Québec «préoccupé» par la crise

Commentaire à l’intérieur, mon humeur était massacrante !


Donc, à côté de celui qui tient le volant à deux mains... les yeux bandés, se trouvent maintenant un farfadet jovialiste.  Je m'attends à tout d'un ministre des finances, mais principalement qu'on respecte mon intelligence.  Bachand ne respecte pas du tout les Québécois en affirmant:

 

«À travers ce débat budgétaire et des finances publiques, il faut donner une finalité à nos actions.

 

La finalité, ce n'est pas équilibrer le budget.

 

La finalité, c'est d'être heureux comme peuple,

 

d'avoir une croissance économique».

 

Raymond Bachand

 

Source : Le secret du bonheur


Extrait de : Québec «préoccupé» par la crise, Tommy Chouinard, La Presse, 11 août 2011

(Québec) Le gouvernement Charest est «préoccupé» par les «turbulences» économiques provoquées par l'abaissement de la cote de crédit des États-Unis et la crise de l'endettement en Europe. Les exportations québécoises «souffrent un peu» en ce moment, a confirmé le ministre des Finances, Raymond Bachand cet avant-midi.

Il a en effet indiqué que «ce qui se passe sur la planète affecte la partie de notre économie qui est exportatrice». Rappelons que les États-Unis et l'Europe représentent 80% des marchés d'exportation du Québec.

Pour l'instant, le grand argentier du gouvernement maintient à 2% ses prévisions de croissance économique pour l'année en cours. «S'il y a un impact, ce sera pour 2012», a-t-il dit, soulignant que les prévisions de croissance aux États-Unis pour cette année-là sont revues à la baisse.

 «On ne vit pas sur une autre planète. On est conscient des enjeux. On est préoccupés par la situation américaine», a affirmé de son côté le ministre du Développement économique, Clément Gignac, à l'entrée d'une réunion du conseil des ministres.

Les deux ministres ont toutefois martelé que «le Québec continue de s'en tirer mieux qu'ailleurs».

·         Le taux de chômage est bas, (dans moyenne, il faudrait savoir, combien d’entre eux paie des impôts et combien de personne travaille pour l’État car c’est une dépense).

·         Les investissements privés sont «en croissance», (il faudrait avoir plus de détails, car ça fait drôlement longtemps que je n’ai pas vu d’industrie manufacturière s’établir au Québec),

·         «La consommation va bien», (drôlement bien, les ménages n'ont jamais été si endettés)

·         M. Gignac a souligné que le Québec profite du «boom» des ressources naturelles (qui dilapide nos richesses non renouvelable et ne rapportent rien.)

·         et tente de se tourner de plus en plus vers les marchés asiatiques, «locomotive de la croissance mondiale», (quelle idiotie, il faudrait améliorer au moins notre compétitivité, notre voisin du sud est le plus productif au monde et il n’y arrive même pas, avec un déficit commercial de plus de 500 milliards, à moins, que d’envoyer du fer sans redevance est un commerce justifiable. Commence à être compétitif par rapport avec tes voisins de proximité, ça serait au moins un bon début.)

·         nous avons le . Le premier ministre Jean Charest fera une mission commerciale en Chine et au Japon cet automne, (juste du bruit, pour faire assemblant qu’il est utile.)

Raymond Bachand a souligné que trois agences de notation ont confirmé récemment la cote de crédit du Québec -Fitch, DBRS et Japan Credit Rating. La crise actuelle est différente de celle d'il y a deux ans, car elle repose sur un problème de «confiance dans les finances publiques des gouvernements», a noté le ministre.

Je comprends, nos politiciens ont emprunté depuis des décennies en oubliant de payer le capital, le monde financier commence sérieusement à se poser la question, si un jour, ils vont ravoir leurs argents.

Or, a-t-il ajouté, le Québec a un plan depuis deux ans en vue de revenir à l'équilibre budgétaire en 2013-14. «Notre plan est crédible. Et on le réalise», a-t-il dit, confirmant que la cible de 2013-14 est maintenue. Il a ajouté que le déficit a été moindre que prévu en 2009-10, et que les données préliminaires laissent croire que ce sera la même chose pour 2010-11.

Facile de réduire le déficit, il nous a assommés de 4 milliards de nouvelles taxes par année, n'importe quel CON peut faire pareil, qu'ont-ils fait en contrepartie, ils n'ont que réduit l'accroissement des dépenses et ils n'ont même pas atteint l'objectif. Vous être surtout chanceux dans notre démocratie québécoise, vous n'être pas imputable, ça fait drôlement longtemps que je vous airais donné votre 4 %.

Raymond Bachand a refusé de discuter de l'impact des soubresauts boursiers sur la Caisse de dépôt et placement. Elle présentera les résultats des six premiers mois de l'année plus tard ce mois-ci.

 «Je n'ai pas d'inquiétudes sur le rendement relatif de la Caisse de dépôt», s'est-il contenté de dire.

Remarqué, de votre part, ça ne veut pas dire grand-chose !