Déficit: la TVQ à la rescousse du gouvernement


Extrait de : Déficit: la TVQ à la rescousse du gouvernement, Francis Vailles, La Presse, 02 septembre 2011

Sur un an, le gouvernement estime que la hausse d'un point de pourcentage de la TVQ lui rapportera environ 1,6 milliard de dollars. Ci-dessus, le ministre des Finances Raymond Bachand.

Le gouvernement du Québec continue de réduire son déficit, mais c'est en bonne partie grâce à la forte augmentation de ses recettes de la taxe de vente du Québec (TVQ).

Selon le dernier rapport du ministère des Finances, les recettes de TVQ ont bondi de 22,7% au cours des deux premiers mois de son exercice financier, commencé le 1er avril. Elles ont atteint 2,6 milliards de dollars, soit 477 millions de plus qu'au cours des deux mois correspondant de l'an dernier.

Oui, mais à quel prix en assommant les Québécois de 4 milliards de taxes récurrentes à chaque année. Donc, vous êtres de plus en plus pauvres, de plus en plus endettés, et moins d’argent pour stimuler l’économie, belle perspective.

Cette hausse explique à elle seule le recul du déficit des deux premiers mois de l'exercice. Tout pris en compte, le déficit s'est chiffré à 1 milliard de dollars au cours de ces deux mois, soit 258 millions de moins que l'an dernier. Historiquement, le déficit mensuel est toujours plus élevé en début d'année financière. Le gouvernement prévoit que, pour l'ensemble de l'année, il atteindra 3,8 milliards.

Cette explosion des recettes de taxes s'explique principalement par l'augmentation d'un point de pourcentage du taux de la taxe. Le taux est passé de 7,5% à 8,5% en janvier dernier et augmentera à 9,5% en janvier prochain.

Sur un an, le gouvernement estime que la hausse d'un point de pourcentage de la TVQ lui rapportera environ 1,6 milliard de dollars. En soustrayant les crédits de taxe versés aux moins nantis, le gain net est de 1,2 milliard.

La hausse observée de 22,7% en avril et mai est supérieure à ce que le gouvernement a prévu pour l'ensemble de son année financière, soit 15,9%. À ce chapitre, les mois d'avril et mai ne sont pas exceptionnels. Depuis janvier, les recettes de taxes de vente ont atteint 6,1 milliards de dollars, soit 1,2 milliard de plus qu'au cours de la période correspondante de 2010. La croissance est de 24% pour ces cinq mois

«La différence avec les prévisions gouvernementales peut s'expliquer par la hausse de la consommation et la hausse des prix de l'essence», dit l'économiste Benoit Durocher, du Mouvement Desjardins.

Le plein hebdomadaire d'essence constitue en effet une grande partie du budget taxable des ménages. La hausse du prix à la pompe par rapport à 2010 a pour effet de faire gonfler automatiquement les recettes de TVQ.

À part, de nous assommez de 4 milliards de taxes récurrentes, qu'ont-ils fait en contrepartie, ils n’ont pas réduit les dépenses, car il ne fallait pas offusquer les groupes d’intérêts, ils n'ont réduit que l'accroissement des dépenses et ils n'ont même pas atteint l'objectif.

Pas fort …

Moins d'évasion fiscal

La prévision de 15,9% du ministère des Finances inclut également les effets des efforts du gouvernement pour contrer l'évasion fiscale. Rappelons que le gouvernement impose notamment aux 21 000 restaurateurs d'installer sur leur caisse enregistreuse un module d'enregistrement des ventes (MEV).

Le travail au noir rapporte certainement plus à l’économie réelle qu’à satisfaire ce goinfre sans fonds.

 Ce nouveau bidule permettra au gouvernement de récupérer annuellement environ 300 millions de dollars, estime Revenu Québec. À ce jour, plus de la moitié des restaurateurs ont installé un MEV. La date limite d'installation est le 1er novembre.

«Il faut prévoir que le rythme de croissance des recettes de TVQ diminuera au cours des prochains mois. Le prix de l'essence à la pompe devrait baisser et les dépenses des ménages pourraient reculer.

Bien sur M. les politiciens carriéristes, ils deviennent de plus en plus pauvres pour maintenir ce monstre étatique imputable de rien, totalement inefficace et à toute fin insolvable.

La confiance des ménages s'est détériorée avec la crise planétaire, (par des politiciens irresponsables, qui pensent qu’à court terme) ce qui aura des répercussions sur leurs dépenses de consommation et sur les recettes de taxe», dit M. Durocher.

Malgré ce bon début d'année, le ministère des Finances estime tout de même que les recettes de TVQ croîtront d'environ 16% au cours de l'année, compte tenu du contexte économique et en raison d'ajustements techniques de fin d'année.

Par ailleurs, en avril et mai, les dépenses de programme du gouvernement ont atteint 10,8 milliards, en hausse de 2,9% par rapport à la période correspondante de 2010. Le budget prévoit un rythme de croissance annuel de 2,4%. Le service de la dette a crû de 11,9% pour atteindre 1,2 milliard pour les deux premiers mois de l'exercice.

Au cours de l'exercice 2010-2011 clos le 31 mars, le déficit annuel a été de 3,66 milliards, soit 524 millions de moins que le déficit prévu de 4,2 milliards.