Legault promet un mandat unique de 5 ans

Le Québec part de tellement loin que toutes réformes proposées ne sont que des réformettes.

Attention, je suis loin d’être contre, mieux vaut des réformettes que rien du tout.

Si vous voulez avoir une vraie réforme, exemple en éducation, voici celle que j’ai proposée en 5 points. (La recette redoutable de Québec Droite en éducation en 5 étapes).

Par contre, pour implanter de telle réforme au Québec, à cause de l’importance des groupes d’intérêts qui maintienne le Québec dans un état d’immobilisme, ça risque de prendre des décennies, malheureusement provinces et États de proximité n’attendent pas après nous.


Extrait de : Legault promet un mandat unique de 5 ans, Presse Canadienne, Montréal, 25 août 2011

Le cofondateur de la Coalition pour l'avenir du Québec François Legault propose de créer un parti politique qui, s'il est élu, quittera le pouvoir après un seul mandat, a rapporté Radio-Canada jeudi.

L'ancien ministre péquiste a tenu ces propos jeudi devant une quarantaine de jeunes entrepreneurs de l'Outaouais, venus l'écouter à Chelsea.

Il a même mis les candidats potentiels en garde en leur disant de ne pas se présenter en vue de faire une longue carrière politique avec lui tout en précisant qu'il accomplirait un mandat sans tenir compte des sondages.

Je trouve cela un peu court, peut-être deux mandats au maximum de quatre ans, d'autant plus que le Québec part de très loin. Par contre, je comprends son but, c'est d'empêcher d'en faire une carrière, plus longtemps que tu es aux pouvoirs et plus d'amis, tu as à satisfaire, copinage, collusion et corruption fait bon ménage avec les vautours pour s'approprier la richesse du peuple.

Par contre, la meilleure méthode pour réduire la puissance des groupes d'intérêts est la démocratie directe, quand le peuple devient le plus puissant groupe d'intérêts, il est drôlement plus difficile d’influencer quelques millions de personnes, qu'une couple de politiciens avides de pouvoir et avec un gros ego.

Limité le mandate est de réduire M. Legault a une fois de plus déclaré que le Québec avait un besoin de profonds changements en éducation, en santé et en économie. Il a répété qu'il fallait mettre de côté le débat sur la souveraineté et rassembler les nationalistes.

François Legault a également parlé de son intention de fonder un nouveau parti à des gens d'affaires de Gatineau.

L'homme d'affaires et ancien président de la Chambre de commerce de Gatineau, Martin Lacasse, s'est dit séduit par l'approche de M. Legault et par son engagement à ne pas s'accrocher au pouvoir pour plus de cinq ans. Dans un tel contexte, a-t-il ajouté, il serait intéressé à se porter candidat pour le futur parti politique.

La coalition cofondée par M. Legault et l'homme d'affaires Charles Sirois a dévoilé son manifeste en février dernier. Le mouvement politique, qui réunit une douzaine de personnalités du milieu des affaires, de l'éducation et de la santé, estime que la relance du Québec passe par deux grands axes: le rétablissement de la confiance des Québécois dans leurs institutions publiques et la fin du clivage entre souverainistes et fédéralistes.

La Coalition pour l'avenir du Québec recommande aussi de réduire les dépenses publiques, en sabrant des milliers de postes chez Hydro-Québec et en abolissant les commissions scolaires et les agences de santé.

Elle veut également réduire le pouvoir des syndicats et du lobby pharmaceutique. La coalition souhaite par ailleurs améliorer la qualité de l'éducation, évaluer les enseignants et augmenter leur salaire de 20%.

Le mot imputabilité doit être rétablis, par contre on doit casser le cercle vicieux : sécurité d’emploie, permanence et ancienneté toutes des notions qui empêchent l’efficacité et l’imputabilité.

La coalition doit déposer son plan d'action cet automne.