Nous sommes tous responsables,

Réponse d’un blogueur sur l’article de : Le Canada pourrait être touché par la chute des marchés, selon Flaherty


Blogueurs :

Envoyé par Michel Amringer de Varennes, 6 août 2011 à 22 h 25 HAE

En quelque part, nous sommes tous responsables, mais nous n'avons pas le courage de reconnaître cette responsabilité.

Les plus pauvres veulent que les riches paient pour tous leurs besoins, y compris «leur droit» à avoir un peu de luxe. Pour leur part, les plus riches veulent payer moins d'impôts, tout en profitant des garderies à 7$ et des autres programmes destinés aux moins chanceux de notre société. Sans compter une quantité non négligeable de gens qui se font passer pour des nécessiteux sans l'être vraiment, car leur seul problème est d'avoir leur cordon du cœur qui baigne dans la boue...

Les propriétaires et les principaux gestionnaires d'entreprise veulent limiter les salaires et les avantages de leurs employés, afin d'obtenir le meilleur rendement possible pour les actionnaires et un meilleur bonus à la fin de chaque année. Or, des travailleurs qui gagnent moins dépenseront moins et achèteront moins de produits vendus par ces entreprises. Pour leur part, les employés traitent souvent leurs patrons et les entreprises de voleurs, mais ils veulent en même temps obtenir le meilleur rendement pour leurs REER et leur caisse de retraite. Sans compter un nombre important de salariés d'ici qui ne travaillent pas toutes les heures pour lesquelles ils sont pourtant bien payés.

Les politiciens promettent beaucoup en campagne électorale et disent qu'ils vont trouver l'argent nécessaire en coupant dans le gras des programmes existants. Même le gouvernement sortant va dire la même chose : eh, Ti-Coune, tu n'aurais pas pu couper plus tôt ?!?

Pour leur part, les contribuables vont cautionner ces mensonges en élisant un gouvernement sur la base du vocabulaire d'untel, de la couleur et du chic du veston d'un autre, ou même de l'attirance d'un candidat ou d'une candidate. Et ils vociféreront contre les candidats qui leur diront qu'il faudra payer chèrement pour toutes nos demandes.

De plus, lorsque le contribuable moyen, endetté à la hauteur de 140% de son PIB personnel, se permet d'exécrer son gouvernement parce que ce dernier est endetté à 117% de son PIB en le traitant de mauvais gestionnaire, a-t-il vraiment la crédibilité pour ce faire ? Surtout lorsque moins de 60% de ceux-ci se présentent pour l'élire...

Je jetterai la roche à nos gouvernements lorsque je serai en mesure de lui donner un meilleur exemple de responsabilité, de crédibilité et de devoir social envers mes concitoyens.