L'Ordre des ingénieurs dénonce un manque d'entretien des infrastructures

Les commentaires des blogueurs sont pertinents, mon commentaire à la fin du carnet.


Extrait : L'Ordre des ingénieurs dénonce un manque d'entretien des infrastructures, La Presse canadienne, Le Devoir,  2 août 2011

Selon la présidente de l'Ordre, il serait «inhabituel» que les constructions soient déjà affectées de problèmes sérieux

Au cours de la nuit de dimanche à hier, une deuxième poutre instable a été retirée. Cette nuit, une troisième poutre devait être solidifiée, permettant aux ingénieurs de circuler plus loin dans le tunnel ce matin.

Les grandes infrastructures routières du Québec ont beau avoir souvent été construites dans les années 1960, il est «inhabituel» qu'elles soient déjà affectées de problèmes sérieux, soutient la présidente de l'Ordre des ingénieurs du Québec, Maud Cohen. Elle montre du doigt les lacunes dans l'entretien.

En entrevue au sujet de l'effondrement d'une structure de plusieurs tonnes à l'entrée du tunnel Viger, à Montréal, Mme Cohen s'est dite préoccupée par le manque de régularité dans l'entretien des infrastructures en général.

Selon elle, ces infrastructures devraient durer beaucoup plus que 40 ou 50 ans, mais à condition d'être régulièrement inspectées et entretenues.

«C'est plutôt inhabituel ce qu'on voit là. Au contraire! Des ponts, des infrastructures, ça a des durées de vie qui sont bien plus longues que 40, 50, 60 ans comme on peut le voir à l'heure actuelle. Ce qui se produit à l'heure actuelle, ça a un lien direct avec le fait qu'on a investi très, très peu d'argent, sinon pas d'argent, dans l'entretien et la maintenance des infrastructures au fil des années», a opiné Mme Cohen.

Or, pendant les années 1990, les autorités gouvernementales ont réduit leurs budgets d'entretien, aux prises avec d'importants déficits.

«Les problèmes que l'on décèle aujourd'hui sont rendus à un point si avancé qu'on n'a pas le choix, par exemple dans le cas du pont Champlain ou de l'échangeur Turcot, de remplacer les infrastructures qu'on aurait pu peut-être garder 10, 15, 20 ans, 30 ans de plus, si on les avait entretenues de façon plus adéquate. Et le coût est beaucoup plus grand pour les contribuables qu'il ne l'aurait été si on les avait entretenues de façon adéquate», a déploré Mme Cohen.

La présidente de l'Ordre des ingénieurs du Québec ne prône pas nécessairement le recours à l'acier plutôt qu'au béton. Selon elle, il faut d'abord bien entretenir l'infrastructure, qu'elle soit en acier ou en béton, sinon des problèmes peuvent se présenter.

Elle trace un parallèle avec une voiture. «Une automobile, on va l'amener au garage à chaque 5000 kilomètres, selon les instructions du garagiste. On ne va pas attendre 20 000 kilomètres avant d'aller faire un changement d'huile. C'est exactement la même chose avec une infrastructure. Lorsqu'un pont va être construit, il va avoir des entretiens à effectuer au fil des années, des inspections, et ça, ça n'a pas été fait de façon appropriée depuis les années 1960, 1970. Ça a été fait davantage ces dernières années à cause des événements que l'on connaît», a déploré Mme Cohen.

De même, la présidente de l'Ordre des ingénieurs du Québec confirme les dires de l'Association professionnelle des ingénieurs du gouvernement du Québec voulant qu'il y ait eu une perte d'expertise au ministère des Transports, au profit du secteur privé qui offre une rémunération plus avantageuse.

Elle note également une pénurie d'ingénieurs civils.


Les blogueurs

Frankri mardi 2 août 2011 06h00

À quand un Plan Sud?

Le gouvernement Charest se vante de construire des routes vers les mines de diamant...Peut-être devrait-il aussi songer à restaurer les infrastructures qu'empruntent tous les jours les contribuables qu'il siphonne de toutes les façons.

Sanzalure, mardi 2 août 2011 07h19

Responsabilité à deux vitesses

En bas de l'échelle, quand on fait une gaffe, on se fait tomber dessus à bras raccourcis par un système sans merci. Par contre, plus on est haut dans l'échelle, plus les gaffes ont de graves répercussions et moins les personnes responsables sont poursuivies.

Serge Grenier

bilal samba, mardi 2 août 2011 07h51

LA CONCEPTION ET LA CONSTRUCTION DEVRAIENT ETRE MISES EN CAUSE AUSSI!!!

IL EST FACILE DE POINTER PAR LE DOIGT LE MANQUEMENT DE L' ENTRETIEN PREVENTIF MAIS POURQUOI ON NE MET PAS EN CAUSE LA QUALITE DE CONCEPTION ET LES LACUNES DANS LA QUALITE DE LA CONSTRUCTION.LE SUEL RESPONSABLE QU'ON ESSAYE D'ACCUSER EST LES PALIERS DE GOUVERNEMENT.A CHAQUE INCIDENT MALHEUREUX C'EST TOUJOUR LE MEME COUPABLE.

POURQUOI NOS INFRASTRUCTURE N'ONT PAS UNE LONGUE VIE ? C'EST LA CAUSE AUSSI DE CERTAINES CONPAGNIE DE CONSTRUCTION QUI NE TRAVAILLENT PAS SELON LES REGLES DE L'ART DANS LE BUT DE MAXIMISER LA MARGE BENIFIDIARE.POUR SOUMETTRE A UN APPEL D'OFFRE IL FAUT PRESENTER UN PROJET QUI COUTERA LE MOINS CHER ALORS C'EST AUX INGENIEURS D'ETRE SURS DE LA FIABILITE DE LA SOLUTION.

UNE VOITURE QUI EST MALE CONCUE VA BRISER TRES VITE MEME SI ON ESSAYE DE LUI FAIRE SON ENTRETIEN REGULIER PAR LE MEILLEUR MECANICIEN QU'IL Y A SUR LA TERRE?

IL Y A NECESSITE DE FAIRE UNE PRISE DE CONCIANCE COLLECTIVE ET QUE TOUS CEUX ET CELLES QUI SONT IMPLIQUÉS DANS LA CONCEPTION ET LA REALISATION DE NOS INFRASTRUCTURE FASSE PREUVE DE DEONTOLOGIE DE CIVISME ET PREUVE D'AMOUR POUR LE QUEBEC.A CHAQUE FOIS QUE NOUS REALISONS UN PROJET DONT LA VALEUR NE CORRESPOND PAS AUX VRAI COUT C'EST DES GENERATIONS QUE NOUS CONDAMNONS ET DE LA LAPIDATION DES DENIERS PUBLICS.

ARRETONS DE POINTER LE POUVOIR EN PLACE :LE PONT CHAMPLAIN QUAND IL A ETE CONCU , NOUS AVONS NEGLIFER DE TENIR COMPTE DE NOMBRES DE VEHICULE APRES 20 ANS DE SERVICE ET AUSSI LA NATURE DES VEHICULES QUI ALLAIENT L,UTILISER.

Roland Berger, mardi 2 août 2011 08h05

Dans le temps...

Dans le temps, les amis du régime en place étaient des producteurs de béton. Les Hells Angels aimaient beaucoup.

Roland Berger

Grace, mardi 2 août 2011 11h47

Ordre des ingénieurs

Les commentaires de Madame Cohen sont remplis de bon sens. Madame Cohen omet de s'intéresser un peu plus à la profession d'ingénieur et les dimensions éthiques, politiques et légales.

Je ne crois pas que les commentaires envers les ingénieurs et l'OIQ soient positifs.On ne fait plus confiance dans la compétence de ces ingénieurs.

 Madame Cohen les grandes firmes d'ingénierie au Québec ainsi que les politiques sont entrain de ternir la profession.

La profession est devenue risible.

Celljack, mardi 2 août 2011 16h54

@grace

Vous avez bien raison.

Je peux vous dire d'expérience que l'octroi de contrats d'ingénierie et de construction est une vraie "game" où l'argent de nos taxes est siphonné par une panoplie de parasites. Et je peux vous assurer que les petits entrepreneurs et les petits ingénieurs concepteurs et techniciens et dessinateurs font très bien leur travail.

Principalement le problème, c'est la direction des firmes de génie qui fricotte avec les hauts fonctionnaires et les partis, en plus d'avoir des relations avec les entrepreneurs... rien d'illégal vous savez, "les affaires" comme on dit (quel terme à la fois flou et évocateur). Des gros salaires qui causent entre eux dans les grands restaurants, derrière des portes clauses, comment ils vont séparer les parts du gâteau.

C'est là le problème. Ils préparent les choses comme ils veulent en toute confidentialité. Relevez la confidentialité des dossiers et des contrats publics et vous réglerez le problème. Que chaque contrat soit exposé publiquement avant d'être signé par l'état et que chaque livrable commandé par l'état soit exposé également.

Qui serait perdant avec un gouvernement ouvert, qui désire que ces contrats soient confidentiels, sinon ceux qui en tirent profit en maintenant les autres dans l'ignorance?


Chers lecteurs, je vous invite à lire la section Transparency 2.0 que les États ont instauré sur l’attribution des contrats.

«L’objectif premier de ‘Transparency 2.0’  est de permettre  à tous les concitoyens d’accéder à une base de données en ligne  des dépenses publiques de l’État avec un détail jusqu’au «niveau-chéquier».