Une Commission au plus sacrant

Je comprends la frustration de M. Martineau, mais les groupes d'intérêts depuis des années ont la main mise sur la gouvernance du Québec.

Ce n'est pas un problème unique au Québec, et l'on a juste beurré plus épais que les autres.

C’est le phénomène des 3C :

 Collusion, Copinage et Corruption

C’est le cancer généralisé des démocraties actuellement.


Extrait de : Une Commission au plus sacrant, Richard Martineau, Canoe.ca, 4 Août 2011

Selon Sam Hamad, ce qui s’est passé dans le tunnel Viger est la faute de l’entreprise privée…

Pas sûr que je lancerais de telles accusations si j’étais ministre libéral.
En tout cas, pas avant le dépôt des résultats de l’enquête.

On a tous regardé la Commission Bastarache.

On sait que les entrepreneurs en construction en mènent large au Parti Libéral, et qu’ils auraient beaucoup de choses à dire si jamais ils se sentaient piqués au vif et avaient le goût de répliquer aux accusations du ministre…

Vous comprenez ce que je veux dire ?


RÉJEANNE PADOVANI

Hier, le journaliste Éric Grenier a publié un bon gag sur Facebook :

« On a enfin découvert le cadavre de Réjeanne Padovani dans la poutre du tunnel Ville-Marie, après 38 ans de recherches. Raison de l'effondrement ? »

Comme toute bonne blague, celle-ci contient un fond de vérité.

Car toute cette histoire commence sérieusement à ressembler au long métrage de Denys Arcand. Je ne parle pas de l’intrigue du film : la femme qu’on abat et qu’on coule dans une poutre d’autoroute, non.

Mais de sa toile de fond : la corruption, les retours d’ascenseur, la collusion entre le monde de la construction et celui de la politique, l’État qui ne prend pas ses responsabilités et qui ferme les yeux sur les agissements des entrepreneurs.

Et la population qui roule sur des routes de moins en moins sécuritaires, car construites par n’importe qui et inspectées n’importe comment…



LE PRIX DU SECRET

Une des entreprises embauchées pour exécuter certains travaux sur la 720 avait déjà été condamnée pour fraude fiscale et non respect du code de sécurité.

Qui nous dit que cette entreprise n’a pas été embauchée parce qu’elle est proche du Parti libéral ? Et que les travaux qu’elle a effectués n’ont pas été inspectés de très près car le gouvernement et le Ministère des transports font confiance aux amis ?

Je sais, je tombe dans la théorie du complot. Rien ne me permet de lancer de telles suppositions.

Mais c’est ce qui arrive quand on sent qu’on ne nous dit pas la vérité.

On se met à spéculer, à faire des liens, à voir des choses qui ne sont peut-être pas là…


LE BAL DES RUMEURS

Se pourrait-il que toutes les crosses qui ont cours dans le milieu de la construction mettent notre sécurité en danger ?

C’est fort possible.

Après tout, on ne parle pas ici de simples tergiversations financières, mais de routes, de ponts, de viaducs…

Voilà pourquoi il est IMPÉRATIF que le gouvernement mette sur pied une commission d’enquête sur la construction.

Parce que tant qu’on n’ira pas au fond des choses, les rumeurs les plus folles vont continuer de circuler…


ÇA PUE

La semaine dernière, lors d’un souper, j’ai discuté avec une avocate qui dirige un organisme regroupant des entrepreneurs en construction.

Elle m’a dit que les membres de son association sont écoeurés de se faire regarder de travers quand ils disent qu’ils construisent des routes…

Je les comprends.

Malheureusement, tant qu’on ne fera pas la lumière sur ce qui se passe dans ce milieu, le doute subsistera.

Et les gens continueront de se boucher le nez dès qu’ils entendront le mot « béton ».