprises américaines assurent leurs arrières. «L'une des raisons pour lesquelles les entreprises mettent autant d'argent de côté est qu'elles veulent se mettre à l'abri financièrement face aux incertitudes entourant les finances américaines», affirme Laurie Simon Hodrick, professeur à l'université de Columbia. Et d'ajouter : «Tant que la menace d'un défaut de l'État américain persiste, les entreprises américaines auront tout intérêt à se financer de cette façon». Le trésor de guerre des entreprises américaines serait estimé à 1200 milliards de dollars.


 

  1. gravatar

    # by Anonyme - 11 août 2011 à 17 h 00

    C'est drôle, moi j'ai l'impression que les privatisations massives de sociétés d'états, les baisses d'impôts des corporations qui favorisent les actionnaires étrangers, les baisses des tarifis douaniers qui favorisemt les importateurs, les coupures sauvages dans les services sociaux...

    Ce sont les républicains et les conservateurs qui ont créé des déficites!!!!

    C'est la droite qui nous gouverne depuis longtemps de façon irresponsable, sans vision et conviction en mettant des programmes sociaux mis en place pour toujours favoriser les amis de la droite.

    Pas fort votre raisonnement!!!à

    Vive la démocratie, vive l'intérêt des citoyens, pas celui des entreprises.

    Et en passant, Jean Charets, Steven Harper, Lucien Bouchard, Monique-Jérôme Forget, Paul Martin sont des Jean qui s'identifie à droite!

    Y'a des limites à ce que vous preniez les gens pour des cons.

  2. gravatar

    # by Québec de Droite - 14 août 2011 à 16 h 32

    En fait ce que vous définissez la droite, n’est pas celle que je prône.

    Une droite qui est bien équilibré est une droite qui gère «l’État comme un bon père de famille».

    Les références que vous mentionnés se sont des politiciens oligarchiques qui privilégient les groupes d’intérêts aux détriments du bien commun.
    http://www.quebecdroite.com/2011/02/l-ca-suffit-vive-la-democratie.html

    Ce n’est pas du tout la même chose.

    Un exemple d’une bonne droite se sont les pays scandinaves, ou imputabilité, transparence et efficacité sont de mises pour une saine gestion d’État.
    http://www.quebecdroite.com/2010/12/le-modele-scandinave.html

    Vouloir définir une position de droite avec la corruption étatique, est une erreur, car la corruption provient d’une faible gouvernance.
    http://www.quebecdroite.com/2010/12/corruption-etatique.html

    Q.D.