Bientôt une nouvelle monnaie de réserve mondiale ?


Extrait de : Bientôt une nouvelle monnaie de réserve mondiale ?, Eberhardt Unger, Money Weeks, 26 août 2011

Sur les marchés des devises à l'heure actuelle, le dollar n'est pas le seul à voir son statut de monnaie de réserve mondiale remis en cause. L'euro — et sa stabilité — font aussi douter les marchés.

Les deux monnaies sont, en effet, sous pression. Aux Etats-Unis, à cause du surendettement et dans la zone euro, à cause des problèmes liés à la dette dans les pays périphériques de la zone.

Les réserves de devises mondiales représentent à ce jour l'équivalent de 9 694 milliards de dollars (source : FMI, 31/03/2011), dont 61% libellés en dollar US et 27% en euro.

Réserves de devises mondiales

Cette répartition a très peu changé au cours des six derniers mois.

Les deux monnaies ensemble représentent environ 90% des réserves de change mondiales.

Cependant, dix ans auparavant, (voir graphique ci-dessus) la part du dollar était supérieure de 10% à celle d'aujourd'hui, et celle de l'euro plus basse. La livre sterling et le yen, troisième et quatrième monnaie les plus importantes, représentaient 4% chacune, mais, derrière ces deux devises, il y a aussi des économies avec des problèmes absurdes de surendettement.

L'or ou d'autres monnaies comme par exemple le franc suisse, la couronne norvégienne, le dollar australien ne jouent qu'un rôle insignifiant à cause de l'étroitesse de leur marché.

Les réserves en devises des banques centrales ne sont que l'une des mesures de l'importance d'une monnaie sur la scène internationale. Une autre est la proportion de la devise dans la totalité des échanges commerciaux globaux journaliers.

Le montant de ces échanges en 2010 a été, en moyenne, de 4 000 milliards de dollars US par jour. Même si le flux des devises reste toujours dominé par dollar, la part de l'euro a légèrement augmenté de 18,5% à 19,5% en 2010.

Malgré la crise de la dette dans les pays périphériques de la zone, l'euro s'affirme de plus en plus comme une monnaie de réserve. Les investisseurs asiatiques, mais aussi russes, brésiliens, mexicains et d'autres encore souhaitent être moins dépendants de la devise américaine.

Par conséquent, ils se tournent de plus en plus vers l'euro ou diversifient leurs réserves en achetant de l'or. Dans le commerce international des biens et services, déjà 68% des exportations de la zone euro et 53,5% des importations sont facturés en euro.

En Asie, les pays émergents sont entre eux les partenaires commerciaux les plus importants. Mais là-bas, les banques centrales font très attention que le pays voisin ne se procure pas un avantage commercial en intervenant sur le marché des changes.

Depuis plus de dix ans, la Banque asiatique de Développement presse les Etats membres de construire une monnaie commune ou du moins de s'accorder sur une politique commune des taux de change... en vain.

Conclusion : l'évolution vers une référence à un panier de plusieurs monnaies de réserve fortes avec une part importante d'or nécessitera beaucoup de temps.


La Chine réclame une nouvelle monnaie de réserve mondiale

La Chine s'en prend à la suprématie du dollar et appelle les Etats-Unis à affronter le problème de leur dette structurelle.